4











Émission 221

Le mardi 24 septembre 2002


NOS SUIVIS...

L'affaire Sterling

En décembre 1998, nous dénoncions les mensonges de la compagnie Sterling qui faisait miroiter à des consommateurs très endettés la possibilité de réhabiliter leur réputation auprès des organismes de crédit comme Équifax. Pour 1380 dollars, vous deveniez membre du Club Sterling qui vous émettait une carte de crédit Visa.
.
Voici un rappel de ce reportage :

L'histoire...

« À 18 ans, j'avais ma voiture, j'avais un beau train de vie sauf que je "roulais" tout sur le crédit…»

Une femme tombe très jeune dans le piège de la consommation à crédit. Rapidement, de mauvaises notes apparaissent à son dossier de crédit chez Équifax.

En avril 98, une publicité du Club Sterling la séduit :


«Vous avez droit à une seconde chance,
(Sterling) est votre solution».

(Extrait publicitaire)

« J'avais malheureusement obtenu dans le passé une cote "R-9", ce qui n'est pas nécessairement très-très bien, parce que cela correspond à des paiements en retard, etc. Je voulais refaire mon nom au crédit parce que j'étais rendue plus mature, plus vieille, et que je voulais qu'on me redonne une seconde chance. Les gens de Sterling
m'ont dit qu'ils le feraient pour moi. »


Pour devenir membre du Club Sterling, la consommatrice doit payer 1380$. En échange, Sterling fournit une carte de crédit Visa, dont la limite est d'abord fixée à 200 $.




«La personne m'expliquait qu'avec Sterling, j'avais l'opportunité de refaire mon crédit, qu'ils m'aidaient à "nettoyer" mon dossier de crédit chez Équifax, que j'obtenais une carte de crédit…»

Mais en réalité…

Sterling n'avait aucun lien avec Équifax. Toutes ses prétentions de réhabilitation de crédit étaient fausses.

En février 2002, Sterling était condamnée à 120 000 dollars d'amendes pour fausses représentations.

À la suite de la diffusion de notre reportage, Sterling a déposé contre
La Facture
et Radio-Canada une action en diffamation de plus de
13 millions de dollars.

Depuis, l'action est tombée et Sterling a fermé ses portes.

***





 

Vos commentaires et suggestions