Retour à la page d'accueil




  Niels Bohr (1885-1962)

Né au Danemark, Niels Bohr se fait remarquer dès ses études de maîtrise pour sa brillante analyse des vibrations à la surface de l’eau. Il obtient son doctorat de l’Université de Copenhague en 1911 pour des études sur le mouvement des électrons dans le métal, puis va travailler à Cambridge, avec le « père de l’électron », Sir J.J. Thomson.

Mais il ne s’entend guère avec son maître et se joint au groupe de recherche sur la structure de l’atome, à Manchester. Le directeur, Ernest Rutherford, deviendra son mentor.

En utilisant l’idée des « quanta » d’énergie de Planck et Einstein, Bohr entreprend de démontrer que l’atome ne peut exister que dans des états énergétiques stables. En 1912, il retourne à Copenhague, où il complète ses travaux sur les orbites stables des électrons, et publie en 1913 trois articles majeurs sur la structure de l’hydrogène, puis sur celles des atomes plus lourds. C’est le « modèle de Bohr » de l’atome: autour du noyau orbitent des couches d’électrons; chaque couche contient un nombre précis d’électrons et chaque électron se promène sur une orbite précise.

Ce modèle vaut à Bohr le Prix Nobel de physique en 1922. Il vient alors d’être nommé directeur du nouvel Institut de physique théorique de Copenhague, où se cristalliseront les travaux de réflexion sur la mécanique quantique.

Bohr s’engage dans de longs échanges avec Einstein sur l’interprétation à donner aux équations de la mécanique quantique. Ces formules permettent de bonnes prédictions statistiques sur le comportement de la matière, mais elles n’arrivent pas à prédire le comportement individuel de chaque particule. Est-ce parce que la théorie est incomplète, comme le croit Einstein, ou plutôt que les particules fondamentales sont, dans leur essence même, régies pas des lois statistiques ? Cette dernière interprétation, que rejette Einstein, va finalement s’imposer.

RETOUR AU TEXTE

 

 


 
D'après une chronique de Solange Gagnon, journaliste et Jeannita Richard, réalisatrice
Adaptation pour Internet : Pierre Sormany, Karine Boucher et Isabelle Montpetit