Retour à la page d'accueil


Franz Joseph Gall soutient que tous nos grands traits de personnalité, 27 au total, sont localisés à un endroit déterminé du cerveau.

 

 

 

Les premières explorations du cerveau
(1 de 2)

Mais il faut attendre le début du XIXe siècle pour que le cerveau occupe vraiment la place qui lui revient. Un médecin autrichien, Franz Joseph Gall, soutient que tous nos grands traits de personnalité, 27 au total, sont localisés à un endroit déterminé du cerveau.

Le sentiment sexuel se trouve à la base du crâne, la combativité aussi, l’estime de soi occupe le sommet alors que le sens de l’humour est à l’avant. Quoique non scientifique, cette théorie récolte un vif succès. Qui n’a pas entendu parler de la « bosse des mathématiques », un héritage de cette vision de Gall?

Par la suite, grâce au microscope, l’anatomie se développe rapidement.

Malgré son apparence, le cerveau n’est pas une masse informe. Il est constitué de cellules aux formes luxuriantes, munies de toutes sortes de prolongements. Ce sont les neurones. Mieux encore, on observe que ces neurones communiquent entre eux au moyen d’un courant électrique, l’influx nerveux.

Mais c’est le neurologue français Paul Broca qui jette vraiment les bases de la neurologie moderne. Par le biais d’une autopsie pratiquée sur le cerveau d’un patient qui a souffert de troubles de la parole, il observe, en 1861, que ce cerveau porte une lésion dans le lobe frontal de l’hémisphère gauche. Pour lui, la conclusion est évidente : cette zone est responsable du langage.

Broca va imposer l’idée de faire de l’exploration du cerveau un champ de recherche à part entière. C’est le début de la cartographie cérébrale.

« Plus tard, il y a eu d’autres démonstrations prouvant que l’hémisphère droit est impliqué dans la perception de l’espace, et cela amène lentement la neurologie vers la neuropsychologie moderne de telle sorte que maintenant, on cherche à localiser les zones qui seraient responsables de la perception des émotions, précise Maryse Lassonde. Comme vous le savez sans doute, les émotions se passent aussi au niveau du cerveau et non au niveau du cœur. Cela a donc été un tournant majeur dans le domaine de la neurologie. »

Extrait vidéo : Selon Gall, le sentiment sexuel se trouve à la base du crâne, la combativité aussi, l’estime de soi occupe le sommet alors que le sens de l’humour est à l’avant.

Suite page (2 de 2)

 

 
D'après une chronique de Solange Gagnon, journaliste et Jeannita Richard, réalisatrice
Adaptation pour Internet :
Jean-Charles Panneton et Karine Boucher