Retour à la page d'accueil







À la suite de ses observations à la lunette, Galilée s’est fait le chantre d’un Univers centré sur le Soleil.

La parution de son livre, en italien, Dialogue sur les systèmes du monde, a connu un succès immédiat ce qui lui attira les foudres de l’Église catholique.

Galilée fut finalement traduit devant l’Inquisition, contraint de se rétracter et assigné à résidence jusqu’à sa mort en 1642. Son livre « Dialogue sur les deux principaux systèmes du monde » est mis à l’Index.

Devant le tribunal de l’inquisition, il déclare ceci : « Moi Galilée, dans la soixante-dixième année de mon âge, à genoux devant vos éminences, ayant sous les yeux les Saintes Écritures que je touche de mes propres mains, j’abjure et je maudis et je déteste l’erreur et l’hérésie du mouvement de la Terre. »

Puis, en apparté, il aurait dit : « Eppur si muove » (Et pourtant elle bouge!)

Ce n’est que 350 ans plus tard, en 1992, que l’Église catholique reconnaîtra officiellement son erreur envers Galilée.

Malgré sa condamnation, Galilée porte un coup fatal au système géocentrique de Ptolémée. Désormais, l’Homme doit se résigner à occuper une place beaucoup plus modeste dans l’Univers.

Extrait vidéo : Galilée est forcé d’abjurer ce qu’il sait être vrai. (Extrait du Roman de la science)

       
 
D'après une chronique de Solange Gagnon, journaliste et Jeannita Richard, réalisatrice
Adaptation pour Internet : Karine Boucher et Isabelle Montpetit