Une approche naturelle

L


es antioxydants suscitent beaucoup d’espoir. Le ginkgo biloba, par exemple, est une substance que les médecins pourraient utiliser à des fins préventives. C’est un antioxydant puissant et naturel.

Puisque la protéine bêta amyloïde produit des radicaux libres, des chercheurs essaient de la neutraliser avec les antioxydants du ginkgo. Ces substances s’interposent entre la bêta amyloïde et la membrane, ce qui empêche la destruction des neurones.

En laboratoire, les chercheurs ont cultivé des neurones en présence de la protéine bêta amyloïde. Dans certains puits, ils y ont ajouté un extrait de ginkgo. Le lendemain, les neurones avaient survécu. Un bon point en faveur du ginkgo.
Ces substances commencent à peine à être étudiées par les scientifiques, mais certains n’attendent pas de résultat définitif avant de les utiliser. « Les antioxydants semblent ralentir la mort cellulaire neuronale, alors peut-être que ça ne ferait pas de tort si quelqu’un prenait des extraits de ginkgo ou d’autres antioxydants pendant plusieurs années. Moi, j’en prends déjà », témoigne le Dr Rémi Quirion.

Page suivante : Conclusion et hyperliens Page précédente : Les pistes d’espoir (deuxième partie)


    Accueil    L’Alzheimer    À la recherche du coupable    L’Alzheimer et les femmes
Retour au site de Découverte Retour à Radio-Canada.ca