Les études existantes

L'utilisation des micro-ondes en communication est une invention militaire. Une partie du personnel militaire a donc été largement exposé à ces radiations, et les études épidémiologiques sur l'impact de cette exposition abondent.

«Il y a suffisamment d'études publiées depuis quelques décennies pour affirmer qu'il y a une augmentation de l'incidence de tumeurs cérébrales chez les personnes exposées aux radiations micro-ondes», affirme le biophysicien Neil Cherry de l¹Université Lincoln en Nouvelle-Zélande.

Ce chercheur, autrefois professeur à l'Université McGill, a passé de nombreuses années à revoir toute la littérature scientifique à ce sujet. Il cite des dizaines d'études épidémiologiques et de laboratoire pour étayer son propos.

En 1996, une étude sur le personnel de l'armée polonaise, impliquant 128 000 soldats sur une période de 15 ans, a démontré qu'une exposition aux micro-ondes augmentait de façon significative l'incidence de la leucémie et des cancers du cerveau.

De son côté, l'armée de l'air américaine a suivi, sur une période de presque vingt ans, 880 000 soldats. Cette étude a démontré qu'il y a avait une augmentation du risque de cancer du cerveau associée à l'exposition aux micro-ondes.

Mais l'incident le plus célèbre demeure celui de l'ambassade américaine à Moscou. Les Soviétiques ont utilisé des micro-ondes pour faire de l'écoute électronique entre le début des années 1950 et la fin des années 1970. Le personnel a été exposé à une puissance plusieurs milliers de fois inférieure à la radiation du téléphone cellulaire mais pendant 40 heures par semaine.

Résultat : tous les membres du personnel présentaient de graves anomalies du sang, trois ambassadeurs successifs sont décédés d'un cancer, 15 des 31 femmes du personnel ont également succombé du cancer, y compris des leucémies et des cancers des voies génitales. Au total, le taux de cancer était trois fois supérieur à la moyenne générale de la population.

Cependant, si le cas de l'ambassade américaine et les études épidémiologiques militaires démontrent un lien entre les radiations micro-ondes et le cancer, ils ne peuvent pas être directement transposés aux conditions actuelles des utilisateurs du téléphone cellulaire. Les fréquences, la puissance, la durée d'exposition et la distance de l'émetteur micro-onde ne sont pas les mêmes. Par contre, ces études permettent d'interroger le bien fondé d'utiliser les micro-ondes en téléphonie.


 
 

Fermer