Le changement de niveau d’eau aura sûrement un impact sur les canards




La chercheuse Christiane Hudon et un collègue au milieu d’une colonie de phragmite

Depuis cinq ans, Environnement Canada a réuni de nombreux chercheurs pour mesurer l’impact des variations de niveau d’eau sur l’environnement fluvial depuis quelques années : les plantes, les poissons, les amphibiens, les animaux terrestres, les oiseaux. Même les activités récréatives humaines !

Ces chercheurs ont notamment constaté que l’assèchement du sol favorise le phragmite, une plante de 2 à 3 mètres de haut qui pourrait envahir bientôt les rives du lac Saint-Pierre. Ces plantes sont très denses au sol et limitent ainsi l’espace et la lumière disponible pour les autres espèces végétales. Ainsi, seulement 1% de la lumière atteint le sol au centre d’une colonie.

Ce changement de végétation aura sûrement un impact sur la vie animale locale, notamment sur les petits mammifères et sur les oiseaux, dont les canards et les rapaces. « Les terres humides, situées de part et d’autre du fleuve et des lacs, vont être mouillées beaucoup moins souvent, et pas avec la même variabilité. Ça augmente les problèmes de pollution, ainsi que tous les problèmes pour la faune et la flore. » explique Christiane Hudon, une chercheuse d’Environnement Canada.

      Prochaine pageintroduction