Retour à Découverte

UNE ÉNERGIE COLOSSALE

À la différence des vagues générées par le vent, comme celles des ouragans — qui sont essentiellement un phénomène de surface —, les vagues créées par un tremblement de terre partent du plancher océanique lui-même. Par conséquent, elles forment des ondes très longues contenant une énergie colossale. Un tsunami est né ! À son arrivée sur le littoral, il se transforme en vagues monstrueuses. C'est de cette manière que se dissipe l'incroyable énergie qu'il contient.

Dans un gros tsunami, la hauteur des vagues varie de 5 à 10 mètres, soit l'équivalent d'un immeuble de trois étages. On estime à sept ou huit le nombre de grosses vagues qui font des dommages avant que l'énergie d'un tsunami ne soit dissipée. En moyenne, entre 15 et 30 minutes séparent l'arrivée de chacune. Et la plus grosse vague n'est pas nécessairement la première.


Que les amateurs de surf se ravisent : les tsunamis n'offrent pas ces superbes vagues qui font des rouleaux majestueux. Leur comportement varie beaucoup selon le littoral. Une vague brisée, par exemple, peut retourner vers la mer et créer un reflux. Si une seconde vague arrive au même moment, il se développe parfois un mur d'eau. Souvent associés aux tsunamis, les murs d'eau sont pourtant rares. Les vagues de tsunami ont plutôt tendance à simplement submerger les côtes.


En haute mer, la vitesse moyenne d'un tsunami est d'environ 800 km/h, une vitesse comparable à celle d'un avion à réaction qui traverse l'océan. Le Japon est régulièrement éprouvé par des tsunamis qui proviennent parfois d'aussi loin que le Chili. En 1960, à la suite d'un violent tremblement de terre près de la côte chilienne, un tsunami a voyagé pendant 22 heures et traversé plus de 10 000 km d'océan avant de frapper le Japon avec des vagues de 6 à 10 mètres.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------