ACCUEIL



  • REPORTAGES
  • CAPSULES
  • VRAI OU FAUX
  • QUESTION DE LA SEMAINE

  • ÉQUIPE

    RECHERCHE

    Recherche par date >>

    ARCHIVES
    2002 à 2004
    2001 à 2002
    2000 à 2001


    NOS COORDONNÉES

    Adresse postale:
    La Facture
    Société Radio-Canada
    1400 René-Lévesque Est,
    3e étage
    Montréal (Québec)
    H2L 2M2

    Téléphone:
    514 790-2636 ou
    1 800 790-2636

    Télécopieur:
    514 597-7972


    HEURE DE DIFFUSION
    Mardi 19 h 30

    REDIFFUSION SUR RDI
    Samedi 17 h 30
    Dimanche 2 h 30


    - Rabais discutables -
    Le marketing et la publicité sont partout. Dans une émission comme La facture, il y a plus de six minutes de publicité, soit presque le temps d'un reportage! Le prix est l'outil le plus puissant pour déclencher l'impulsion d'acheter. C'est particulièrement vrai quand un rabais est offert, le produit devient alors encore plus attrayant. Les pourcentages peuvent être impressionnants, mais les rabais ne disent pas tout. Ils peuvent même jouer des tours aux consommateurs comme Jacinthe.

    Journaliste-réalisateur : François Sanche

    __________


    « Je me suis rendue chez la Baie, car je voulais acheter des poêles. J'ai vu un beau 50% et je me suis dit: ''Wow! C'est le fun, c'est à 50 % [de rabais]!'' » raconte Jacinthe.

    Le wok qu'elle convoitait coûtait 80 $. Avec le rabais de 50 %, Jacinthe pouvait toutefois l'obtenir pour seulement 40 $. Elle décide alors de l'acheter, mais une mauvaise surprise l'attend dans un autre magasin.

    « Je suis allée chez Déco Découverte. Pendant que je magasinais, j'ai vu la même poêle à 40 $, prix régulier, se souvient-elle. J'ai trouvé ça vraiment spécial. »

    Jacinthe est surprise. Les deux woks coûtent tous deux 40 $, mais pour un, c'est le prix régulier, alors que pour l'autre, c'est un rabais de 50 % sur le prix régulier. Et leux poêles sont identiques.

    « J'ai l'impression que je me suis vraiment avoir, que je me suis fait mentir, dit Jacinthe. Pour moi, [la poêle] valait 80 $ et je l'ai acheté 40 $ en solde. J'étais contente. Mais chez Déco Découverte, elle vaut 40 $. »

    Et ce n'est pas la seule surprise. Quand on enlève l'étiquette du prix régulier de la Baie, on découvre un autre prix: 39,99 $. Comme si c'était ça, le vrai prix.

    « Ne me fais pas croire que tu me vends un produit à 50 % de rabais quand ce n'est pas vrai! » conclut Jacinthe.

    Stratégie perdante

    La Baie et Déco Découverte sont deux filiales de la Compagnie de la Baie d'Hudson (Hbc), à qui La facture a demandé des explications. Hbc a toutefois refusé d'accorder une entrevue télévisée.

    La compagnie a expliqué qu'elle possédait plusieurs chaînes de magasins, qui ont chacune leur stratégie pour fixer les prix. Déco Découverte et Zellers appliquent celle dite du bas prix de tous les jours, alors que la Baie en met une autre, axée sur les rabais promotionnels, en ouvre. Dans ce dernier cas, les produits sont plus chers, mais sont soldés périodiquement.

    Cette stratégie axée sur les rabais commence toutefois à être dépassée, selon Jacques Nantel, professeur titulaire à l'École des hautes études commerciales de Montréal.

    « Cette consommatrice-là, qui a vu la différence entre les deux magasins appartenant tous deux à la Baie, va fort probablement être assez déçue, et c'est un peu là où le bât blesse pour les détaillants, parce qu'ils sont de plus en plus en quête de fidélité », explique-t-il.

    « Lorsqu'on fait une chose comme celle-là, c'est sûr que ça vient miner notre crédibilité, et forcément la fidélité des consommateurs et des consommatrices, ajoute ce spécialiste. Ça risque de jouer beaucoup au détriment des détaillants. C'est une stratégie perdante. »

    Impact psychologique

    La facture a comparé les prix chez la Baie et Déco Découverte. Deux journalistes, tous deux munis d'une caméra cachée et en contact l'un avec l'autre par téléphone cellulaire, ont fait l'exercice.

    Ils ont trouvé des articles pratiquement au même prix. Ils ont aussi remarqué que la Baie offre des rabais qui lui permettent de se comparer avantageusement à Déco Découverte. Certains produits ayant le même prix régulier dans les deux magasins deviennent, avec le rabais de 50 %, deux fois moins chers chez la Baie.

    Ils ont toutefois repéré également ce que Jacinthe a vu, soit des rabais discutables. Dans ces cas-là, le prix régulier est deux fois plus élevé chez la Baie. Cependant, avec le rabais de 50 %, le prix de l'article en question est l'équivalent du prix régulier de Déco Découverte. Il n'y a pas d'aubaine, mais l'impact psychologique du rabais de 50 %, lui, est bien réel.

    « C'est 50 % [de rabais]! Tu te dis: ''Oui, ça vaut la peine. Je vais en profiter, je vais l'acheter maintenant'' », admet Jacinthe.

    La facture avait déjà parlé de ces rabais spectaculaires pas si spectaculaires, un reportage qu'elle a montré à Jacinthe. On y voyait que certains grands magasins vendaient au rabais des matelas à 50 % de leur prix régulier. Ce prix régulier était toutefois tellement élevé qu'une fois le rabais appliqué, le matelas était au même prix qu'ailleurs.

    Gonfler les prix pour faire croire à une économie

    Raymond Malo, un agent principal du Bureau de la concurrence du Canada, enquête sur les rabais qui n'en sont pas. « Ce qu'on n'a pas le droit de faire, dans le fond, c'est d'utiliser un prix régulier gonflé pour faire croire à une économie », indique-t-il.

    « Même si, ultimement, le prix que les consommateurs vont payer pour un produit est intéressant, là où il y a tromperie, c'est dans l'économie qu'ils pensaient faire parce qu'ils ont été mis en contact avec un prix de référence, poursuit-il. On pense faire une bonne affaire, et c'est là que les consommateurs sont trompés, d'une part, et c'est aussi là que les concurrents sont trompés, car ça détourne les consommateurs vers le commerçant [qui offre le rabais discutable], les gens pensant qu'ils vont en avoir plus pour la valeur. »

    Ce que Jacinthe a découvert chez la Baie pourrait-il contrevenir à la Loi sur la concurrence? La facture n'a pas la réponse. Pour le savoir, il faudrait en effet déterminer si la Baie avait vraiment l'intention de vendre le wok au prix régulier de 79,99 $.

    « Si on prend un prix complètement gonflé artificiellement, qu'on offre le produit pendant une période de temps importante en sachant qu'on n'en vendra pas, et puis qu'ensuite on réduit le prix pour dire: ''Le prix régulier, c'est le prix auquel on l'a offert avant'', [ce n'est pas un produit offert de bonne foi] », soutient Raymond Malo.

    Autrement dit, la Baie doit avoir offert le wok à 80 $ assez longtemps pour en avoir vendu un nombre significatif. C'est ce qui détermine que le rabais venant ensuite sera un vrai rabais.

    La facture a demandé à la Baie combien de woks ont été vendus à 80 $ et à 40 $. La compagnie a refusé de répondre, invoquant des raisons concurrentielles. Elle dit toutefois respecter la Loi et prendre la chose au sérieux.

    Amende salée

    Raymond Malo
    On comprend pourquoi quand on voit ce qui est arrivé à la compagnie Sears, qui a été poursuivie à cause de rabais trompeurs. Le tribunal est arrivé à la conclusion que la chaîne de grands magasins n'avait pas vendu une quantité importante de pneus au prix régulier allégué, et qu'elle n'avait donc pas offert le produit de bonne foi.

    La démonstration a été faite que Sears avait vendu seulement 2 % de pneus au prix régulier. La compagnie a été sanctionnée et elle a dû payer près de 500 000 $, incluant les frais judiciaires. Elle affirme aujourd'hui s'être conformée à la Loi.

    D'ailleurs, depuis le premier reportage de La facture, en 1998, les prix réguliers des matelas ont baissé. Chez la Baie toutefois, on retrouve encore des prix élevés et des rabais allant jusqu'à 55 %.

    « Je ne vais plus chez la Baie. Ça m'a insultée à ce point », affirme Jacinthe.

    « La première chose que je dirais [aux consommateurs], c'est d'abord de poser des questions au vendeur pour voir un peu de quoi il en retourne: Quel est le prix régulier du produit? Pendant combien de temps a-t-il été offert à ce prix? Est-ce que le prix régulier est le prix auquel le produit se vend habituellement? Ça, c'est probablement la première démarche, souligne Raymond Malo. Ils peuvent aussi porter plainte chez nous, au Bureau de la concurrence. »

    C'est ce que Jacinthe a décidé de faire.

    « Un consommateur qui fait une plainte par rapport à une situation, il ne le sait peut-être pas, mais il y a peut-être déjà eu 20-25 autres consommateurs, peut-être 50 autres consommateurs, qui se sont plaints de la même situation », fait remarquer Raymond Malo.

    Une chose est certaine, Jacinthe voit dorénavant ses circulaires d'un autre oeil. « Maintenant, je vois ça comme une publicité. Les prix, c'est ça. Je ne vois plus ça comme un rabais. »

    En conclusion

    Faute d'information sur les ventes, on ne peut prétendre que ce que fait la Baie est illégal. Reste à voir ce qui arrivera de la plainte de Jacinthe.

    Le Bureau de la concurrence du Canada reçoit 40 000 de ces plaintes chaque année, il concentre donc ses énergies sur les plus gros cas.

    La chaîne de magasins de vêtements Suzie Shier, par exemple, a dû verser 1 million de dollars d'amende pour pratiques de vente trompeuses en 2003.



    Hyperliens
    Bureau de la concurrence du Canada

    Loi sur la concurrence



    Haut de la page



    * Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes