ALÈKS ZAKAL

Je m’appelle Alèks Zakal de l’école François-Buote de Charlottetown à l’Île-du-Prince-Édouard. J’adore voyager, découvrir et apprendre. Alors lorsque j’ai entendu parler du concours Jeunes reporters Acadie, j’ai sauté sur l’occasion.

Je suis très artistique. Je dessine sur tout ce qui me tombe sous la main. Avec ma créativité et mon imagination, j’espère vous étonner à chaque fois. Votez pour moi!!

MES REPORTAGES

Vivre en français en milieu minoritaire : Le reportage de Alèks Zakal

Vivre en français en milieu minoritaire

Un jeune enseignant de l’École François-Buotte de Charlottetown est frappé par les défis de vivre en milieu minoritaire. Maxime Duguay enseigne aux élèves de 7e à la 12e année et il y voit aussi des avantages. Alèks l’a rencontré.

COMMENTAIRES DU JURY
Alèks a amélioré la technique de montage et de tournage mais il reste encore du chemin à faire. L’histoire commence bien mais finit en queue de poisson. On découvre un enseignant passionné par la langue et très engagé dans son école. Mais on reste sur notre faim. Le jury aurait aimé le voir davantage en action, dans d’autres activités par exemple. Le dernier clip du personnage est beaucoup trop long. Une histoire, ce n’est pas seulement quelqu’un qui dit quelque chose, « Une tête parlante », c’est une construction d’éléments qui accroche le spectateur au début, qui se développent et qui se termine avec une fin.

Ce métier qui me passionne : Le reportage d'Alèks Zakal

Ce métier qui me passionne

L'artiste visuel P. John Burden peint des toiles originales symbolique et surréaliste. Originaire de Grande-Bretagne, il vit maintenant à Hunter River à l'Île-du-Prince-Édouard.

COMMENTAIRES DU JURY
Nous découvrons un artiste unique à l'Île-du-Prince-Édouard. Le jury aurait aimé sentir davantage les couleurs dans les oeuvres. Avoir des plans rapprochés. On reste loin des oeuvres. Attention aux fautes de français dans les sous-titres (neuf fautes ont été comptées). La livraison, le rendu de la lecture et la justesse du ton restent à travailler. Certains mots sont difficiles à comprendre. Attention au bruit de fond ou à l'absence de son naturel. Chaque image devrait être accompagnée de son naturel, de son d'ambiance. Sinon, cela nuit à l'écoute.

L'environnement : Le reportage d'Alèks Zakal

L'environnement

Comment l’abeille, une si petite créature, a une si grande influence sur nos vies? Sans elle, la faune et la flore ne seraient plus telles qu'on les connaît. La sélection de fruits et légumes des épiceries serait très limitée. Voici les réflexions d’un apiculteur de l’île du Prince-Édouard.

COMMENTAIRES DU JURY
Beau sujet. Belles images d’abeilles et de ruches d’abeilles. L’éclairage de l’entrevue est trop sombre. Il aurait fallu mettre le réglage de la caméra sur manuelle et ouvrir l’iris pour mieux voir l’invité. De plus, Aleks était du mauvais côté de la caméra pour poser les questions, ce qui forçait l’invité à se tordre le cou. Il aurait été plus simple de faire l’entrevue avec les ruches...
Attention au son lors du montage, il y a trop de variation entre les différentes pistes sonores.
Et les fautes de français… Attention, il y en avait 7 dans cette histoire.

Mon premier emploi! : Le reportage d'Alèks Zakal

Mon premier emploi!

Veronica Louise McDonald est une jeune élève qui travaille avec ses parents chaque fin de semaine au marché des fermiers de Charlottetown depuis qu’elle est toute petite. Un premier emploi qu’elle aime beaucoup.

COMMENTAIRES DU JURY
Le jury se demande pourquoi avoir cadré l’image en 4:3 au lieu de 16:9 sans justification particulière. On se demande pourquoi. Pourquoi avoir fait l’entrevue de la jeune fille dans sa chambre au lieu d’un endroit représentatif en lien avec l’histoire? Le jury aurait aimé voir plus d’images, plus de gros plan, de plan d’ensemble du Marché des fermiers de Charlottetown. Les images sont souvent instables. Le cadre bouge beaucoup. Trop de panoramiques instables. Encore une fois, les variations dans les sons dans le montage nuisent à la fluidité. Bonne utilisation des photos pour illustrer les éléments du passé. Attention à l’articulation. La dernière phase est inaudible.