Logo des 11es Championnats du monde aquatiques
1 USA 17 15 7 39
2 AUS 13 8 4 25
3 CHN 5 5 7 17
5 CAN 3 4 3 10
Water-poloNatationPlongeonNage synchroWater-polo


La parole à: Ann Dow

Au sujet de la victoire contre les GrecquesAu lendemain d'une victoire qui a demandé autant d'adrénaline, la sensation est magique. Ça redonne encore plus de confiance, même si nous n'en manquions pas du tout. Maintenant, nous avons battu les championnes olympiques et les médaillées d'argent, alors nous sommes prêtes pour les Hongroises.

L'élimination des Italiennes, championnes olympiques, en quarts de finale, donne un petit velours. Il s'agit d'un adversaire difficile à battre de moins.

Au sujet de la préparation pour un tournoi comme les mondiaux FINA

Nous devons centraliser toutes les membres de l'équipe, car plusieurs d'entre nous jouent au niveau professionnel un peu partout dans le monde. Donc, dès le 18 mai, nous avons commencé à nous entraîner ensemble.

Nous nous sommes entraînées dans l'eau et nous avons fait de la musculation. Les dirigeants de l'équipe canadienne ont ensuite choisi 13 joueuses pour la Ligue mondiale. Puis, 17 joueuses se sont rendues à New York pour que tout le monde soit de nouveau évalué.

Nous avons ensuite entrepris la Ligue mondiale. Nous devions jouer ensemble pour retrouver la chimie. Il faut dire que nous n'avions pas disputé un seul match depuis les Jeux olympiques d'Athènes.

Au sujet d'une journée typique durant les mondiaux

Nous sommes très gâtées. La journée commence avec un déjeuner optionnel, parce que certaines joueuses ont besoin de plus de sommeil. Les pratiques ne commencent jamais avant 11 h pour nous laisser le temps de dormir.

Puis, tout au long de la journée, nous nous entraînons, nous jouons, nous mangeons et nous tenons des rencontres d'équipe. Après le match, nous recevons un massage et nous nous reposons.

En tout, au courant de la journée, nous avons peut-être 4 ou 5 heures de temps libre. Et nous pouvons faire ce que nous voulons car les entraîneurs ne sont pas très stricts. Ils savent que nous sommes matures: nous savons quand dormir, quand manger et quand s'amuser. Nous ne sommes pas encadrées à la minute près car les entraîneurs savent que nous n'avons pas besoin de cela.

Au sujet du séjour à l'hôtel durant la compétition

Toute l'équipe reste à l'hôtel, même les joueuses qui habitent à Montréal. C'est pour la chimie d'équipe et pour développer l'harmonie. Il faut passer du temps ensemble et faire des activités ensemble.

Durant le tournoi, nous ne sortons jamais avec les adversaires ou les autres athlètes canadiens. Nous socialisons parfois car nous connaissons des joueuses professionnelles en Europe. De plus, l'équipe canadienne de natation reste dans le même hôtel que nous, alors nous les saluons. Mais nous ne sommes pas ici pour faire la fête.

Au sujet du retour à la normale après un tournoi d'envergure

Ça prend un certain temps car nous vivons de belles émotions. On ne redescend pas très vite de notre nuage. Nous devons vivre l'expérience en entier.

Mais, en retournant dans nos familles et auprès de nos amis, nous décollons mentalement de l'ambiance de la compétition.

À lire aussi

  • Ann Dow discute de violence au water-polo
  • Ann Dow parle des objectifs canadiens pour l'équipe féminine
  • Ann Dow traite de la popularité du water-polo au pays
  • (propos recueillis par Jean-François Tremblay)


    Error processing SSI file