Logo des 11es Championnats du monde aquatiques
1 USA 17 15 7 39
2 AUS 13 8 4 25
3 CHN 5 5 7 17
5 CAN 3 4 3 10
PlongeonNatationPlongeonNage synchroWater-polo

10 m finale - Femmes
Déjà vu pour Heymans!

 

Émilie Heymans (CP Photo/Frank Gunn)
La déception est immense pour Émilie Heymans.

20 juillet 2005 - Les mois passent et se ressemblent pour Émilie Heymans. Mercredi, aux Championnats du monde, la Canadienne a terminé quatrième à la finale de la tour de 10 m, un sentiment de déjà vu, comme aux Jeux olympiques d'Athènes.

Deuxième à l'issue des demi-finales, Heymans a raté ses premier et quatrième plongeons pour ainsi voir s'envoler ses chances de conserver son titre mondial. Pourtant, dans cette finale qui ressemblait davantage à un festival de bombes, la plongeuse de Saint-Lambert a été incapable de profiter des erreurs de ses adversaires pour arracher une médaille.

Le suspense s'est maintenu jusqu'à la toute fin, les cinq premières effectuant toutes le même plongeon.

Faisant preuve de la plus grande constance, l'Américaine Laura Ann Wilkinson, championne olympique de la spécialité aux Jeux de Sydney, a raflé l'or grâce à un score de 564,87 points. L'Australienne Loudy Tourky, médaillée de bronze aux Jeux d'Athènes, a pris le deuxième rang (551,25 pts) devant la Chinoise Jia Tong (550,98 pts) qui a effectué un superbe dernier saut pour monter de trois places. Quant à Heymans, elle a raté le podium par 4 points (546,84 points).

Fatigue ou stress

Évidemment déçue, la Québécoise de 23 ans avait du mal à expliquer son résultat. Pourtant elle s'était bien reprise à son deuxième plongeon pour lequel elle a obtenu trois notes parfaites, remontant ainsi au deuxième rang. Mais force est d'admettre que cette prestation ne lui a pas insufflé une dose de confiance nécessaire.

« J'aurais aimé offrir une meilleure performance. J'ai perdu ma concentration durant la finale. Il y a plusieurs facteurs qui peuvent avoir causé ça, c'est peut-être la fatigue, le stress. Je sentais un peu de pression après les trois médailles canadiennes, mais aujourd'hui, durant la compétition, quand je pensais à mes plongeons, je ne pensais pas à ça », a déclaré Heymans qui avait remporté la finale du Grand Prix des États-Unis, il y a deux mois, avec la même liste de plongeons.

Quatrième au monde, il n'y a pas à rougir de ce résultat. En d'autres circonstances, Heymans l'aurait digéré, mais pas aujourd'hui.

« Ce n'est pas rien être quatrième au monde. Ce n'est pas la place qui me dérange, mais la performance. D'habitude, je plonge mieux que ça. Je plongeais mieux que ça à l'entraînement. »

Larouche cinglant

Michel Larouche
Michel Larouche

D'ailleurs, Heymans n'est pas la seule à avoir mal digéré sa performance. Son entraîneur Michel Larouche ne cachait pas sa déception vis-à-vis sa protégée.

« Deux grosses gaffes qu'on ne peut pas se permettre dans une compétition au niveau international. Quand tu as besoin de cinq plongeons, pis que tu n'es même pas capable de faire les cinq, je pense qu'il y a un problème! », a affirmé Larouche sur un ton cinglant.

Épuisée après les Jeux d'Athènes, Heymans a fait une pause de trois mois pour se concentrer sur ses études en gestion de la mode. Elle n'a donc repris l'entraînement qu'en janvier seulement. Une période jugée un peu courte par Larouche qui soutient qu'Heymans a juste répété ce qu'elle faisait à l'entraînement, c'est-à-dire rater un ou deux plongeons.

« Émilie est la meilleure plongeuse au monde à la plateforme. Elle est capable de dominer cette épreuve avec une grande marge. Il y a eu un manque de préparation, d'intensité. J'aurais aimé ça qu'elle soit plus agressive lors des entraînements. Mais cette année, Émilie se devait surtout d'organiser sa vie personnelle (études). On va remettre l'accent sur l'entraînement l'an prochain », a constaté Larouche avec amertume.

Le torchon brûle?

Comme à Athènes, les relations risquent d'être tendues au cours des prochains jours entre la plongeuse et son entraîneur. Heymans soutient qu'elle s'est entraînée suffisamment et qu'elle était prête à faire face à la musique.

« Avant je faisais quatre épreuves, là je me suis concentrée sur une, mais ça ne veut pas dire que je me suis moins entraînée que les années précédentes », a répondu Heymans quand les journalistes lui ont rapporté les propos de Larouche.

Selon Heymans, elle a seulement connu une mauvaise journée... au mauvais moment.

À lire aussi: