Logo des 11es Championnats du monde aquatiques
1 USA 17 15 7 39
2 AUS 13 8 4 25
3 CHN 5 5 7 17
5 CAN 3 4 3 10
NatationNatationPlongeonNage synchroWater-polo

Finales - Dimanche
Soirée australienne et américaine

 

Grant Hackett<br>Photo CP/ Frank Gunn
Grant Hackett
(Photo CP/Frank Gunn)

31 juillet 2005 - Les Australiens et les Américains ont complètement dominé, dimanche, la dernière soirée des XIes Championnats du monde FINA, en décrochant cinq médailles chacun.

Les Australiens ont toutefois gagné le duel en raflant trois médailles d'or contre deux, en plus d'inscrire un record du monde, celui de Jade Edmistone au 50 m brasse.

Mais évidemment, toute l'attention était tournée vers Grant Hackett et le 1500 m. Le roi de la longue distance conserverait-il son titre, lui, qui en préliminaires, avait terminé deuxième derrière le Britannique David Davies?

La réponse n'a pas tardé. Dès les premiers coups de bras, le triple champion mondial et double champion olympique de la spécialité a pris les devants pour ne plus jamais les perdre.

En arrêtant le chrono à 14 min 42 s 58/100, Hackett a prouvé qu'il était toujours le maître incontesté, même s'il n'a pas battu son record du monde. D'ailleurs, le nageur de 25 ans a avoué qu'il tenterait le tout pour le tout lors des Jeux du Commonwealth devant son public, à Melbourne.

Deuxième, à cinq secondes du monarque, l'Américain Larsen Jensen a encore une fois joué les seconds violons, lui qui avait également enlevé l'argent au 800 m, derrière vous savez qui!Incapable de maintenir la cadence, Davies a dû se contenter du bronze (14:48,11). Pourtant, il avait réussi à devancer Jensen dans le dernier 100 m.

« C'est très satisfaisant parce que c'était un peu difficile. Hier, j'étais confiant après les préliminaires. Mais ce soir, pour une quelconque raison, je ne me sentais pas très bien. Le rythme de la course ne reflète pas mon niveau d'entraînement. Mais 14:42, c'est un des meilleurs temps que j'ai fait et, à la fin d'une semaine aussi chargée, c'est fantastique », a déclaré Hackett.

Avec cette performance, Hackett a mis la main sur sa cinquième médaille à Montréal, portant ainsi son total aux mondiaux aquatiques à 17, un record. Son compatriote Ian Thorpe regrettera donc de ne pas avoir fait le voyage au Canada, lui qui trônait en tête avec 13 médailles.

Record du monde pour Edmistone

Brooke Hanson et Jade Edmistone
Edmistone et Hanson
(Photo AP/Mark J. Terrill)

Au 50 m brasse féminin, Jade Edmistone ne se doutait certainement qu'en sortant de sa retraite il y a deux ans, elle gagnerait une médaille d'or à des championnats du monde, avec en prime un record du monde.

En enregistrant un chrono de 30 s 45/100, la nageuse de 23 ans, qui participe à sa première compétition internationale avec l'équipe australienne, a abaissé de 12 centièmes la marque de la Britannique Zoe Baker, établie aux Jeux du Commonwealth en 2002. Baker a terminé cinquième de la course.

Edmistone a devancé l'Américaine Jessica Hardy (30,85), médaillée d'argent au 100 m brasse et au 4 X 100 m QN, et sa compatriote Brooke Hanson (30,89).

« C'est génial. Je n'arrive pas à décrire ce que je ressens. Je me concentrais seulement sur ma technique en espérant ne rien faire de mal. Mais c'est plutôt le contraire qui s'est produit, j'ai tout mis en place dans cette course », a raconté la nouvelle championne encore sous le choc.

Et dans les autres finales...

Lisbeth Lenton a raflé la troisième médaille d'or australienne en s'imposant au 50 m libre féminin avec un temps de 24 s 59/100. Déjà championne du monde du 4 X 100 m libre et du 4 X 100 m QN, la nageuse du Queensland a doublé la Néerlandaise Marleen Veldhuis (24,83) dans les derniers mètres. La Chinoise Zhu Yingwen a complété le podium (25,10).

Écartés de la première marche du podium en début de soirée, les États-Unis ont remis les pendules à l'heure en remportant les deux dernières finales.

Katie Hoff
Katie Hoff
(Photo CP/Tom Hanson)

Katie Hoff a d'abord donné le ton en triomphant dans le 400 m quatre nages individuelles. Déjà sacrée championne sur 200 m, la jeune nageuse de 16 ans ne visait qu'à améliorer son chrono personnel. Mais en parcourant la distance en 4 min 36 s 7/100, elle a non seulement atteint son but, mais elle a aussi battu le record des championnats.

La Zimbabwéenne Kirsty Coventry a ajouté une quatrième médaille (or au 100 et 200 m dos et argent au 200 m QNI) à sa collection en terminant deuxième (4:39,72) devant une autre Américaine, Kaitlin Sandeno (4:40,85).

Au relais 4 X 100 m quatre nages, les Américains se sont imposés sans grande surprise, dominant la course de bout en bout (3:31,85). Par contre, malgré tous leurs meilleurs éléments (Aaron Peirsol au dos, Brendan Hansen à la brasse, Ian Crocker au papillon et Jason Lezak au style libre), les champions olympiques et mondiaux ont été incapables d'atteindre un autre objectif: améliorer leur record du monde.

Troisièmes après 300 m, les Russes, quatrièmes à Athènes, ont réussi à remonter dans le dernier relais pour arracher l'argent (3:35,08). Médaillés de bronze en Grèce, les Japonais (3:35,40) repartent avec la même couleur.

Triplé pour Laszlo

Au 400 m QNI chez les hommes, le Hongrois Cseh Laszlo a réussi le triplé. Avec une médaille d'argent (200 m QNI) et une de bronze (100 m dos) en poche, Laszlo a, cette fois, arraché l'or pour ainsi monter sur la plus haute marche du podium à une compétition internationale d'envergure pour la première fois de sa carrière.

Profitant de l'absence du champion en titre, l'Américain Michael Phelps, le Hongrois, deuxième en 2003, a amélioré sa marque personnelle en touchant le mur en 4 min 9 s 63/100. Il a coiffé au fil d'arrivée l'Italien Luca Marin (4:11,67) et le Tunisien Oussama Mellouli (4:13,47).

Et puis, la finale du 50 m dos a apporté son lot de surprises quand le Grec Aristeidis Grigoriadis a vu son nom tout en haut du tableau indicateur. Grigoriadis, dont le meilleur résultat était une quatrième place sur la distance aux Championnats européens, a devancé de gros canons comme l'Américain Aaron Peirsol, titré aux 100 et 200 m dos, et l'Allemand Thomas Rupprath, champion en titre et détenteur du record mondial.

Avec un chrono de 24 s 95/100, le Grec de 19 ans a vaincu l'Australien Matthew Welsh (24,99) et le Britannique Liam Tancock (25,02). Peirsol a dû se contenter du cinquième rang, tout juste devant Rupprath.