Logo des 11es Championnats du monde aquatiques
1 USA 17 15 7 39
2 AUS 13 8 4 25
3 CHN 5 5 7 17
5 CAN 3 4 3 10
NatationNatationPlongeonNage synchroWater-polo

Survol
Montréal ville sportive, près de 30 ans après les olympiques

Blythe Hartley
(Photo AP/Roberto Candia)

15 juillet 2005 - Certains l'appelle le Super Bowl des sports aquatiques. Ce qui est certain, c'est que Montréal n'a pas connu d'événement sportif aussi prestigieux depuis les Jeux olympiques de 1976.

Les championnats du monde aquatiques 2005 s'ouvrent enfin samedi dans l'île Sainte-Hélène, après une naissance difficile et une survie incertaine. Plus de 2300 athlètes s'affronteront dans les disciplines du plongeon, de la natation, du water-polo, de la nage synchronisée et de la nage en eau libre.

Les deux vedettes incontestées, les plongeurs canadiens Alexandre Despatie et Émilie Heymans, ont très hâte de sentir l'énergie et l'appui des milliers de spectateurs attendus pour l'événement.

« Nous n'avons jamais eu la chance de participer à des championnats du monde devant nos compatriotes, a commenté Despatie. Nous sommes enfin là, sur le site, ça commence. »

Le Lavallois, blessé au dos, ne pourra défendre son titre mondial à la tour de 10 mètres. Il compétitionnera plutôt aux tremplins de 1 et 3 mètres. Pour sa part, Émilie Heymans ne participera qu'à la tour de 10 mètres. Despatie, Heymans et Blythe Hartley peuvent tous les trois aspirer à un podium.

Peu de Canadiens attendus sur le podium

Rick Say
(Photo CP/Paul Chiasson)

Les meilleures chances de médaille pour le Canada? Il y a d'abord le duo Nicole Cargill-Courtenay Stewart, à la nage synchronisée, et l'équipe féminine de water-polo qui a une chance légitime de terminer sur le podium.

Le nageur Rick Say, fort de sept médailles internationales et dix titres canadiens depuis le début de sa carrière, pourrait aussi surprendre. Le relai canadien 4 X 200 m représente pour le moment la meilleure chance de médaille en natation pour le Canada.

« Nous sommes dans une situation où nos athlètes ne font même pas partie du top 8 mondial dans la plupart des disciplines », a expliqué le directeur général de Natation Canada, Pierre Lafontaine, qui doit relancer le programme sportif.

Phelps en vedette

Toujours à la natation, l'Américain Michael Phelps devrait offrir un bon spectacle, lui qui a remporté pas moins de huit médailles aux Jeux d'Athènes, dont six d'or. Il participera à huit épreuves à Montréal, dont deux, le 200 et le 400 m libre, où il se mesurera à l'excellent Australien Grant Hackett.

Plusieurs vedettes internationales des sports aquatiques brilleront toutefois par leur absence. En tête de liste, le quadruple médaillé aux Jeux d'Athènes, le nageur Ian Thorpe, ainsi que le nageur néerlandais Pieter van den Hoogenband, qui se remet d'une opération.

Chez les femmes, les nageuses américaines Amanda Beard et Jenny Thompson ont aussi déclaré forfait, la seconde ayant annoncé sa retraite.

Naissance difficile, toujours fragile

Annulés en janvier par la FINA, puis ressuscités en février grâce aux promesses de financement du maire de Montréal, Gérald Tremblay, les championnats du monde aquatiques 2005 sont finalement une réalité.

Avec un budget de 38,5 millions de dollars, dont un financement de 16 millions de dollars du gouvernement fédéral et 8,5 millions de commanditaires, l'événement doit encore combler un manque à gagner d'au moins 7,5 millions de dollars.

Les ventes de billets n'atteignent pour le moment que la moitié de l'objectif fixé de 11 millions de dollars, et les organisateurs comptent sur des ventes de 2,5 millions aux concessions et en produits dérivés pour faire de Montréal 2005 non seulement un succès sportif, mais un succès financier.