ICI Radio-Canada Télé

Notre cinéma à Radio-Canada

Vedettes


Roy Dupuis

Voir la photo précédente
Voir la photo suivante

Voici la liste des films de « Notre cinéma à Radio-Canada » auxquels cette vedette a participé:

Maurice Richard
Les États-Unis d'Albert
L'Exécution
Monica la Mitraille
Mémoires affectives
Les Invasions barbares
Séraphin - Un Homme et son péché
J'ai serré la main du diable
Un été sans point ni coup sûr
Je me souviens
Les doigts croches


Dès sa sortie de l'École Nationale de Théâtre en 1986, Roy Dupuis se voit offrir des premiers rôles d'importance simultanément au théâtre, au cinéma et à la télévision.

C'est grâce au rôle d'Ovila Pronovost dans la télésérie Les Filles de Caleb que Roy gagne le cœur du grand public québécois. Pour cette interprétation remarquable, il remporte le prix Gémeaux du Meilleur Interprète masculin. Son succès télévisuel se poursuit avec le personnage de Michel Gagné dans Scoop et celui d’Oliva Dionne dans la télésérie relatant l'histoire des quintuplées Dionne, Million Dollar Babies. Roy se voit ensuite offrir le rôle-titre dans Maurice Richard: Histoire d'un Canadien, qui lui vaut une nomination au Gala Métrostar comme Meilleur Acteur masculin. Aujourd’hui, la popularité de Roy Dupuis s'étend à la grandeur de la planète grâce à son interprétation de Michael dans la série américaine La Femme Nikita, diffusée dans plus de 50 pays, dont les États-Unis et le Canada. On a pu l’admirer récemment dans Le Dernier Chapitre. Son talent fut encore une fois apprécié du public puisqu’il se voit décerner un prix Métrostar (Meilleur Acteur masculin) pour le rôle du biker Ross Desbiens.

Le théâtre a toujours tenu une place privilégiée dans la vie de Roy Dupuis. On n’a qu’à penser à son interprétation d’Harold dans Harold & Maude, une mise en scène de Richard Thériault ; de Jay dans Le Chien, une mise en scène de Brigitte Haentjens ; ou encore de Roméo dans Roméo & Juliette, une mise en scène de Guillermo de Andrea. Il retrouve la metteur en scène Brigitte Haentjens dans Un oiseau vivant dans la gueule de J-M Delisle et dans True West de Sam Shepard.

La carrière cinématographique de Roy Dupuis débute avec le personnage de Renaud dans le film Sortie 234 de Michel Langlois, qui se démarque au Festival international du Nouveau Cinéma. Par la suite, il interprète Yves dans Being at Home with Claude de Jean Beaudin (présenté à Cannes dans la section Second Regard) ; Alex dans Cap Tourmente de Michel Langlois ; Pierre-Paul dans C'était le 12 du 12 et Chili avait les blues de Charles Binamé (projeté au Festival Sundance) puis D. Samson dans J’en suis de Claude Fournier.

Sa carrière au grand écran prend peu à peu une direction internationale. Il joue dans Screamers de Christian Duguay (acclamé au Toronto Film Festival), dans Hémoglobine de Peter Svatek et dans Free Money d’Yves Simoneau, où il donne la réplique à Marlon Brando.

Plus récemment, il a incarné le rôle marquant d’Alexis dans le film le plus populaire de l’histoire du cinéma québécois à ce jour, Un homme et son pêché. Au printemps 2004, on a pu le voir interpréter le rôle de Gérald dans Monica la mitraille, de Pierre Houle ; et le rôle-titre dans Jack Paradise, un film de Gilles Noël. Puis, il a interprété Jack Dekker, un golfeur excentrique dans le dernier film d’André Forcier, Les États-Unis d’Albert. À l’automne 2004, il donnait une prestation extraordinaire dans Mémoires affectives, de Francis Leclerc, dans le rôle d’Alexandre un personnage amnésique à la recherche de lui-même, rôle pour lequel il a été honoré du trophée du Meilleur Acteur aux prix Jutra ainsi qu’aux prix Génie 2005.

En 2005, en plus de jouer le rôle-titre du nouveau film de Charles Binamé, Roy Dupuis faisait l’ouverture des Rendez-vous du Cinéma dans un premier long-métrage de Jeremy Peter Allen, Manners of Dying, dans lequel il interprète le rôle bouleversant de Kevin Barlow, un condamné à mort. Finalement, Roy Dupuis incarne Maurice Richard dans le film du même nom réalisé par Charles Binamé.