Série littéraire : le sang

Le dragon, une nouvelle inédite de Perrine Leblanc

L'auteure Perrine Leblanc L'auteure Perrine Leblanc  Photo :  Julie Artacho

Dix écrivains gagnants ou finalistes des Prix littéraires du gouverneur général trempent leur plume dans l'encre rouge pour explorer une thématique essentielle : le sang.

Dans cette nouvelle inédite de Perrine Leblanc, la figure de Norman Bethune, père de la médecine sociale au Québec, se glisse au milieu de l'escapade amoureuse d'un couple, avec la Chine en toile de fond. Découvrez d'autres textes de la série littéraire Le sang et participez au concours « Il était une fois dans ma famille ». 

Le dragon, par Perrine Leblanc

Laura était à Beijing depuis un mois, elle consultait les archives pour sa thèse d'anthropologie médicale. Elle détestait la nuit, en Chine. Elle dormait avec un oreiller entre les jambes, et une petite veilleuse au pied de son lit à une place lui rappelait qu'elle n'était pas morte mais seule à l'autre bout du monde, que son amoureux n'était pas mort, mais à Montréal.

Tom vint enfin la retrouver à Beijing. Ils passèrent les premiers jours et toutes les nuits à faire l'amour en acrobates dans cette petite chambre de la résidence étudiante dont le hall était équipé d'un détecteur de chaleur. Une vilaine grippe courait dans la région.

Un jour, ils prirent le car qui déversait des groupes de touristes devant la Grande Muraille. Sur la route qui menait au cœur de la Chine et à ses anciennes frontières commerciales et sociales, ils firent halte pour manger de petits pains farcis au porc et boire une tasse d'eau chaude dans laquelle ils avaient jeté, avant de quitter leur chambre, quelques feuilles de Long Jing, un thé vert qu'on appelle en français le « puits du dragon ». Les toilettes locales offraient peu d'intimité, les murets d'un demi-mètre cachaient à peine le spectacle des culs dénudés et le ruisseau qui emportait toutes les saletés. Tom et Laura firent leur besogne en pouffant de rire, comme deux enfants. « Un vieux couple », dit-il. Ce à quoi elle répondit qu'ils auraient effectivement « tout fait ensemble avant de mourir ». Ils regagnèrent leurs places dans le car et Tom, épuisé, la tête et le corps entre Montréal et la Chine, fit un somme.

À Simatai, le soleil était à son zénith. Ils s'embrassèrent sur la frontière de pierre, devant une tour de guet ruinée. Quelques mètres plus loin, contre le chemin de ronde qui avait vu passer d'autres corps, Laura, éblouie par le soleil, se blessa à la main. Tom prit sa main et lécha les petites gouttes de sang qui perlaient sur la peau. Un groupe de Chinois les observaient et commentaient la scène à voix haute. Laura se retourna brusquement. Elle tendit l'oreille, puis s'approcha du groupe en souriant, amusée. Elle dit à la femme qui les avait pris pour des Américains : « Non, pas des États-Unis. Du Canada. » En France, elle aurait dit « Québec », mais à l'autre bout du monde, il nous arrive parfois de simplifier les choses dans le domaine délicat des origines, et c'est ce qu'elle fit. La femme rougit, salua avec une politesse exquise et demanda dans sa langue : « Êtes-vous du Québec? » Laura éclata de rire. Les Chinois connaissent assez bien les peuples qui se soulèvent, on leur a d'ailleurs dit beaucoup de bien des étudiants québécois. « Oui! De Montréal. » Et la dame se lança, un peu mécaniquement mais Laura saisit dans son regard cette petite lueur qui noue les amitiés, dans l'éloge du docteur Norman Bethune*. « Vous le connaissez, n'est-ce pas? » demanda la dame au beau visage rond, sans âge. Laura adressa un sourire à Tom, qui ne parlait pas chinois, puis elle offrit ce même sourire à son interlocutrice et lui répondit : « Oui... Il a réalisé les premières transfusions sanguines sur la ligne de front, avant la Seconde Guerre. Et c'est le père des médecins-aux-pieds-nus. » (Ces phrases lui donnèrent du fil à retordre en mandarin.) « Un héros », compléta la femme. Laura hocha la tête, épatée, émue de ce que le dragon de pierre leur offrait comme hasard. Elle regarda devant elle, où se tenait Tom, puis enregistra l'essentiel :

Le dragon de pierre qui tenait lieu de mur et de chemin.
La blessure sur sa main, et la bouche de Tom sur cette main.
Le sourire amical de cette dame, Hua, sur la portion de la Grande Muraille qui porte le nom de Simatai.
L'éloge de Bethune en chinois.
La petite chambre à Beijing où elle venait de concevoir avec Tom un enfant qui naîtrait à Montréal.

* Né en Ontario en 1890 et mort en Chine en 1939, Norman Bethune a défendu à Montréal la médecine sociale. Ses travaux ont frayé la voie au système de soins de santé universel. Son adhésion au communisme et sa participation à la guerre sino-japonaise à titre de médecin et de formateur ont fait de lui un héros en Chine.


L'homme blanc, de Perrine Leblanc L'homme blanc, de Perrine Leblanc  Photo :  Le Quartanier

Perrine Leblanc est née à Montréal en 1980. Son premier roman, L'homme blanc (Le Quartanier, 2010), a remporté le Grand Prix du livre de Montréal, le Combat des livres de Radio-Canada et le Prix littéraire du gouverneur général. Kolia, l'édition française publiée chez Gallimard en 2011, a été sélectionné pour le Grand Prix des lectrices de Elle et vient de paraître en traduction anglaise chez House of Anansi. Son deuxième roman, Malabourg, paraîtra chez Gallimard en 2014. Elle travaille sur un scénario de film et un troisième roman.