Lac-Mégantic : des choix déchirants à faire

Quatre mois après la tragédie à Lac-Mégantic, le journaliste Gérald Fillion, qui a grandi dans la région, est retourné dans la petite ville pour rencontrer des gens inquiets, mais pleins d’espoir. 

Un texte de Gérald Fillion 

Depuis la tragédie du 6 juillet à Lac-Mégantic, il n'y a pas une journée sans que je pense à ce qui s'est passé. Je connais ce centre-ville; j’ai travaillé à la radio locale qui autrefois se trouvait à deux pas du Musi-Café. Je connais cette ville; j'y ai fait mes études secondaires. Je connais des gens, des amis, d'anciens camarades de classe, d'anciens collègues. 

Surtout, je pense à celles et à ceux qui ont vécu cette nuit d'enfer, et qui doivent continuer à vivre avec ce souvenir : les images, les pleurs, les deuils. 

 Une longue convalescence 

Un peu plus de quatre mois après la tragédie, plusieurs craignent les airs gris de novembre. 

La visite du premier ministre du Canada le 21 novembre dernier est venue rappeler aux gens de Lac-Mégantic que les gouvernements sont là, qu'ils ne sont pas abandonnés. Mais, la réalité est complexe. Les travaux de décontamination seront longs.

Les travaux de reconstruction aussi. Des centaines de personnes sont sans emploi, des dizaines de marchands sont sans commerce. Des propriétaires d'immeubles attendent des réponses, ne savent pas combien ils recevront, où ils iront, quand ils pourront retrouver un semblant de vie normale. Il y a tant à faire et à décider. 

Il y a tant de questions auxquelles les autorités ne peuvent pas répondre. La santé économique de la ville est en jeu. La santé psychologique des familles aussi. Et puis, la question environnementale représente une véritable bombe à retardement, si cet enjeu est mal géré. 

Entre incertitude et espoir 

Entre l'incertitude et l'espoir, entre le maintenant et le plus tard, il y a des choix déchirants à faire. Et les gens ne sont pas unanimes sur ce qui doit être fait. 

« Quel sera cet avenir? a demandé la mairesse, Colette Roy-Laroche, en point de presse le 21 novembre dernier. Cette question nous habite sans cesse. » Et ce sont les gens de Lac-Mégantic qui vont décider, a-t-elle rappelé.

 Avec Éric Barbeau, Jacques Racine et Gilles Turcotte, je suis allé faire un tour récemment à Lac-Mégantic pour discuter avec des gens inquiets, mais pleins d'espoir. 

En naviguant dans la carte ci-dessus, vous trouverez leurs réponses à cette question aussi simple que fondamentale : « Que souhaitez-vous pour Lac-Mégantic? »

Et vous, que souhaitez-vous pour cette ville? Dites-le-nous par courriel ou sur Twitter.

Le reportage de Gérald Fillion :