Le PQ perd son pari, Pauline Marois démissionne

Suivez nos journalistes sur le terrain

Discours de Pauline Marois

Battue dans sa circonscription et essuyant une cuisante défaite face aux libéraux, Pauline Marois a donné sa démission en tant que chef du Parti québécois.

Un texte de Lili BoisvertTwitterCourriel

À la surprise générale, Mme Marois a été battue lundi soir dans la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré par la libérale Caroline Simard.

« Vous comprendrez que dans les circonstances, je vais quitter mes fonctions. » — Pauline Marois

Dans son discours à l'issue de la soirée électorale, elle a remercié son équipe et a salué les chefs des autres formations.

Devant ses partisans, elle s'est aussi dite inquiète pour l'avenir du français.

« Si j'ai un regret ce soir, c'est de n'avoir pu renforcer la présence du français dans tous les domaines. Alors je le dis aux Québécois : je suis inquiète pour notre langue. Peu importe nos allégeances politiques, nous avons le devoir de brandir le flambeau de la langue française. » — Pauline Marois

« Pour l'avenir, rien n'est réglé. Mais je demeure convaincue d'une chose, j'en suis profondément convaincue : nous aurions tout à gagner à prendre nous-mêmes toutes nos décisions pour nous-mêmes », a-t-elle ajouté.

Pauline Marois s'est par ailleurs dite très fière de ce que le Parti québécois a réalisé pendant les 18 mois où il a été au pouvoir. « Pendant cette courte période, nous avons accompli de bonnes et grandes choses », a-t-elle déclaré.

Mme Marois était première ministre du Québec à la dissolution de l'Assemblée nationale et elle a été la première femme première ministre du Québec.

Elle était en politique depuis 33 ans. Elle a occupé près de 20 responsabilités ministérielles, notamment aux Finances, à la Santé et à l'Éducation. Elle était chef du Parti québécois depuis 2007.

Le parcours politique de Pauline Marois

Déconfiture

Non seulement la chef péquiste a perdu son siège, mais son parti a également perdu le pouvoir. Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, sera à la tête d'un gouvernement majoritaire.

À la dissolution de l'Assemblée nationale, le Parti québécois était au pouvoir, avec un gouvernement minoritaire comprenant 54 députés. Le parti souverainiste a fait campagne sur les thèmes de l'économie et de la charte des valeurs, en évitant soigneusement de promettre un référendum dans un premier mandat, même si ce thème s'est imposé après la sortie spectaculaire du candidat Pierre Karl Péladeau.

L'ex-ministre de la Santé, Réjean Hébert, défait dans Saint-François, s'est montré profondément dépité par la chute du PQ.

« C'est difficile, je l'avoue, je suis déçu. Il va me falloir quelques jours, quelques semaines pour digérer cela, comprendre ce qui s'est passé. » — Réjean Hébert

Plusieurs anciens ministres du gouvernement péquiste ont tout de même été réélus. C'est le cas de Bernard Drainville, le parrain de la charte des valeurs du Parti québécois. C'est aussi le cas de l'ex-ministre des Relations internationales, Jean-François Lisée.

L'ex-ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, a été réélu dans Verchères, tout comme l'ex-ministre délégué aux Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier; l'ex-ministre déléguée aux Services sociaux, Véronique Hivon; et l'ex-ministre des Transports, Sylvain Gaudreault.

Le candidat vedette Pierre Karl Péladeau a été élu dans Saint-Jérôme.

D'autres candidats vedettes, comme Djemila Benhabib, Alexis Deschênes, Léo Bureau-Blouin et Lorraine Pintal, ont néanmoins été battus dans leurs circonscriptions respectives.

En Montérégie, dans la circonscription de Borduas, le péquiste Pierre Duchesne a lui aussi perdu sa bataille contre le caquiste Simon Jolin-Barrette, alors qu'il avait remporté la circonscription haut la main en 2012. M. Duchesne était ministre de l'Enseignement supérieur à la dissolution de l'Assemblée nationale. Dans Chambly, même scénario, alors que le ministre sortant de la Justice, Bertrand St-Arnaud, a été défait par le caquiste Jean-François Roberge.