Les chefs ne débattront pas en anglais

Suivez nos journalistes sur le terrain

Pauline Marois réplique à François Legault lors du débat de 2012 Pauline Marois réplique à François Legault lors du débat de 2012

Malgré leur insistance, les médias anglophones n'auront pas réussi à convaincre la chef péquiste Pauline Marois de participer à un débat des chefs en anglais, et ce, même s'ils lui avaient offert de s'exprimer en français.

« J'ai donné ma réponse et je n'ai rien à ajouter », a indiqué Mme Marois, dimanche.

L'exercice, proposé par un consortium formé de CBC, CTV, CJAD et The Gazette n'aura donc pas lieu.

La chef péquiste avait d'abord invoqué sa maîtrise déficiente de la langue de Shakespeare pour justifier son refus.

Les médias anglophones lui avaient alors fait une contre-offre, proposant à Mme Marois une nouvelle formule où elle aurait pu s'exprimer en français, avec une traduction simultanée.

Les chefs des trois autres partis représentés à l'Assemblée nationale, eux, avaient accepté l'idée de débattre en anglais, ce qui aurait constitué une première dans l'histoire politique québécoise.