Sondage : la majorité péquiste loin d'être acquise

Suivez nos journalistes sur le terrain

Le reportage de Sébastien Bovet

Exclusif - Le Parti québécois devra batailler ferme d'ici les élections du 7 avril prochain s'il veut obtenir le mandat majoritaire qu'il convoite, selon ce que laisse entendre un nouveau sondage CROP-Radio-Canada. Le PLQ demeure un adversaire de taille et la CAQ n'a pas encore signé son arrêt de mort.

Un texte de Jérôme LabbéTwitterCourriel

À 42 % dans les intentions de vote chez les francophones, le PQ part gagnant dans la majorité des 125 circonscriptions de la province. Le Parti libéral du Québec traîne 17 points derrière à 25 %, alors que la Coalition avenir Québec obtient l'appui de 20 % des francophones après répartition des indécis.

« Cette avance leur confère un avantage en termes de sièges », confirme le vice-président de CROP Youri Rivest, qui refuse toutefois de se prononcer sur le taux d'appui qui garantirait un gouvernement majoritaire au PQ.

N'empêche, avec les anglophones et les allophones, le PQ et le PLQ sont au coude-à-coude avec 36 % des intentions de vote. La CAQ n'obtient que 17 % des appuis, mais demeure compétitive dans les banlieues de la région montréalaise et la région de Québec.

M. Rivest constate que l'appui au PQ, après avoir augmenté à 40 % le mois dernier, est revenu à ce qu'il était en décembre et en janvier. « L'effet charte » serait-il en train de s'estomper? « Je dirais qu'on retombe plutôt dans les ornières du bon vieux clivage souverainistes-fédéralistes », observe M. Rivest.


Volatilité du vote

Preuve de plus que les dés ne sont pas encore jetés : 48 % des répondants disent qu'il est peu probable qu'ils changent d'avis d'ici le jour des élections. C'est donc dire que la majorité des Québécois - 52 % - n'ont pas encore fait de choix définitifs. « Une majorité est encore disponible », analyse M. Rivest.

À l'échelle de la province, c'est vers la CAQ que se tourneraient certains indécis. À la question « Quel serait votre second choix? », le parti de François Legault obtient le score le plus élevé - soit 23 % - , suivi de Québec solidaire avec 16 %.

« De toutes les questions, c'est peut-être celle dont les résultats m'ont le plus surpris », admet M. Rivest de CROP.

« La lutte est plus serrée qu'on pensait. » — Youri Rivest, vice-président de la firme CROP

Taux de satisfaction

Avec un taux de satisfaction de 37 %, il sera toutefois difficile pour la première ministre sortante, Pauline Marois, d'aller chercher de nouveaux appuis. Historiquement, il est rare que les intentions de vote pour un parti au pouvoir dépassent le taux de satisfaction du gouvernement sortant.

« Le défi de Mme Marois, c'est de consolider, de s'assurer que tous ceux qui sont satisfaits d'elle aillent voter pour elle », explique M. Rivest.

Meilleur premier ministre

Mme Marois demeure par ailleurs celle qui ferait la meilleure première ministre du Québec selon 27 % des répondants après répartition des indécis. Mais le chef du PLQ, Philippe Couillard, récolte un appui presque similaire, à 26 %.

« Pour chacun, c'est trois ou quatre points sous les intentions de vote de leur parti », remarque le vice-président de CROP, qui ajoute qu'à 16 %, François Legault demeure le seul chef plus populaire que son parti. La CAQ récolte un taux d'appui de 14 % avant répartition des indécis.

Fait à noter : aucun chef de parti ne représente véritablement le changement, selon les résultats du sondage : François Legault (17 %), Françoise David (17 %), Pauline Marois (16 %) et Philippe Couillard (14 %) obtiennent sensiblement le même score.

« Moi, ce que ça me dit, c'est qu'il y a un marché pour le changement, mais qu'en ce moment, personne n'y répond. » — Youri Rivest, vice-président de la firme CROP

Non à l'indépendance

Concernant l'appui à la souveraineté, 39 % des Québécois répondraient « oui » lors d'un référendum sur la question. « Ce sont des chiffres très stables », selon Youri Rivest, qui ajoute que cet indicateur n'a presque pas bougé depuis l'élection du gouvernement Marois en septembre 2012.

L'effet PKP

Quant à l'arrivée de Pierre Karl Péladeau au PQ, sa candidature changera-t-elle la donne?

« C'est une bonne question, admet M. Rivest. Moi, je pense que les péquistes sont forts lorsqu'ils parlent d'identité. C'est leur angle de clivage. M. Péladeau, lui, est susceptible d'amener un clivage gauche-droite. Et moi je pense que ce débat-là est en défaveur du PQ, même si M. Péladeau a plein de qualités. Si les péquistes se lancent dans un débat gauche-droite, ça va être dur de rassembler tous les membres de leur coalition et tous les gens qui sont satisfaits d'eux. »

Méthodologie

1400 répondants ont participé à ce sondage entre le 5 et le 8 mars 2014. Il n'y a pas de marge d'erreur puisque le sondage a été effectué par Internet.

En complément