Pierre Karl Péladeau veut faire du Québec un pays

Suivez nos journalistes sur le terrain

Le reportage de Davide Gentile

Après avoir nié vouloir se lancer en politique, l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau se présente finalement pour le Parti québécois dans la circonscription de Saint-Jérôme.

Un texte de Lili BoisvertTwitterCourriel

En conférence de presse dans la circonscription des Laurentides, le nouveau candidat du Parti québécois a fait une profession de foi souverainiste dimanche, après avoir signé sa carte de membre du parti indépendantiste plus tôt en matinée.

« Mon adhésion au Parti québécois est une adhésion à mes valeurs les plus profondes et les plus intimes, c'est-à-dire faire du Québec un pays. » — Pierre Karl Péladeau

En entrevue à Radio-Canada, Pierre Karl Péladeau a estimé qu'il était important de faire la souveraineté pour que les Québécois aient la maîtrise de tous les pouvoirs, de tous leurs « outils de développement ».

Le candidat péquiste refuse de se prononcer sur le moment opportun pour tenir un référendum, mais il n'hésite pas à revenir sur l'issue du référendum de 1995.

« Le référendum a été volé, purement et simplement. » — Pierre Karl Péladeau

M. Péladeau laisse par ailleurs entendre qu'il est en politique pour rester. « Je ne suis pas un lâcheux, dit-il. Oui, je suis pugnace. Oui, lorsque je me donne des objectifs, je tente de les réussir. »

Entrevue avec Pierre Karl Péladeau

Démissions

Pierre Karl Péladeau avait été nommé président du conseil d'administration d'Hydro-Québec en avril 2013 par le gouvernement péquiste. Il était auparavant président et chef de la direction de Québecor, mais il a cédé sa place il y a un an.

Il était toutefois demeuré jusqu'ici vice-président du conseil de Québecor, le conglomérat médiatique fondé par son père, Pierre Péladeau. Il a remis sa démission « à tous ses postes électifs » ce matin, a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse à Saint-Jérôme, aux côtés de Pauline Marois. 

De plus, s'il est élu, M. Péladeau dit qu'il placera tous ses avoirs au sein d'une fiducie sans droit de regard. Le millionnaire ne voit pas de conflits d'intérêts potentiels avec le fait qu'il demeurera actionnaire de la société. « Les actionnaires de Québecor sont très nombreux », plaide-t-il lorsque questionné à ce sujet.

Concernant son expérience dans le secteur privé, M. Péladeau a concédé que s'il était élu, il devrait adapter son style de gestion au secteur public.

« Je ne crois pas que l'État doit être dirigé comme une entreprise. » — Pierre Karl Péladeau

S'il a décidé de se lancer en politique, c'est notamment pour s'attaquer à la balance commerciale déficitaire de la province, a expliqué Pierre Karl Péladeau, ajoutant qu'il n'y avait pas de solutions faciles et qu'il faudrait faire « preuve d'audace ».

Pierre Karl Péladeau a fait une profession de foi souverainiste en conférence de presse à Saint-Jérôme. Pierre Karl Péladeau a fait une profession de foi souverainiste en conférence de presse à Saint-Jérôme.  Photo :  PC/Graham Hughes

La rumeur de sa candidature pour le PQ courrait depuis quelques mois. Mais M.Péladeau niait jusqu'ici vouloir se lancer en politique. « Je ne me présenterai pas aux élections », disait-il le 26 février dernier. M. Péladeau soutient qu'il a décidé de se présenter aux élections il y a seulement quelques jours.

La circonscription de Saint-Jérôme était représentée par Jacques Duchesneau depuis 2012. Élu sous la bannière de la CAQ, M. Duchesneau ne se représente pas cette fois-ci.