Des élections au Québec le 7 avril

Suivez nos journalistes sur le terrain

Martine Biron résume cette première journée de campagne

La première ministre du Québec, Pauline Marois, a annoncé mercredi que des élections générales auront lieu le 7 avril prochain au Québec. Elle a affirmé que les partis d'opposition faisaient obstruction à la mise en oeuvre des politiques souhaitées par le Parti québécois.

Mme Marois a demandé aux Québécois de lui « donner les moyens d'agir », en annonçant le déclenchement des élections, à Québec.

« Vous connaissez mon équipe, vous me connaissez. Je n'ai pas peur de prendre des décisions, d'assumer pleinement mes pleines responsabilités de chef du seul gouvernement national des Québécoises et des Québécois. Tout est en place. Tout ce dont on a besoin, c'est d'avoir les moyens d'agir. Je vous demande de nous donner les moyens d'agir », a dit Mme Marois lors de son allocution, à l'issue de la réunion du Conseil des ministres où ont été adoptés les décrets nécessaires pour le déclenchement d'un scrutin.

« À vous maintenant de faire le choix, le seul choix intéressant pour l'avenir du Québec. » — La première ministre du Québec, Pauline Marois

À la dissolution du Parlement, le Parti québécois était minoritaire à l'Assemblée nationale. Il faut 63 sièges pour obtenir la majorité.


Mettre fin au « blocage »

Mme Marois a fait le bilan des réalisations de son gouvernement depuis 18 mois, dans les secteurs de l'éducation, de la santé ou encore de l'énergie et des ressources naturelles. Elle a par ailleurs abordé la question de la charte des valeurs, en soulignant l'importance de « faire respecter nos valeurs communes » comme l'égalité hommes-femmes et la neutralité de l'État. La première ministre a aussi rappelé sa volonté de limiter la croissance des dépenses, notamment en santé.

« Nous avons présenté un budget réaliste, responsable. Il n'est pas question d'augmenter les taxes et les impôts. Il faut donc gérer avec rigueur les dépenses », a-t-elle dit.

Pauline Marois

« J'ai rassemblé des femmes et des hommes formidables. Avec les nouveaux candidats qui seront présentés, notre équipe déjà très solide sera une des plus fortes qu'on n'aura pas vues depuis longtemps au Québec. »

Elle a répété à plusieurs reprises avoir un « plan ». « Malheureusement, les libéraux et les caquistes n'ont plus qu'un but, c'est de bloquer le gouvernement. Nous avons déposé un budget responsable, mais les oppositions avaient déjà décidé de s'y opposer avant même de l'avoir lu. C'est tout le Québec que l'opposition vient freiner par son attitude. Il faut mettre fin à ce blocage de l'opposition », a-t-elle affirmé.

Mme Marois n'a pas parlé de souveraineté dans son allocution, au terme de laquelle elle n'a d'ailleurs pris aucune question.

Les chefs de partis prennent la route

Mme Marois s'est par la suite rendue au bureau du lieutenant-gouverneur, Pierre Duchesne, pour lui demander de dissoudre l'Assemblée nationale, avant de monter à bord de son autocar de campagne.

Elle s'est rendue dans la région de Portneuf, à l'usine Alcoa de Deschambault. Rappelons que le gouvernement péquiste a annoncé fin février la conclusion d'une entente entre Hydro-Québec et Alcoa sur le tarif de l'électricité destinée aux alumineries de l'entreprise au Québec.

Son intention de financer la création d'une importante cimenterie à Port-Daniel, en Gaspésie, a néanmoins soulevé la colère des travailleurs de Saint-Basile, qui y ont vu une forme de concurrence déloyale.

Contrairement à certains militants, le candidat péquiste dans Portneuf, Hugues Genois, ne semble pas pressé de réaliser la souveraineté du Québec. Aux journalistes qui l'interrogeaient sur les chances qu'un référendum soit tenu advenant la formation d'un gouvernement majoritaire du Parti québécois, M. Genois a répondu : « Non, je ne pense pas dans le premier. Je pense qu'on pourrait peut-être attendre. »

Mme Marois s'est ensuite rendue dans la circonscription de Maskinongé, qu'elle espère ravir aux libéraux. Elle a terminé la journée à Trois-Rivières en compagnie de son candidat-vedette Alexis Deschênes.

La région de la Mauricie, où l'emploi représente un enjeu important, est très convoitée par les partis. Tous souhaitent y faire des gains.

Cette année, le Parti québécois fait campagne sous le slogan « Plus prospère, plus fort, plus indépendant, plus accueillant ».

La formation a également inscrit l'adjectif « Déterminée » en grosse lettre sur son autocar, aux côtés de la photo de Pauline Marois.

Les libéraux, eux, ont opté pour « Ensemble, on s'occupe des vraies affaires », alors que la CAQ fera campagne sous le slogan « On se donne Legault ».

Québec solidaire doit présenter son slogan jeudi, mais les premières pancartes du parti ont déjà été posées. On peut y lire : « Pour l'amour de [nom de la circonscription], votons avec notre tête ».