Élections Québec 2012

Saguenay-Lac-Saint-Jean : balayage péquiste

Info en continu

Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, avec son père, l'ex-ministre de la Justice, Marc-André Bédard. Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, avec son père, l'ex-ministre de la Justice, Marc-André Bédard.

EN IMAGES - Les électeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont élu cinq députés du Parti québécois.

Dans la circonscription de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier a été le premier à être déclaré élu après le dépouillement de 26 bureaux de vote.

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier

M. Cloutier a souligné le travail des bénévoles du Parti québécois, à qui il attribue son élection. « Je pense que le secret, essentiellement, c'est l'enracinement, dit-il. Il y a des gens qui pensent qu'on peut simplement souffler ici et que ça va passer, mais c'est plus complexe que ça. Il y a des gens qui sont vraiment convaincus. »


Dans Lac-Saint-Jean, 53,15 % des participants au scrutin ont voté pour Alexandre Cloutier. Il a obtenu une majorité de 9274 voix devant Michel Simard de la CAQ (24,12 %) et Jeannot Boulianne du PLQ (16,49 %). Le taux de participation a atteint 75,49 %.

Alexandre Cloutier est en poste depuis 2007. La circonscription de Lac-Saint-Jean est représentée par le Parti québécois depuis 1976.

Roberval

Le candidat du Parti québécois Denis Trottier est également réélu dans la circonscription de Roberval.

Le député de Roberval, Denis Trottier Le député de Roberval, Denis Trottier

M. Trottier attribue sa performance au travail acharné de son équipe de bénévoles, ainsi qu'à son propre travail de député au cours des quatre dernières années.

« On ne fera pas de miracles, mais on va donner le meilleur de nous même pour faire en sorte qu'on puisse améliorer le développement régional qui est une de nos grandes priorités », a-t-il déclaré.

Le député de Roberval s'est dit préoccupé par le développement de l'industrie forestière.

De son côté, le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, s'est réjoui de la réélection de M. Trottier qu'il dit être la personne toute désignée pour diriger un ministère comme celui des ressources naturelles.

Denis Trottier a obtenu une majorité de 5814 voix avec 46,67 % des appuis. Georges Simard du Parti libéral du Québec a reçu 28,48 % des voix et le représentant de la CAQ, Alain Hamel, a obtenu 19,36 % des voix.

Dans Roberval, 71,92 % des électeurs ont participé au scrutin.

Le maire de Dolbeau-Mistassini et candidat du Parti libéral, Georges Simard, tentait pour la deuxième fois de déloger Denis Trottier.

Dubuc

Le Parti québécois a repris la circonscription de Dubuc avec l'élection de Jean-Marie Claveau, qui est parvenu à déloger l'ex-ministre libéral Serge Simard.

Le député du Parti québécois dans Dubuc, Jean-Marie Claveau Le député du Parti québécois dans Dubuc, Jean-Marie Claveau

Fort d'une longue expérience politique, Jean-Marie Claveau était maire de Saint-Félix-d'Otis depuis 30 ans et préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay depuis 10 ans.

« La simple différence, c'est que j'ai agrandi mon territoire », a-t-il dit.

Jean-Marie Claveau a obtenu 42,13 % des votes, avec une majorité de 4197 voix. Le libéral Serge Simard a reçu 27,68 % des appuis et le candidat de la Coalition avenir Québec, François Tremblay, 23,68 % des votes.

Le taux de participation se situe à 74,13 % dans Dubuc.


Jonquière

La circonscription de Jonquière reste au Parti québécois avec la réélection de Sylvain Gaudreault, qui entreprend un troisième mandat. Il a été élu en 2007, alors qu'il avait ravi le siège de la libérale Françoise Gauthier.

Sylvain Gaudreault a obtenu une majorité de 7884 voix avec 48,20 % des appuis. Le candidat de la CAQ, Pierre-Olivier Simard, a reçu 25,07 % des voix et Martine Girard du PLQ, 20,05 %.

Dans Jonquière, 76,20 % des électeurs ont participé au vote.

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault

Sylvain Gaudreault croit que la force de l'équipe péquiste régionale a contribué à l'élection des cinq candidats du Parti québécois. « On est arrivé avec un programme pour Jonquière qui correspond à ce que les gens veulent », a-t-il ajouté.

Il a également eu de bons mots pour Pauline Marois, disant qu'elle « sera une première ministre extraordinaire ». « J'ai beaucoup de reconnaissance envers une chef extraordinaire qui a fait une campagne où elle a maintenu son cap, elle est allée jusqu'au bout avec une persévérance incroyable », a-t-il souligné.

Second choix des électeurs de Jonquière, le candidat de la CAQ, Pierre-Olivier Simard, rappelle que son parti n'existait pas il y a six mois. Il croit que les résultats obtenus par la coalition sont très bons pour une première élection.

Pour sa part, la candidate du Parti libéral, Martine Girard, se dit surprise de la montée de la CAQ dans la circonscription de Jonquière. Elle croit que les électeurs voulaient un changement après neuf ans de pouvoir libéral.

Chicoutimi

Dans Chicoutimi, le candidat du Parti québécois, Stéphane Bédard, conserve le siège qu'il détient depuis 1998.

Il a obtenu 44,46 % des voix, alors que la candidate de la CAQ, Alix Boivin, a eu 25,07 % des votes. Le libéral Carol Néron a reçu 22,42 % des appuis.

Le taux de participation est de 75,84 % dans Chicoutimi.

Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, vient saluer ses militants. Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, vient saluer ses militants.

Il soutient que les résultats du vote montrent qu'il y avait un déchirement chez les électeurs. « Il y avait un rejet du Parti libéral et là, ça s'est réparti tout dépendant des régions, un peu partout, différemment. Il faut vivre avec cette réalité là maintenant, dit-il. Mais il reste que le Parti québécois tout au long de la campagne et depuis deux ans à travers son mandat, il n'a pas improvisé. »

Stéphane Bédard affirme aussi que le gouvernement devra restaurer la crédibilité des institutions.

De son côté, la candidate de la CAQ, Alix Boivin, affirme que cette élection n'était qu'un début pour son parti.

« Il va falloir se faire connaître et faire connaître nos positions, dit-elle. On a travaillé très fort, nos propositions ont été discutées tout au long de la campagne et ont volé la vedette à certains moments. Je pense que c'est ça qui a fait en sorte que les gens ont eu envie de nous appuyer. »

Plein écran