Élections Québec 2012

Le PQ emporte le bastion libéral de Bonaventure

Le reportage de Pierre Cotton

Le péquiste Sylvain Roy devient député de la circonscription de Bonaventure considérée comme un chateau fort libéral.

Le député sortant et candidat libéral, Damien Arsenault, n'aura pas résisté à la vague bleue qui a balayé la Gaspésie et la Côte-Nord.

Sylvain Roy a été élu avec une majorité de 3134 voix sur M. Arsenault et un peu plus de 48 % des suffrages exprimés.

Damien Arsenault termine bon deuxième avec 35 % des voix et 8675 votes. M. Arsenault estime avoir besoin d'un peu de temps pour comprendre les raisons de sa défaite.

« Il y a eu beaucoup de points de vue, explique Damien Arsenault, qui mettait le parti libéral loin derrière à certains moments. Ça peut avoir eu une certaine influence sur le comté, mais je crois qu'il faut prendre un peu de recul pour prendre le temps de regarder vraiment comment on a pu en arriver à un résultat comme celui-là. »

Jean-Marc Landry de la Coalition avenir Québec remporte 11 % des suffrages exprimés. Il croit que sa bonne performance est le résultat du ras-le-bol des Québécois envers les libéraux.

La candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, qui avait obtenu 9 % des voix lors des élections partielles de décembre 2011, fait moins bien avec 5 % des voix. Seulement 1 % des électeurs de Bonaventure ont choisi Option nationale.

M. Roy était ravi de sa victoire qu'il attribue au travail de son entourage. « C'est une victoire d'équipe, a commenté le nouveau député, seul je n'aurais jamais avancé là-dedans. Il y a des gens formidables qui m'ont appuyé. »

Le député Sylvain Roy se dit prêt à remplir ses nouvelles fonctions : « Il va falloir aller au plus urgent s'assoir avec Gaetan et Mme Marois pour définir comment on implante notre fameux comité ministériel avec 5 millions pour faire du développement. C'est une priorité au printemps 2013, ça prend des projets. »

Rien n'était acquis cette fois pour les libéraux dans la circonscription de Bonaventure, pourtant reconnue comme un bastion libéral. En raison des récentes modifications de la carte électorale, la nouvelle circonscription compte désormais 6500 électeurs de plus avec l'ajout du secteur de Chandler, où le projet de complexe de sciage d'Atlantic Fiber bat de l'aile.

Sylvain-roy-candidat-pq Sylvain Roy, candidat du Parti québécois dans Bonaventure

Biographie de Sylvain Roy

  • Enseignant en sociologie au campus de Carleton
  • Exploite une petite entreprise touristique
  • Candidat pour le Parti québécois aux élections partielles de décembre 2011 dans Bonaventure
  • Conseiller municipal d'Escuminac

L'économie

Le candidat libéral et député sortant, Damien Arsenault, était bien conscient des enjeux économiques de l'est de sa circonscription qui peine à se relever de la fermeture de la Gaspésia et de l'échec de la relance. M. Arsenault a d'ailleurs concentré ses efforts à Chandler au cours des derniers jours. Son chef, Jean Charest, est même venu lui prêter main-forte à trois jours du scrutin.

Damien-Arsenault Damien Arsenault, député sortant de Bonaventure et candidat libéral

En 2011, M. Arsenault l'avait emporté avec 49,6 % des suffrages. Sylvain Roy du PQ qui était aussi de la course avait récolté un peu plus de 37 % des voix tandis que Patricia Chartier, qui représentait déjà Québec solidaire, faisait bonne figure avec l'appui de près de 9 % des électeurs. Georges Painchaud qui portait les couleurs de l'ADQ obtenait un peu plus de 2 % des voix.

Cimenterie et environnement

Neuf mois après ces élections partielles, c'est le projet de cimenterie de Port-Daniel et ses impacts environnementaux qui a surtout retenu l'attention des candidats.

Damien Arseneault, le député sortant et candidat libéral a clairement affiché sa position sur l'évaluation environnementale de ce projet qui pourrait échapper au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). « On peut avoir une acceptabilité sociale sans avoir nécessairement un BAPE », a indiqué le candidat en cours de campagne. Pour sa part, son adversaire Sylvain Roy, du Parti québécois, s'est aussi prononcé pour le projet, mais « pas à n'importe quel prix » et avec plus d'informations de la part des promoteurs.

Deux partis, Option nationale et Québec solidaire, ont clairement demandé que le projet soit soumis au processus d'examen du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Le candidat de la Coalition avenir Québec, Jean-Marc Landry, a donné un appui inconditionnel au projet, espérant que le démarrage se fasse au plus tôt.

Bastion libéral

bonaventure Circonscription de Bonaventure

Perdre Bonaventure a une signification particulière pour le parti de Jean Charest. La circonscription a été représentée sans discontinuer par Gérard D. Lévesque 1956 à 1993. En 1994, Marcel Landry du Parti québécois réussissait à emporter la circonscription, mais Nathalie Normandeau la récupérait dès 1998. Bonaventure est demeurée libérale jusqu'à la démission de la vice-première ministre en septembre 2011. En décembre dernier, les électeurs avaient choisi de faire confiance à un autre libéral, Damien Arsenault, alors maire de Saint-Alphonse.

Quelque 68,4 % des électeurs de Bonaventure ont exprimé leur choix.

Quelque 55 % des électeurs avaient participé aux élections partielles de décembre 2011. Ils étaient à peine plus à avoir voté en 2008, soit 58 %. Nathalie Normandeau avait alors remporté la victoire avec plus de 64 % des voix.

La circonscription compte 36 086 électeurs.