Élections Québec 2012

Paul Gérin-Lajoie tance la CAQ sur l'abolition des commissions scolaires

Radio-Canada avec La Presse Canadienne

Info en continu

Paul Gérin-Lajoie (archives) Paul Gérin-Lajoie (archives)  Photo :  JACQUES BOISSINOT

Celui qui fut le premier à occuper le poste de ministre de l'Éducation du Québec, Paul Gérin-Lajoie, publie une lettre ouverte aux électeurs pour les mettre en garde contre la Coalition avenir Québec (CAQ).

L'idée d'abolir les commissions scolaires irrite M. Gérin-Lajoie, qui n'hésite pas à parler d'une proposition « simpliste ». Selon lui, il n'y a pas d'économies à réaliser de cette manière puisqu'après les compressions budgétaires libérales de 300 millions $, les coûts de gestion sont les plus bas du secteur public.

L'ancien ministre estime qu'il s'agit d'un argument puisé dans les livres de la défunte Action démocratique. Paul Gérin-Lajoie estime que tout aussi séduisante que puisse paraître cette idée, le rôle des commissions scolaires est essentiel pour assurer une qualité de services et un partage équitable des ressources humaines et financières.

S'en prendre aux structures représente aussi, selon lui, un risque de plonger le milieu de l'éducation dans une forme « de chaos ».

Afin d'illustrer son point, il cite l'exemple du Nouveau-Brunswick qui a ramené les commissions scolaires après les avoir momentanément abolies.

Pour Paul Gérin-Lajoie, la CAQ ne fera rien de plus qu'alourdir les directions d'établissement. Pour sa part, il estime que l'urgence ne se situe pas dans les structures, mais dans la lutte au décrochage scolaire.

François Legault défend ses choix

La question des commissions scolaires a fait surface dans la campagne de François Legault, vendredi. Celui-ci a dû une nouvelle fois justifier son intention de supprimer les commissions scolaires.

Il a spécifiquement réagi à la position de constitutionnalistes interrogés dans Le Devoir, selon lesquels il est impossible d'abolir les commissions scolaires, et en particulier les commissions anglophones. M. Legault estime au contraire qu'une telle démarche est possible, dans la mesure où les pouvoirs d'une commission scolaire seraient transmis aux écoles. « On a besoin de décentraliser notre réseau de l'éducation comme celui de la santé. On a consulté des constitutionnalistes », a indiqué M. Legault, et ce transfert de pouvoir serait possible.

avec Radio-Canada.ca