Élections Québec 2012

Le Parti libéral lance une réplique au site liberaux.net

Florent Daudens
Radio-Canada
Le site « Pour la vérité » du PLQ en réplique à liberaux.net Le site « Pour la vérité » du PLQ en réplique à liberaux.net

Le Parti libéral du Québec réplique au site liberaux.net en lançant pourlaverite.net. Cette page veut « mettre fin à la plus vaste opération anonyme de salissage sur le web ».

Le site propose « plus de 90 vérités, faits, informations et rectifications », selon le principe calqué de son opposé qui présente « plus de 90 aberrations, scandales, tromperies et mensonges ». De plus, le site du PLQ reprend la même maquette que liberaux.net.

Le PLQ dit vouloir ainsi « dénoncer et corriger » le contenu de liberaux.net, « d'autant plus qu'il a été largement diffusé sur les réseaux sociaux ». « On sait que le cynisme est le virus de la démocratie. Il se nourrit largement du mensonge. Malheureusement, par ses faussetés, liberaux.net se consacre précisément à la création de cynisme », estime le parti.

Le site prend le contrepied de chaque affirmation de liberaux.net. Chacune d'elles est le fruit de « militants - dont plusieurs membres de l'équipe de communications et de recherche du PLQ ». Pourlaverite.net s'inscrit dans l'initiative « Les faits » du PLQ, qui veut répliquer aux affirmations d'autres partis tout au long de la campagne. Il constitue une dépense électorale.

Passe d'armes sur Twitter

Immédiatement après la mise en ligne de la réplique du PLQ, Geneviève Tardy, l'instigatrice de liberaux.net, a dénoncé cette initiative. Elle a aussi eu un échange avec Michel Rochette, le directeur des communications du PLQ.

Un site qui a failli fermer

Au début de la campagne, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) avait demandé à Geneviève Tardy, créatrice de liberaux.net, de fermer son site. Le DGEQ agissait après avoir reçu une plainte pour infraction à la loi sur les dépenses électorales, dont l'origine demeure confidentielle.

L'organisme s'était toutefois ravisé après un examen approfondi du site. « Nous assimilons ce média citoyen à l'un de ceux qui bénéficient de l'exception prévue à l'article 404 de la Loi électorale, premier paragraphe, lequel garantit la liberté d'expression des médias en spécifiant qu'il ne s'agit pas d'une dépense électorale », avait tranché le DGEQ.

Il avait ainsi approuvé les arguments de Mme Tardy qui soutenait que le site était le fruit du travail bénévole de citoyens. Seul l'hébergement du site entraîne des dépenses, toutefois pas assez importantes aux yeux du DGEQ.

Au 23 juillet dernier, liberaux.net avait accueilli 200 000 visiteurs uniques depuis sa création en avril dernier, selon sa créatrice.

ou florent.daudens@radio-canada.ca