En route vers la présidentielle américaine

Entre le coeur et la tête, le vote des Afro-Américains balance en Caroline du Sud

Les électeurs démocrates de la Caroline du Sud se prononcent samedi sur leurs candidats en vue des élections présidentielles de novembre prochain. L'électorat cible : les Afro-Américains, qui forment une majorité d'électeurs dans la primaire démocrate.

Un photoreportage de Marcel CalfatTwitterCourriel, Christian LatreilleTwitterCourriel et Sylvain RichardTwitterCourriel

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

Les fidèles à la messe dominicale à la Charity Missionary Baptist Church de Charleston Nord font partie des électeurs démocrates, qui forment 55 % de ceux qui votent, dans leur primaire en Caroline du Sud, un État où les Afro-Américains représentent 28 % de la population.

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

Chez les démocrates, gagner le vote noir en Caroline du Sud, c'est gagner l'État. Les candidats redoublent leurs efforts pour attirer les Afro-Américains. Pourtant, à Charleston, lors de cette marche pour Bernie Sanders, on peine à en trouver.

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

Même absence de Noirs à cette Bash for Bernie, dans un bar à Charleston, où plusieurs groupes musicaux locaux animent les quelque 400 participants.

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

Robert Ferrel, 26 ans, est le seul Afro-Américain présent au Bash for Bernie au moment de notre passage. « C'est bizarre, mais je suis habitué. Ça ne me déçoit pas trop », dit-il, sans offrir d'explications pour le peu de participation des siens.

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

L'avocat William Hamilton, un organisateur de la fête et un stratège démocrate de longue date, offre une explication pour cette absence de Noirs. « Les Afro-Américains possèdent un sens communautaire très fort. Ils préfèrent agir ensemble à travers leurs institutions, leurs églises, leurs quartiers. Difficile pour eux de changer leurs habitudes. »

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

« La plupart des gens appuient Hillary Clinton, dit le barbier Donnie Anderson, mais ces gens-là n'ont pas fait leur recherche. Pas comme moi. » Il a comparé les programmes des candidats, dit-il, et a suivi les débats entre eux, pour finalement arrêter son choix : Bernie Sanders, qui pourfend Wall Street et prône une meilleure répartition de la richesse.

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

Même appui de Shana Swain, une mère monoparentale. Depuis les années 1960, le sénateur du Vermont a été de toutes les luttes pour les droits des Noirs. Sanders lui rappelle un grand-père, sage et sérieux, qui veut partager son expérience. « Il est plus authentique. Il semble se préoccuper davantage des gens. Je l'écoute et parfois j'en ai les larmes aux yeux. Ça m'étonne moi-même. Je lui fais confiance. »

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

L'ex-éducatrice Johnnie Mitchell, elle, le dit d'entrée de jeu. « Je ne ferai jamais confiance aux Clinton. » Elle tient les politiques adoptées durant la présidence de Bill Clinton pour responsables de bien des maux actuels dans la société noire : incarcération massive de Noirs, coupes dans l'aide sociale et dans les logements sociaux. « Si elle gagne l'investiture démocrate, je voterai plutôt pour Donald Trump avant elle. À moins que Bernie Sanders ne soit son colistier. »

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

« Pour plusieurs d'entre nous, dit le pasteur Nelson Rivers, c'est une question de tête ou de coeur. Le coeur aime beaucoup Bernie Sanders. » Malgré les avancées de Bernie Sanders, les sondages indiquent qu'Hillary Clinton maintient une forte avance dans la population noire de la Caroline du Sud.

null  Photo :  ICI Radio-Canada/Marcel Calfat, Sylvain Richard

Entre le coeur et la tête, entre l'idéalisme de l'un et le réalisme de l'autre, les votes balancent. Pour le révérend Rivers, il reste une question primordiale : « Bernie Sanders peut-il gagner? Pas la Caroline du Sud, mais gagner la présidence? Et la tête dit que la candidate la mieux placée pour ça, c'est Hillary Clinton. »