Élections Canada 2015

Les libéraux évincent les conservateurs du pouvoir

Le discours de victoire de Justin Trudeau

Les libéraux de Justin Trudeau formeront un gouvernement et il sera majoritaire. Ils auront tiré profit de cette campagne de 78 jours, la plus longue de l'histoire moderne du Canada, pour mettre fin au règne de Stephen Harper, qui aura dirigé le pays pendant une décennie.

Un texte de Sophie-Hélène LebeufTwitterCourriel

Celui qui a confondu les sondeurs a remporté une victoire éclatante. Les Canadiens n'ont pas cru les conservateurs qui leur disaient que le jeune chef libéral n'était pas prêt, lui donnant une majorité confortable de 14 sièges.

À l'échelle nationale, le Parti libéral a ainsi remporté 184 sièges sur les 338 que comptera le prochain Parlement. Avec 99 députés, les conservateurs formeront pour leur part l'opposition officielle.

Le NPD, qui avait obtenu ce statut à l'élection de 2011, n'a fait élire que 44 députés. Le Bloc québécois a pour sa part fait élire 10 députés, et le Parti vert a conservé le siège qu'il détenait, celui de sa chef Elizabeth May.

À 43 ans, le fils de Pierre Elliott Trudeau devient le deuxième premier ministre le plus jeune de l'histoire du pays. « Les Canadiens ont choisi le changement. Un vrai changement », a-t-il déclaré dans son discours de la victoire. Un discours dans lequel il s'est montré rassembleur et a évité de sombrer dans le triomphalisme.

« Je sais que je suis ici ce soir pour une seule raison : vous m'avez choisi », a-t-il dit, assurant que les citoyens seraient « au cœur du gouvernement ».

« Je serai le premier ministre de tous les Canadiens. » — Justin Trudeau, premier ministre libéral élu

« La politique n'a pas besoin d'être négative et à base d'attaques personnelles », a-t-il affirmé, promettant de ne « jamais diviser les Canadiens ».

Félicitant le premier ministre sortant, Stephen Harper, et le chef néo-démocrate Thomas Mulcair, il a également tendu la main à leurs électeurs. « Les conservateurs ne sont pas nos ennemis, ce sont nos voisins », a-t-il affirmé. « Ne vous découragez pas, notre pays a besoin de citoyens engagés comme vous », a-t-il ajouté à l'endroit des néo-démocrates, disant comprendre leur déception.

Cherchant à projeter une image contraire à celle qu'ont les détracteurs de Stephen Harper, il s'est engagé à respecter les droits des Canadiens, honorer les traités, diriger un « gouvernement ouvert et transparent », « intègre » qui respectera les institutions et qui collaborera avec les provinces.

Il s'est adressé spécifiquement aux Québécois, qui ont élu une majorité de députés du côté du pouvoir pour une première fois en plus de 20 ans.

« Ce soir, ensemble, nous avons choisi la voie de l'engagement, de se réengager dans une politique plus positive », a-t-il répété.

« Le Québec fait un véritable retour au gouvernement du Canada. » — Justin Trudeau, premier ministre libéral élu

Évoquant sa rencontre avec une femme portant le hijab, il a par ailleurs fait l'éloge de la diversité culturelle des Canadiens. « Nous avons battu la peur avec l'espoir », a-t-il soutenu.

Il a aussi remercié sa famille, dont sa femme, Sophie Grégoire, pour sa « grandeur d'âme », sa « compassion » et sa « générosité », et aussi ses enfants. « Je peux vous dire qu'il va y avoir des moments difficiles pour vous en tant qu'enfants de premier ministre, mais papa sera là pour vous », a lancé celui qui a lui-même été élevé au 24, promenade Sussex, la résidence du premier ministre.

Ratissant à gauche comme à droite, sa formation a ravi des circonscriptions autant aux conservateurs qu'aux néo-démocrates.

Dans son discours, le premier ministre sortant, Stephen Harper, a pour sa part dit accepter « sans aucune hésitation » le verdict des urnes, ajoutant que les conservateurs formeraient une opposition forte à Ottawa. Un communiqué du président de la formation a cependant précisé qu'il renoncerait à diriger le parti.

Le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, a promis de continuer, malgré le recul de sa formation.

Quels chefs ont été élus dans leurs circonscriptions?

  • Le chef du PLC, Justin Trudeau, est réélu dans Papineau.
  • Le chef conservateur, Stephen Harper, est réélu, dans Calgary Heritage.
  • Le chef du NPD, Thomas Mulcair, est réélu dans Outremont.
  • La chef du Parti vert, Elizabeth May, est réélue dans Saanich-Gulf Islands, en Colombie-Britannique.
  • Le chef du Bloc, Gilles Duceppe, a été battu dans Laurier-Sainte-Marie.

La vague orange de 2011 au Québec s'est brisée

Thomas Mulcair s'adressant à ses militants et partisans à Montréal. Thomas Mulcair s'adressant à ses militants et partisans à Montréal.  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Le Québec, qui avait procuré 59 sièges au Nouveau Parti démocratique en 2011, a changé de couleur.

Les libéraux ont fait élire 40 des 78 députés du Québec, réalisant des gains importants dans la grande région de Montréal. Ils y ont par exemple fait élire leur candidate Mélanie Joly (Ahuntsic-Cartierville, Québec), qui a défait la néo-démocrate (et ex-bloquiste) Maria Mourani, ainsi que Pablo Rodriguez (Honoré-Mercier) ou Anthony Housefather (Mont-Royal).

Des poids lourds comme Stéphane Dion (Saint-Laurent) ou Marc Garneau (Notre-Dame-de-Grâce-Westmount), tous deux ministrables, ont facilement été réélus.

La formation a également bien réussi en Outaouais.

Les conservateurs se sont quant à eux surtout imposés dans la grande région de Québec, réussissant même à faire élire de nouveaux venus comme les candidats vedettes Gérard Deltell dans Louis-Saint-Laurent et Alain Rayes dans Richmond-Arthabasca. Les ministres sortants Steven Blaney (Bellechasse-Les Etchemins-Lévis) et Maxime Bernier (Beauce) l'ont aussi facilement emporté, tandis que leur collègue Denis Lebel (Lac-Saint-Jean) a été réélu de justesse.

Une quinzaine de néo-démocrates se sont fait réélire ou étaient en voie de l'être (à 2 h 46), dont le chef de la formation, Thomas Mulcair (Outremont) ainsi que Ruth Ellen Brosseau (Berthier-Maskinongé), Alexandre Boulerice (Rosemont-La Petite-Patrie) et Guy Caron (Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques).

Avec 10 députés, le Bloc québécois a mieux fait que la dernière fois, mais son chef, Gilles Duceppe, qui tentait un match revanche contre la néo-démocrate Hélène Laverdière dans Laurier-Sainte-Marie, a perdu son pari. Fait à noter, celui qui lui avait cédé sa place à la tête de la formation, Mario Beaulieu, a pour sa part été élu dans La Pointe-de-l'Île.

Le Parti libéral dominant en Ontario

Le PLC a également fait un retour avec force en Ontario, champ de bataille crucial pour l'obtention du pouvoir, remportant 80 des 121 circonscriptions.

Il a fait des gains importants, notamment dans le Grand Toronto. Les candidats Mark Holland et Marco Mendicino y ont respectivement fait mordre la poussière aux ministres sortants de l'Immigration, Chris Alexander (Ajax) et des Finances, Joe Oliver (Eglinton-Lawrence).

La formation a également raflé la mise dans la région d'Ottawa.

Les conservateurs maintiennent, toutefois, leur emprise sur le centre de la province, avec une trentaine de sièges, et le NPD en conserve moins d'une dizaine.

Raz-de-marée libéral en Atlantique

La soirée a bien commencé pour les troupes libérales, qui ont balayé les provinces de l'Atlantique, raflant les 32 sièges de la région. Jamais de toute leur histoire, ils n'avaient réussi à remporter l'ensemble des sièges. Ils ont chassé des ministres conservateurs sortants, comme Bernard Valcourt (Madawaska-Restigouche, Nouveau-Brunswick) et Gail Shea (Egmont, Île-du-Prince-Édouard) en plus de reprendre Nova-Centre, la circonscription de Peter McKay, qui ne se représentait pas.

Le PLC fait aussi des gains au détriment du NPD, évinçant des piliers comme Megan Leslie dans Halifax (N.-É.) et Peter Stoffer dans Sackville-Preston-Chezzetcook (N.-É.). La circonscription d'Acadie-Bathurst (N.-B.), fief du néo-démocrate Yvon Godin depuis 1997, est elle aussi passée aux libéraux. Le candidat du NPD ne se représentait pas.

L'Alberta et la Saskatchewan résistent, le Manitoba et la Colombie-Britannique partagés

Stephen Harper  Photo :  PC/DARRYL DYCK

L'Alberta est restée une forteresse conservatrice, les candidats de Stephen Harper remportant la quasi-totalité des 34 circonscriptions. La Saskatchewan, où 10 sièges étaient en jeu, a elle aussi élu une majorité de conservateurs.

Le Parti libéral a cependant remporté la majorité des circonscriptions à Winnipeg, le Manitoba rural se divisant entre conservateurs et néo-démocrates.

La Colombie-Britannique s'est montrée un peu moins enthousiaste que l'est du Canada, élisant 18 libéraux, 13 néo-démocrates, 10 conservateurs et une députée verte. Le PLC et le NPD se partagent l'ouest de la province alors que les conservateurs remportent des batailles dans le sud et dans l'est.

Le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon, qui ont chacun une circonscription, ont tous voté pour le parti de Justin Trudeau.

Le Canada compte 30 circonscriptions de plus qu'à la dernière élection, venues s'ajouter au Québec (3), en Ontario (15), en Alberta (6) et en Colombie-Britannique (6).

Au total, 25,6 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes. Le taux de participation a atteint 68 %.