Élections Canada 2015

Trudeau promet de l'aide pour les étudiants et des révisions de dépenses dans sa plateforme

Justin Trudeau courtise les la classe moyenne et les familles

Le chef du Parti libéral du Canada a dévoilé lundi le reste du programme qu'il propose aux électeurs canadiens, ajoutant certains éléments à ceux souvent martelés durant la campagne, dont les investissements en infrastructures et l'aide à la classe moyenne.

Lors d'une conférence de presse à Waterloo, en Ontario, Justin Trudeau a notamment promis d'augmenter le plafond des bourses consenties aux étudiants à temps plein à 3000 $, tandis qu'il passerait à 1800 $ pour les étudiants à temps partiel. Un gouvernement libéral investirait ainsi 750 millions de dollars de plus par année en bourses non remboursables, à compter de 2019.

La plateforme libérale comprend aussi une promesse faisant en sorte que le gouvernement fédéral assumerait les intérêts des prêts étudiants et retarderait leur remboursement en attendant qu'un diplômé atteigne un seuil de revenu de 25 000 $ par année.

« Le Québec, qui a son système unique de prêts et bourses, sera compensé pleinement dans ce programme », a tout de même précisé M. Trudeau en point de presse.

À une question sur le désir de ratisser large et son impact sur les déficits que prévoient les libéraux au cours des trois prochaines années, le chef libéral a défendu l'investissement dans l'éducation postsecondaire en expliquant qu'il découlait de l'annulation de programmes inefficaces.

Les libéraux promettent en effet des économies en annulant des crédits d'impôt pour études et manuels scolaires, ce qui rapporterait à terme 925 millions de dollars par année, en 2019-2020. « C'est un équilibre, tout simplement, à ce niveau-là, a expliqué Justin Trudeau. Mais il y a d'autres enjeux où on investit massivement de nouvelles sommes. »

Réduction de dépenses

Quelques questions ont aussi porté sur les révisions de dépenses que promettent les libéraux dans leur plateforme, qui pourraient entraîner des réductions de 1 % du budget de chaque ministère, selon eux.

Les libéraux voudraient réduire les budgets consacrés à la publicité gouvernementale et interdire les publicités gouvernementales partisanes.

Un éventuel gouvernement libéral diminuerait le recours à des consultants externes à Emploi et Développement social Canada ainsi qu'à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.

Le parti voudrait aussi procéder à un examen de milliards de dollars de dépenses fiscales pour voir si des économies seraient possibles.

Le Nouveau Parti démocratique, souvent attaqué par M. Trudeau en raison de sa volonté d'équilibrer le premier budget d'un éventuel mandat, soutient que son adversaire admet ainsi qu'il devra couper pour payer ses promesses.

Le chef libéral affirme toutefois que son approche est différente. « Il n'y a personne de raisonnable qui pense que de chercher à trouver 1 % en efficacité, ce sont des coupes », s'est-il défendu.

Investissement dans l'agroalimentaire

Le Parti libéral promet également d'aider le secteur agricole, notamment par un investissement de 160 millions de dollars sur quatre ans dans un fonds pour l'agroalimentaire. Cette aide se traduirait en « assistance technique » et à la commercialisation pour les entreprises oeuvrant dans la transformation d'aliments.

Un autre montant de 100 millions de dollars sur quatre ans serait investi dans la recherche agricole.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments, où des compressions ont été associées à certains cas de contamination alimentaire importants, bénéficierait d'un financement supplémentaire de 80 millions de dollars sur quatre ans sous un éventuel gouvernement libéral.

Combattre la violence conjugale et le harcèlement sexuel

En matière de justice, le Parti libéral promet de modifier le Code criminel pour renverser le fardeau de la preuve pour la remise en liberté des récidivistes de la violence conjugale.

Les libéraux promettent également de travailler pour arriver à rendre le Parlement, la fonction publique, la GRC et les Forces armées canadiennes exempts de harcèlement et de violence sexuelle.

Rappelons qu'en mars dernier, le chef libéral a exclu définitivement deux députés du caucus libéral après qu'ils eurent fait l'objet d'allégations d'inconduite sexuelle à l'endroit de deux députées du NPD.

Contrôle des armes

Le Parti libéral confirme qu'il ne ramènera pas le registre des armes d'épaule, même si Justin Trudeau s'est engagé lors des débats à fournir les données nécessaires au Québec, si celui-ci veut créer son propre registre.

Les libéraux promettent d'annuler les dispositions autorisant le transport d'armes prohibées ou à utilisation restreinte sans permis. Ils veulent aussi appliquer le règlement sur le marquage des armes à feu importées, accusant au passage les conservateurs d'avoir tardé à le faire.

Le Parti libéral promet aussi 100 millions de dollars par année pour les forces spéciales de la police s'occupant des armes à feu et des gangs de rue.

Justin Trudeau souhaite aussi que le Canada devienne signataire du Traité sur le commerce des armes, après avoir affronté Stephen Harper à ce sujet lors du débat.

Modifier la Loi antiterroriste

La plateforme électorale libérale fournit aussi plus de détails sur les modifications qui seraient apportées à la Loi antiterroriste issue du projet C-51, que M. Trudeau a promis de conserver, en limitant sa portée sur les droits et libertés :

  • Garantir que tous les mandats du SCRS respectent la Charte des droits et libertés;
  • Mettre en place un Comité de surveillance de la sécurité nationale rassemblant tous les partis;
  • S'assurer que les citoyens souhaitant manifester légalement pour défendre une cause puissent le faire;
  • Obliger le gouvernement à examiner toutes les demandes d'appel des personnes sur la liste d'interdiction de vol;
  • Clarifier les définitions trop vagues incluant « propagande terroriste »;
  • Limiter les pouvoirs du Centre de la sécurité des télécommunications pour l'obliger à obtenir un mandat avant de surveiller des citoyens;
  • Effectuer un examen obligatoire des dispositions de la Loi antiterroriste après trois ans;
  • Créer un Bureau de la sensibilisation communautaire;
  • Créer un poste de coordonnateur à la lutte contre la radicalisation.

Quelques mesures de la plateforme libérale intitulée : « Le bon plan pour renforcer la classe moyenne »

  • Réduction du taux d'imposition de la classe moyenne (revenus de 44 700 $ à 89 401 $ par année) de 22 % à 20,5 %
  • Taux d'imposition de 33 % pour les contribuables gagnant 200 000 $ et plus par année
  • Allocation canadienne aux enfants non imposable
  • Investissements de 60 milliards de dollars de plus, sur 10 ans, dans les infrastructures
  • Exemption des cotisations à l'assurance-emploi pour les employeurs embauchant des jeunes de 18 à 24 ans en 2016, 2017 et 2018
  • Annulation du fractionnement du revenu familial, sauf pour les revenus de retraite des aînés
  • 100 millions de dollars de plus par année dans la production de technologies vertes
  • 200 millions de plus par année pour l'innovation et le recours aux technologies vertes dans différents secteurs, dont les ressources naturelles, de la foresterie, des pêches, de l'exploitation minière, de la production énergétique et de l'agriculture
  • Légaliser et réglementer la vente de marijuana
  • 15 millions de dollars de plus, sur deux ans, pour l'Agence de santé publique du Canada, notamment pour augmenter le taux de vaccination et mieux renseigner sur les commotions cérébrales
  • Améliorer la réglementation sur la malbouffe, les gras trans et l'apport en sel, de même que l'étiquetage sur le sucre et les colorants artificiels