Élections Canada 2015

85 individus et groupes d'intérêt engagés dans la campagne électorale

Une affiche de la coalition Sans-Chemise, qui fait campagne pour la bonification de l'assurance-emploi La coalition Sans-Chemise fait campagne pour la bonification de l'assurance-emploi  Photo :  ICI Radio-Canada/Marie-Eve Cousineau

En date du 30 septembre, 85 personnes et groupes d'intérêt s'étaient enregistrés auprès d'Élections Canada pour diffuser des messages publicitaires visant à appuyer ou contrecarrer un parti ou un candidat. Du jamais vu depuis les élections générales fédérales de 2000.

Un texte de Marie-Eve CousineauTwitterCourriel

La Loi électorale du Canada oblige tout tiers (personne ou groupe n'étant pas un candidat, un parti ou une association de circonscription d'un parti) engageant des dépenses de publicité électorale de 500 $ ou plus à s'enregistrer auprès du Directeur général des élections du Canada.

Depuis le début de la campagne électorale, des individus et des groupes s'enregistrent chaque jour ou presque à titre de tiers. Parmi eux :

  • des syndicats et des associations (ex. : Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec et Association médicale canadienne)
  • des organisations écologistes et de défense des animaux (ex. : Greenpeace et Animal Justice Canada Legislative Fund)
  • des regroupements défendant un enjeu spécifique (ex. : Association for Reformed Political Action Canada - WeNeedaLAW.ca contre l'avortement) ou s'opposant à un parti (ex. : le groupe anti-Harper VoteSwapping.ca)

Le nombre de tiers jusqu'à présent enregistrés est beaucoup plus élevé que lors des dernières élections en 2011, selon les données d'Élections Canada compilées par Radio-Canada.

Cette hausse du nombre de groupes d'intérêts enregistrés pourrait être liée au fait qu'il s'agit d'« élections de changement », avance le professeur au département de science politique de l'Université Concordia Guy Lachapelle. Plus de 80 tiers ont fait campagne lors des élections fédérales de 2006, au terme desquelles Stephen Harper avait été porté à la tête d'un gouvernement conservateur minoritaire. 

« Ça peut peut-être amener davantage de groupes à se mobiliser en disant qu'il faut défaire le gouvernement. » — Guy Lachapelle, professeur au département de science politique de l'Université Concordia

Guy Lachapelle ajoute que des groupes d'intérêts peuvent aussi vouloir mettre de l'avant des enjeux qu'ils jugent trop peu débattus en campagne électorale.

Des dépenses publicitaires limitées

Durant la campagne électorale, chaque tiers enregistré pourra dépenser un montant maximal de 439 410,81 $ à l'échelle nationale, indique Élections Canada. La somme maximale, pour une circonscription donnée, est fixée à 8788,22 $. 

Ces montants n'incluent pas les dépenses effectuées avant le déclenchement officiel de la campagne électorale.