Élections Canada 2015

Le niqab au Canada en cinq questions

Zunera Ishaq Zunera Ishaq s'adresse aux journalistes à la sortie de la Cour fédérale d'appel.  Photo :  PC/PATRICK DOYLE

La question du niqab s'est invitée dans la campagne électorale et les politiciens en campagne se sont promptement emparés du sujet pour faire valoir leurs points de vue sur la question. Mais au-delà du débat politique, quelle place a le niqab dans la société? Radio-Canada fait le point avec Frédéric Castel, spécialiste des religions et chargé de cours à l'UQAM.

  • Combien de femmes portent le niqab au Canada et au Québec?

On ne dispose d'aucune donnée sur le nombre de Canadiennes portant un voile intégral.

Frédéric Castel estime qu'il y en a environ une cinquantaine au Québec. Puisqu'on en parle beaucoup dans les médias, on pourrait croire que le phénomène est courant, mais c'est surtout une question de perception, croit le chercheur.

« Au cours des 15 dernières années, la communauté musulmane a triplé au Québec, on est passé de 100 000 à 300 000 musulmans. Alors probablement que le nombre de femmes [portant le niqab] a triplé aussi. Mais on est loin d'un mouvement de fond. » — Frédéric Castel, spécialiste des religions à l'UQAM

L'augmentation du nombre de musulmans crée aussi des « conditions de confort », croit le chercheur. Plus il y a de musulmanes, plus les femmes qui voudraient le porter se sentent à l'aise de le faire, alors qu'elles ne le feraient peut-être pas si la communauté était plus réduite. La visibilité dont jouissent les musulmans intégristes depuis quelques années joue peut-être aussi un rôle dans la plus grande popularité du niqab, ajoute-t-il.

  • Qui sont les femmes qui portent le niqab?

Selon une étude menée auprès de 81 musulmanes de l'Ontario par le professeur Lynda Clarke, de l'Université Concordia, et du Conseil canadien des femmes musulmanes, la majorité des femmes interrogées ont dit porter le voile intégral par obligation religieuse ou comme une expression de leur identité musulmane.

La plupart d'entre elles, nées à l'étranger, ont dit commencer à le porter après leur arrivée au Canada.

De son côté, le chercheur Frédéric Castel constate que la plupart des femmes qui portent le niqab au Québec sont originaires de la péninsule arabique et de l'Égypte. Elles viennent de milieux arabes anglophones et ne sont souvent au Canada que pour leurs études.

Certaines Maghrébines provenant de milieux salafistes l'ont adopté elles aussi.

En Ontario, les courants migratoires étant différents, on retrouve plus de femmes voilées originaires du sous-continent indien.

  • Qu'en pense la communauté musulmane?

La plupart des musulmans du Québec ne sont pas d'accord avec le port du niqab, selon Frédéric Castel.

« Beaucoup de musulmanes, même celles qui portent un foulard, sont extrêmement agacées de voir des femmes porter le niqab. » — Frédéric Castel

Pour elles, c'est plutôt une coutume de certaines régions qu'une partie intégrante de la religion. Et surtout, « elles savent qu'au bout du compte c'est l'ensemble des musulmans qui va payer pour cette visibilité ».

  • Quelles sont les positions des partis fédéraux sur le port du niqab lors des cérémonies de citoyenneté?

Le 15 septembre 2015, la Cour d'appel fédérale a maintenu un jugement de février qui invalide une directive ministérielle du gouvernement Harper interdisant le port du voile islamique couvrant le visage lors de ce serment. On parle ici du niqab ou de la burqa.

Le chef conservateur, Stephen Harper, s'est empressé d'annoncer que son gouvernement porte le jugement en appel et promet d'adopter une loi pour encadrer la situation, s'il est réélu.

« Nous avons un projet de loi pour assurer que l'identité des nouveaux citoyens est faite dans un serment à visage découvert. » — Stephen Harper, chef du Parti conservateur du Canada

Le chef bloquiste est d'accord, mais il va plus loin :

« Que le vote, l'assermentation et les services dans la fonction publique soient reçus et offerts à visage découvert. » — Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois

De leur côté, ni le Parti libéral ni le Nouveau Parti démocratique n'ont l'intention de porter le jugement en appel ou d'adopter une loi plus sévère.

« Nous allons respecter les tribunaux de la même façon que les tribunaux garantissent la liberté d'expression et la liberté de presse. Les tribunaux sont là pour garantir la liberté de religion. » — Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique
« On sait depuis très longtemps que les conservateurs choisissent la politique de la peur et le Bloc québécois existe à cause de la politique de division. » — Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada

  • Que dit la loi sur le port du niqab lors des cérémonies de citoyenneté?

Dans son jugement du 15 septembre, la Cour d'appel fédérale estime que la directive ministérielle du gouvernement Harper va au-delà de la Loi sur la citoyenneté qui n'oblige pas une femme au visage couvert à se dévoiler lors du serment. En fait, la loi demande même de respecter les croyances religieuses dans la mesure du possible.

Citoyenneté et Immigration Canada prévoit un accommodement permettant à une femme de se dévoiler en privé devant une agente, avant la cérémonie. Elle doit préalablement fournir deux pièces d'identité, dont une avec photo, ce qui est requis de tout demandeur. Et cela tient toujours. La Cour n'a toutefois pas statué sur la constitutionnalité de la question.

Citoyenneté et Immigration Canada ne tient pas de registre du nombre de femmes qui se sont présentées le visage couvert aux cérémonies de citoyenneté. Il y a eu près de 2500 cérémonies l'an dernier, où plus de 262 000 personnes ont reçu la citoyenneté canadienne.

Pour voir le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Avec les informations de Ximena Sampson, Denis-Martin Chabot et Mathieu Gobeil

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.