Droits de scolarité au Québec : un débat de société


La question des droits de scolarité a marqué l’année 2012. Après la longue grève étudiante du printemps, le Parti québécois a été élu à l’automne de cette même année en promettant, entre autres, d’annuler la hausse imposée par les libéraux. La première ministre Pauline Marois s’était également engagée à tenir un sommet sur l’enseignement supérieur.

Le sommet, qui a finalement eu lieu en février 2013, s’est conclu par la décision du gouvernement d’imposer une indexation annuelle des droits de scolarité, malgré l’opposition des associations étudiantes.