Quand alimentation rime avec obsession

Anorexie sportive : la course vers la perte de poids

La marche et la course à pied sont parmi les activités les plus pratiquées et aussi les plus simples à intégrer à son quotidien. L'anorexie sportive implique la quête de la performance.  Photo :  iStock

L'anorexie sportive est caractérisée par une recherche, chez les sportifs, de l'équilibre parfait entre poids et masse musculaire de manière à optimiser leur performance.

Un texte de Mathieu PapillonTwitterCourriel

Les sportifs de haut niveau et les femmes sont plus à risque de souffrir d'anorexie sportive. Le but recherché est souvent de devenir le moins lourd possible. La distorsion de l'image corporelle est toutefois rare chez les personnes atteintes.

L'anorexie sportive a été diagnostiquée pour la première fois en 1995 auprès d'athlètes féminines pratiquant la course à pied.

Ce trouble du comportement alimentaire est d'ailleurs surtout observé chez les athlètes qui, mise à part la course à pied, pratiquent l'escalade, le saut à la perche ou le saut en hauteur.

Il est encore difficile d'évaluer l'ampleur du problème. Une étude a néanmoins révélé qu'entre 8 et 10 % des coureuses d'élite en sont atteintes.

L'ostéoporose, l'arthrose et l'augmentation des risques de fractures font partie des conséquences possibles de l'anorexie sportive. Ainsi, les athlètes peuvent voir leur performance sportive compromise plutôt qu'améliorée.