Élections Grand Montréal

Sondage : Coderre en tête, Joly deuxième

Le reportage de Vincent Maisonneuve

Exclusif - Denis Coderre arrive largement en tête dans les intentions de vote des Montréalais en vue des élections municipales du 3 novembre, suivi de Mélanie Joly, qui est talonnée de près par Richard Bergeron, selon un sondage CROP commandé par Radio-Canada.

Un texte de Melanie Julien

À moins de trois semaines du scrutin, Radio-Canada a demandé à 1001 internautes montréalais âgés de 18 ans et plus de se prononcer quant à leurs intentions de vote.

Après répartition des indécis, l'ancien député fédéral recueille 41 % des intentions de vote. Mélanie Joly cause la surprise. À l'heure actuelle, la jeune candidate arrive deuxième avec 24 % des voix, devançant ainsi le vétéran Richard Bergeron, qui glisse au troisième rang à 21 %.

Marcel Côté, qui était aux prises avec l'affaire des appels automatisés au moment où le sondage a été réalisé, dégringole et arrive loin derrière à 11 %.

Mais les Montréalais connaissent-ils bien leurs candidats? Denis Coderre semble avoir plus de notoriété que ses adversaires : 70 % des répondants disent le connaître « très bien » ou « assez bien ». Il est suivi par Richard Bergeron (59 %), Marcel Côté (40 %), Mélanie Joly (36 %) et Michel Brûlé (19 %).

Notoriété et opinion favorable vont-elles de pair? Lorsqu'on demande aux Montréalais leur opinion à l'égard des candidats, c'est Mélanie Joly qui arrive en tête des faveurs populaires : 70 % des répondants ont une opinion très ou assez favorable de la candidate, contre 65 % pour Denis Coderre.

Les programmes des quatre principaux partis montréalais

Quoi qu'il en soit, rien n'est encore joué, car l'électorat demeure extrêmement volatil. Près des trois quarts des Montréalais affirment qu'ils pourraient encore changer d'idée d'ici le 3 novembre.

Une chose est claire, le prochain maire aura du pain sur la planche. Confrontée au cours de la dernière année aux révélations de la commission Charbonneau, qui a mis au jour un système de collusion et de corruption dans le processus d'attribution des contrats de travaux publics, Montréal va-t-elle bien à l'heure actuelle?

D'après le sondage, 62 % des répondants affirment que les choses vont dans la mauvaise direction et qu'un coup de barre s'impose, contre 38 % qui estiment le contraire.

Alors que le taux de participation aux élections municipales de 2009 avait été de 39 %, 54 % des Montréalais disent avoir « certainement » l'intention de se rendre aux urnes cette année. Quelque 21 % d'entre eux ont répondu « probablement »,13 % sont indécis et 11 % ne comptent pas aller voter.

Reste à voir si cette majorité ira voter, mais selon le vice-président de la maison de sondage CROP, Youri Rivest, ce résultat de 54 % « est faible », car généralement « la moitié des personnes qui répondent "certainement" vont vraiment » se rendre aux urnes.

 

Méthodologie

Le sondage a été effectué auprès de 1001 internautes montréalais âgés de 18 ans et plus, du 11 au 15 octobre 2013, par l'entremise d'un panel web.

Les données ont été pondérées afin de refléter la distribution de la population de la ville de Montréal selon la répartition au sein des arrondissements, le sexe, l'âge et la langue maternelle des répondants.

Étant donné le caractère non probabiliste de l'échantillon, la marge d'erreur ne s'applique pas. Puisqu'on choisit arbitrairement des unités, et non aléatoirement, il n'existe donc aucune façon d'estimer ou de mesurer la fiabilité de l'échantillonnage.

À LIRE AUSSI : 5 clés pour comprendre les sondages électoraux