Élections Grand Montréal

Élections à Montréal : un débat sans surprise

Le résumé de François Cormier

Richard Bergeron, Denis Coderre, Marcel Côté et Mélanie Joly se sont affrontés mercredi soir dans le premier débat télévisé en français de la campagne électorale montréalaise.

Ils ont répondu aux questions de l'animateur du Téléjournal, Patrice Roy, devant un auditoire d'environ 200 personnes à la salle Redpath de l'Université McGill.

Aucun candidat n'est sorti gagnant de l'épreuve. Répondant aux questions de citoyens, les candidats s'en sont tenus à leur programme électoral. Aucune surprise donc, et aucun haussement de ton.

L'animateur a d'abord demandé aux candidats ce qu'ils feraient pour relancer la métropole.

Restaurer la confiance 

Marcel Côté, chef Coalition Montréal - Marcel Côté Marcel Côté, chef Coalition Montréal - Marcel Côté

D'entrée de jeu, Marcel Coté a déclaré qu'il fallait un code d'éthique et la nomination à l'exécutif d'un contrôleur des dépenses.

Denis Coderre propose plutôt de créer un poste d'un inspecteur général, de diminuer la sous-traitance et d'abolir la clause du plus bas soumissionnaire.

Melanie Joly, elle, veut instaurer un guichet unique pour les entrepreneurs, supprimer la culture d'initié pour les entrepreneurs et faire plus de place à la transparence.

Sans surprise, Richard Bergeron veut mettre fin à l'exode des familles vers les banlieues et faire de Montréal la métropole du transport électrifié.

Pour relire notre couverture en direct du débat sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Pour lire les commentaires des internautes depuis votre appareil mobile, cliquez ici.

Les revenus et les taxes

Mélanie Joly, chef du Vrai changement pour Montréal Mélanie Joly, chef du Vrai changement pour Montréal

Les candidats à la mairie de Montréal ont été assez vagues quand on leur a demandé s'il fallait augmenter les revenus de la ville en augmentant les taxes.

Denis Coderre a répondu qu'il fallait un pacte montréalais et donner l'heure juste, et Mme Joly a dit qu'il fallait s'assurer de la transparence pour s'assurer de ne pas augmenter les taxes.

Richard Bergeron a été beaucoup plus clair en disant que la Ville n'était pas pauvre, avec budget de près de 5 milliards de dollars, et qu'il fallait réformer l'administration, beaucoup trop lourde. Quant à Marcel Coté, il s'engage à limiter la hausse de la taxe foncière à l'inflation.

La question du transport

Les candidats et le transport collectif

Au niveau du transport, certains candidats ont indiqué qu'ils avaient un plan précis.

Mme Joly préconise un Système rapide par bus, un SRB de 130 km pour unir l'est et l'ouest.

M. Bergeron reprend des propositions de Québec et demande d'accélérer la cadence, comme prolonger la ligne bleue du métro pour 2017, créer 200 km de voies réservées, un trolley bus et amorcer la mise en place d'un tramway.

M. Côté répète qu'il faut être réaliste en s'assurant d'abord de la fiabilité du métro, en augmentant le nombre de voies réservées pour les autobus et créer des SRB sur des lignes pilotes.

M. Coderre vend son leadership et propose plus d'autobus et de voies réservées et de transférer la planification du transport de l'AMT à la Communauté métropolitaine de Montréal.

« Dans vos déplacements de tous les jours, quel moyen de transport utilisez-vous? »

  • Mélanie Joly : le métro
  • Denis Coderre : l'automobile et l'autobus à l'occasion
  • Marcel Côté : le bixi, la marche et le bus
  • Richard Bergeron : le métro, l'autobus, la marche

Sur la question linguistique, tous s'entendent pour dire que Montréal est une ville francophone, mais avec une dualité linguistique. MM. Bergeron et Côté ont tenu à préciser que les anglophones avaient des droits et qu'il fallait intégrer davantage les nouveaux arrivants.

Pas beaucoup de débats non plus sur la Charte des valeurs québécoises puisque tous s'y opposent fermement. Denis Coderre et Mélanie Joly ont cependant indiqué qu'ils contesteraient la Charte devant les tribunaux si elle était adoptée.

« Je suis pour la laïcité ouverte. On va attendre le texte final, mais si la loi passe, j'irai devant les tribunaux comme maire, parce qu'on ne peut pas se définir comme une métropole où c'est la diversité culturelle et d'envoyer comme message qu'intégration veut dire uniformité », a dit M. Coderre.

« En tant qu'avocate, pour moi, ça va de soi que la charte est une charte de division plutôt que d'harmonie à Montréal, ça va de soi que l'une des premières choses qu'on ferait serait non seulement de s'exclure, mais aussi de contester devant les tribunaux l'application de cette charte-là à Montréal », d'ajouter Mme Joly.

Les candidats et la charte

L'exode des familles

Pour combattre l'exode des familles vers les banlieues, tous proposent de bonifier le programme d'accès à la propriété.

Denis Coderre veut étendre les subventions à l'achat d'une première maison existante, Mélanie Joly propose de donner congé de « taxe de bienvenue » aux jeunes familles, Richard Bergeron propose de planifier davantage le développement de nouveaux quartiers, et Marcel Côté veut exiger des promoteurs qu'ils construisent des logements à trois chambres à coucher.

La question de la gestion du déneigement aura toutefois divisé les candidats. Richard Bergeron et Mélanie Joly proposent de rapatrier la gestion du déneigement à la Ville centre tandis que Denis Coderre et Richard Bergeron parlent plutôt d'améliorer la coordination.

Les candidats et l'exode des familles

Et la corruption

Question inévitable : comment prévenir la corruption? Selon Mme Joly, il faut plus de transparence, mais surtout s'assurer de changer tous les élus en place, ce à quoi M. Bergeron a ajouté qu'il fallait que les Montréalais « votent pour des personnes qui n'étaient pas là durant les 12 années précédentes ».

M. Coderre a réitéré qu'il fallait un inspecteur général indépendant avec des pouvoirs d'enquête, tandis que M. Côté a insisté pour faire la promotion d'une culture d'intégrité.

Nommez trois points forts pour lesquels Montréal devrait être reconnue internationalement?

Marcel Côté
-Sa créativité
-Son savoir
-Sa richesse linguistique et culturelle

Denis Coderre
-Sa joie de vivre
-Son design
-Sa créativité

Mélanie Joly
-Sa culture
-Sa jeunesse
-Sa qualité de vie

Richard Bergeron
-Sa culture
-Sa convivialité
-Sa beauté

Les candidats ont conclu le débat en donnant brièvement les raisons pour lesquelles la population devrait voter pour eux :

Mme Joly a dit qu'elle voulait ramener l'intégrité à l'hôtel de ville.

Denis Coderre veut que les gens tiennent compte de son expérience et du sentiment de proximité et de confiance qu'il peut dégager.

Marcel Côté a également vendu ses compétences et son expérience.

Richard Bergeron, lui, a dit que les gens devaient voter pour lui parce qu'il avait des projets concrets à proposer.

Élections Grand Montréal

En complément