Villeneuve condamné au sans-faute

Le reportage de Philippe Crépeau

Jacques Villeneuve était content de revoir Patrick Carpentier, jeudi, au circuit Gilles-Villeneuve. Il sait qu'il aurait pu perdre son volant avec Penske après la controverse d'Elkhart Lake et rater Montréal.

Un texte de Philippe Crépeau

Penske Racing lui a encore cette année confié sa Dodge no 22 pour deux courses. La première à Elkhart Lake (Wisconsin), le 23 juin, s'est terminée par un accrochage avec Danica Patrick dans le dernier tour.

Villeneuve a ruiné la course de l'Américaine (de 4e à 12e) et il a eu une prise de bec avec le mécanicien en chef de Danica, captée par la télévision américaine.

Le commanditaire de la voiture de Villeneuve, Discount Tire, n'a pas aimé son attitude. Elle l'a jugée antisportive, et l'a fait savoir par communiqué.

L'équipe Penske a défendu Villeneuve et a confirmé qu'il garderait son volant à Montréal.

« À Elkhart Lake, ce n'était pas... je ne me mets pas la faute sur celle-là, donc ça ne me dérange pas trop, a expliqué Villeneuve à Radio-Canada Sports. Les retombées ont été excessivement et démesurément négatives, mais ce n'est pas pour cela que je ne vais pas me battre ici. »

Villeneuve devra se battre, tout en restant très éveillé, car il doit cette fois aller au bout des 74 tours de la course. Il a en tête sa bourde de l'an dernier à Montréal quand il est sorti de piste au 44e tour après avoir mené depuis le début. Il avait admis avoir « dormi » au volant.

« Je voulais rester très propre et laisser plein de place à (Marcos) Ambrose, se rappelle-t-il. Et ce n'est pas la chose à faire. Il faut rester agressif tout le temps. »

villeneuvepolenascar Jacques Villeneuve en pole à Montréal  Photo :  PC/Tyler Remiorz

Toutes ces péripéties le condamnent au sans-faute, à commencer par aller chercher la position de tête, comme l'an dernier.

« Ce serait le fun. L'équipe est bonne, la voiture va être vite. Faut juste voir comment ça se passe demain, la météo aussi, indique-t-il.

« L'équipe a continué le travail entrepris l'an dernier. Avec ce que j'ai ressenti à Elkhart Lake, ils ont fait les modifications que j'ai demandées », précise-t-il.

La voiture no 22 a d'ailleurs fini au 2e rang de la course du 11 août sur le circuit routier de Watkins Glen, avec Brad Keselowski au volant.

Ça ne garantit pas le résultat à Montréal, compte tenu des différences entre les deux circuits, mais c'est une bonne indication que Villeneuve sera dans le coup.

« Ça a marché pour Brad au Gen, j'espère que ça va bien fonctionner pour moi à Montréal. Je pense qu'on a les armes pour se battre pour la pole », a-t-il conclu.

Jacques Villeneuve le saura vite, car deux séances d'essais de 90 minutes l'attendent vendredi matin, pour mettre la voiture no 22 à sa main. La séance de qualification est prévue à 17 h (HAE).

Facebook