PKV ou rien pour Tagliani

Philippe Crépeau
Radio-Canada
Alexandre Tagliani Alexandre Tagliani  Photo :  Champ Car World Series

Alexandre Tagliani vient d'atteindre son nirvana.

Alexandre Tagliani fait deux jours et demi d'essais avec l'équipe PKV à Sebring. Il obtient le 3e chrono.

Ces deux jours et demi d'essais à Sebring avec l'équipe PKV l'ont emballé. Emballé au point qu'il ne se voit pas ailleurs.

Tagliani a percé le top 3, lundi matin, dans la dernière séance des essais. Devant son équipier Oriol Servia, devant Justin Wilson (Newman-Haas-Lanigan).

Joint par Radio-Canada Sports à la fin de ses essais, lundi, le pilote du Québec était encore sur son nuage.

« Là, je viens de travailler pour une équipe de pointe, a expliqué Tagliani. Soit, je roule pour PKV, soit je ne roule plus en Champ Car. Car après avoir vécu deux jours et demi comme ça, tu ne peux pas... juste le professionnalisme de tout le monde, ils veulent gagner.

« Ils ont apprécié mon côté technique, l'information que je donnais était bonne, on a travaillé avec la voiture, on l'a améliorée. Les mécanos sont de top qualité. L'équipe travaille bien ensemble. Ils n'arrêtaient pas de me dire qu'ils ont eu des petits pépins, on n'est pas tellement contents de ci, de ça. J'ai dit wow! »

Il semble que Tagliani ait roulé avec une voiture qui n'était pas encore à son plein potentiel. Il y aurait un autre 25 % à aller chercher.

« Je leur ai dit: "Je pense que vos attentes et vos standards sont pas mal plus élevés qu'à ce dont j'ai été habitué. Comme tout pilote, m'imaginer travailler avec une équipe, ce serait comme ça!

« J'ai dû faire un bon travail, car tout le monde veut me voir assis dans la voiture. Il faut continuer à regarder, continuer nos discussions avec eux. Voir ce qui en est, ce que ça va prendre pour que ça fonctionne. »

Ne pas trop s'emballer

Avec son expérience, Alexandre Tagliani est tout à fait conscient que rien n'est joué. L'équipe PKV est à la recherche d'un pilote qui peut lui apporter un budget. Il n'est pas le seul sur la liste. Mais il était le seul invité aux essais de Sebring.

Alexandre Tagliani

Son agent Alan Labrosse est en discussions cette semaine avec deux entreprises canadiennes. Une des deux pourrait se laisser convaincre d'ici à la fin de la semaine.

« Je ne peux pas faire plus, avoue Tagliani. Je travaille sur la commandite. On a des compagnies qui sont prêtes à investir en Champ Car. En plus, je roule vite.

« J'ai donné mon maximum, ça fait des années que je supporte la série. Je me donne corps et âme, j'espère pour une fois que je vais me retrouver où j'étais pendant deux jours et demi. J'arrête pas de me dire que je le mérite et que c'est le temps que ça arrive », a conclu Tagliani.

Alexandre Tagliani aimerait que le contrat soit signé rapidement. Avant le camp d'entraînement officiel de la série, en mars, à Laguna Seca.

Un effort à récompenser

Depuis trois ans, Tagliani a mangé son pain noir. Chez Rocketsports et chez Team Australia. Il est temps qu'il obtienne un volant à la hauteur de son acharnement.

Il est en tout cas dans une position enviable. La série a beaucoup investi dans sa visibilité au Canada, avec la triple couronne (Mont-Tremblant, Toronto, Edmonton), et comme la cote de Tagliani est encore excellente auprès des patrons d'équipes, la série y perdrait de le voir rouler en fond de peloton, ou pire, de le perdre.

C'est cette année ou jamais pour Alexandre Tagliani, car les plans de la série pourraient changer en 2009, avec le projet de fusion de Tony George (patron du circuit IRL).