Grâce au Cirque

Philippe Crépeau
Radio-Canada
Réaction de Normand Legault

Normand Legault est sorti de son mutisme, mercredi, pour présenter la course Champ Car le 1er juillet au circuit Mont-Tremblant, qu'il organise en partenariat avec le propriétaire du circuit Lawrence Stroll.

L'épreuve Champ Car de Mont-Tremblant, dans les Laurentides, permet le rapprochement entre Normand Legault et les propriétaires de la série nord-américaine.

M. Legault parlait pour la première fois depuis qu'il a choisi de remplacer la série Champ Car par la NASCAR sur le circuit Gilles-Villeneuve.

Il était assis aux côtés de Paul Gentilozzi, copropriétaire de la série Champ Car.

« J'ai choisi de m'associer à ce projet, a expliqué M. Legault, car il va permettre à la série Champ Car de trouver, j'en suis sûr, son théâtre à Tremblant, sur un circuit que plusieurs connaissent mal, qui va permettre à la communauté d'affaires de Tremblant d'enregistrer d'intéressantes retombées économiques lors du week-end de la fête du Canada. »

M. Legault a souligné surtout qu'il était content de travailler avec de « très bons amis ».

« Avec la famille Stroll, dont la passion pour l'automobile a permis de maintenir vivant l'esprit du circuit Mont-Tremblant, avec Guy Laliberté, un non moins passionné de course automobile, un créateur doublé d'un entrepreneur au succès retentissant. Avec de tels partenaires, il allait de soi que l'expertise de notre équipe méritait d'être mise à contribution. »

Normand Legault ne mentionne ni Paul Gentilozzi ni la série Champ Car, confirmant ainsi les tensions qui ont mené au divorce entre Legault et la série concernant l'avenir de l'épreuve au circuit Gilles-Villeneuve.

« Ce n'est pas souvent qu'on peut s'associer à une des marques les plus connues au monde, le Cirque du Soleil. C'était pour nous une chance que nous ne pouvions laisser passer », a expliqué M. Gentilozzi.

Les affaires d'abord

Invité à préciser l'état des relations entre Champ Car et Normand Legault, M. Gentilozzi n'a pas pu nier l'évidence.

« La course automobile est un "business", et l'aventure des trois dernières années nous a laissé une impression d'inachevé, a admis M. Gentilozzi. Nous savions que Normand était l'expert dans ce domaine et dans ce marché, et c'est Lawrence Stroll qui nous a remis en contact. Il n'y avait rien de personnel dans notre différend. C'est comme au hockey. Parfois, vous vous battez contre un ami. Nous nous sommes défendus, mais ça a été facile de nous réconcilier. Sans son expertise, nous ne serions pas venus. »

Paul Gentilozzi Paul Gentilozzi

Difficile de croire que la série Champ Car a accepté de gaieté de coeur de quitter un marché aussi important que celui de Montréal.

« Normand nous a fait comprendre que le Champ Car ne peut pas être dans l'ombre de la F1. C'est un mauvais plan d'affaires. Et nous ne l'avions pas réalisé, a-t-il révélé. Nous avons de grands champions dans notre série, et quand vous leur demandez de courir sur le même circuit que leurs collègues de la F1, dans des voitures un peu moins puissantes, vous n'offrez pas le meilleur produit aux amateurs. Il faut faire jouer nos pilotes vedettes sur notre propre scène, pas sur celle d'un autre. »

Le risque est-il calculé?

Le circuit Mont-Tremblant est-il la meilleure scène pour organiser une course de cette envergure? Le tracé lui-même est exceptionnel, les pilotes le reconnaissent, mais qu'en est-il des installations?

Les invités à la table ont eu toutes les peines du monde à faire une estimation précise du nombre de spectateurs à venir. On a appris que des gradins pouvant contenir 8000 personnes seront érigés dans la ligne droite des puits. Ailleurs autour du circuit, ce sera entrée générale.

« C'est un investissement à long terme, explique M. Gentilozzi, sans convaincre. Si 25 000 personnes viennent voir la course, et sont contentes du spectacle. Il en viendra 50 000 l'année suivante. »

Encore faudra-t-il trouver de la place pour les accueillir...

Le dossier n'est visiblement pas complètement ficelé par les organisateurs.

La course Champ Car à Mont-Tremblant sera un succès sportif, sans aucun doute, et bénéficiera du soutien du Cirque du Soleil, qui organisera une « ambiance festive et une programmation artistique », a expliqué Daniel Lamarre, président-directeur général du Cirque du Soleil.

Mais, commercialement, c'est plus nébuleux. Sans parler des craintes de nombreux habitants de la région, exprimées sur Internet, qui voient cette course comme une nuisance à leur qualité de vie dans la paisible campagne des Laurentides.