Un nouveau châssis, ça coûte cher

Philippe Crépeau
Radio-Canada
Le châssis Panoz  Photo :  Champ Car world series

La saison 2007 représente une nouvelle page dans l'histoire de la série Champ Car.

Éric Bachelart, copropriétaire de Conquest Racing, explique à Radio-Canada Sports ce que représente l'arrivée du nouveau châssis Panoz pour son équipe.

En effet, les équipes laissent tomber les châssis Lola pour un nouveau châssis monotype, ou spec, que la série a commandé à l'entreprise américaine Élans.

Dix équipes, dont Conquest Racing, ont reçu leur premier châssis le 20 décembre.

Ce châssis unique permettra de réduire considérablement les dépenses des équipes. C'est en tout cas le but avoué de la série. Sur le long terme, c'est vrai.

Ce que la série ne dit pas, c'est que les équipes doivent faire l'investissement initial.

Ce qu'a confirmé Éric Bachelart, copropriétaire de Conquest Racing, à Radio-Canada Sports.

« Ce nouveau châssis Panoz représente un investissement important, puisqu'une voiture complète coûtera 400 000 $. On aura besoin d'acheter trois châssis minimum plus des pièces détachées, donc on devra investir à peu près 1,5 million. »

On pourrait croire que la série, imposant un nouveau châssis aux équipes, s'impliquerait d'une façon ou d'une autre dans le programme de financement pour les équipes aux budgets plus modestes. Eh bien non...

« Nous n'avons pas d'aide du tout de la série pour acheter les châssis, confirme le patron belge. Bien sûr, il existe des plans de financement, mais je ne les considère pas moi-même. Heureusement, les voitures n'arrivent pas toutes en même temps. Donc, je vais pouvoir échelonner mes paiements (rires). »

Trouver l'argent

M. Bachelart explique quel est le seul avantage financier. Étant donné que c'est un châssis monotype, ce seront les mêmes pièces détachées pour tout le monde et elles vont coûter moins cher. Quelque 50 % de moins que celles pour les châssis Lola.

Éric Bachelart Éric Bachelart

Éric Bachelart est à monter son plan de commandite pour 2007. Et il doit inclure l'arrivée du nouveau châssis dans ses calculs.

« J'espère que nous aurons de nouveaux annonceurs pour nous aider à financer nos nouvelles voitures. Notre réserve ne nous permettra pas de tout absorber. »

Et pas question d'essayer de couper ailleurs dans les dépenses de l'équipe. M. Bachelart rappelle qu'en 2007, il y aura plus de courses au calendrier, et notamment plus de programmes doubles (deux courses en deux semaines), ce qui demandera plus de personnel.

« Mais plus de courses, ça veut dire plus de visibilité pour les annonceurs. À nous de bien négocier (rires) », a-t-il conclu.

L'équipe participera aux premiers essais officiels de l'année 2007 de la série à la fin janvier et pourra donc découvrir en piste le potentiel de la nouvelle voiture. C'est ce qu'Éric Bachelart nous explique dans la deuxième partie de notre entretien.