Stéphane Richer

Le marqueur de 50 buts qui préférait l'ombre à la lumière

Stéphane Richer au banc du Canadien lors d'un entraînement au début des années 1990 Stéphane Richer au banc du Canadien lors d'un entraînement au début des années 1990 Stéphane Richer au banc du Canadien lors d'un entraînement au début des années 1990

Il y a 30 ans, un jeune joueur de 21 ans de Ripon, en Outaouais, réussissait sa première de deux saisons de 50 buts avec le Canadien. Personne n’a su répéter l’exploit depuis. Réussites, anxiété, dépression… Les deux séjours de Richer à Montréal ont été pour le moins mouvementés. Pour Podium, Richer accepte de revenir sur son exploit et sur cette période à la fois exaltante et éprouvante de sa vie.

Un texte de Jean-François Poirier

« Moi, je n'ai pas de nom. Je ne suis pas Stéphane. Les grands-pères et les grands-mères me présentent à leur petit-fils comme le dernier marqueur de 50 buts du Canadien. »

La saison 1987-1988 du CH tirait à sa fin. Le 2 avril, le puissant Tricolore, 1er de son association, n'avait plus que deux matchs à disputer avant le début des séries éliminatoires, deux rencontres sans véritable signification au classement face aux Sabres de Buffalo. Ce samedi matin, dans un coin du vestiaire au Forum, Larry Robinson s'est approché du jeune Stéphane Richer, bloqué à 45 buts depuis deux semaines.

Il se souvient des paroles du vétéran défenseur comme s'il les avait entendues hier. Soucieux de guérir le plus vite possible d’une blessure à un poignet, le nouvel attaquant vedette hésitait à prendre part à ces deux rencontres afin d'être parfaitement rétabli pour le premier match des séries contre les Whalers de Hartford.

« Il m’a dit : “Stéphane, je sais que tu es blessé, mais tu devrais essayer, relate Richer. Essaye de vivre ça. Enlève ton bandage. On a des médecins, ils vont te geler. Moi, j'ai vécu les saisons de 50 buts de Lafleur, Shutt et Larouche. Va sur la sur glace pour vivre l'expérience et avoir du plaisir. Il ne nous reste que deux matchs. Essaye de t'approcher.” »

Richer brûlait cependant de l'intérieur. Il venait de lire un texte d'un chroniqueur montréalais qui mettait en doute son coeur à l'ouvrage, comme ça arrivait trop souvent à son goût depuis son arrivée à Montréal.

« Je ne méritais pas ça à 21 ans, car j'avais déjà compté 45 buts. Je me faisais solidement varloper, dit-il, en faisant exprès de ne pas nommer le chroniqueur (Réjean Tremblay de La Presse). Je deviens émotif lorsque je pense au message de Larry Robinson ce matin-là. Je ne savais pas qu'il avait aussi parlé à tous les joueurs pour leur dire que de marquer 50 buts, c'était important pour un p'tit bonhomme de Ripon comme moi.

« Je suis rentré chez moi après l'entraînement matinal en réfléchissant à ce que m'avait dit Larry. Je me sentais libéré et j'ai décidé de jouer pour prouver à mes dénigreurs, et au chroniqueur, qu'ils avaient tort. Au fond, Larry voulait que j'arrive gonflé à bloc pour les séries. C'était peut-être ça, son affaire… »

Stéphane Richer a donc tenté sa chance et il ne l'a pas ratée. Dès la première rencontre à Montréal, l'ailier droit au tir frappé retentissant a inscrit un tour du chapeau.

« Dès que j'ai marqué mon 46e but, tout s'est mis à défiler au ralenti devant moi. C'était fou au Forum. Les gens scandaient mon nom. L'annonceur maison, Claude Mouton, insistait plus fort à chacun de mes buts... Riiiiiiicher! Mes coéquipiers écourtaient leur présence pour me donner la chance de jouer plus souvent. Tout le monde me donnait la rondelle. C'était tellement comique. J'ai même touché la barre horizontale ce soir-là. »

Le lendemain, à l'Auditorium de Buffalo, après avoir inscrit son 49e but grâce à deux feintes magistrales en fin de deuxième période, Stéphane Richer passait à l'histoire en déjouant Tom Barrasso d'un tir du poignet vif durant un avantage numérique à la 45e minute.

Le 49e et le 50e buts de Stéphane Richer contre les Sabres de Buffalo

« Tout le focus était sur moi. J'étais presque mal à l'aise. Il n'y avait pas de bruit dans le vestiaire, comme dans un match éliminatoire, se rappelle Richer en regardant la vidéo de son but le plus mémorable de la saison 1987-1988. Ça fait longtemps que je n'avais pas vu cet extrait. Y'a un gars sur la glace qui s'appelle Gilles Thibodeau que personne ne connaît. Sa passe est parfaite à la mise en jeu, personne ne pourra lui enlever ça. Je le taquine toujours chaque fois que je le vois. S'il avait raté sa passe, peut-être qu'il aurait joué après ça dans les ligues mineures plus vite! »

Stéphane Richer se remémore ce moment de grâce avec beaucoup d'estime pour ses coéquipiers.

« Craig Ludwig était le gars le moins expressif de l'équipe dans n'importe quelle situation, mais pas cette fois-ci. Il était le dernier à m'attendre au banc pour me féliciter avec les larmes aux yeux parce qu'il savait tous les sacrifices nécessaires pour marquer 50 buts. C'est pas juste d'être chanceux et de jouer avec de bons joueurs offensifs. C'est plus que ça. Tout part de la défense. Des gars comme Craig Ludwig et Rick Green t'aident aussi. »

Durant les éliminatoires, il a même augmenté la cadence. Un cinglage de Michael Thelven a malheureusement mis un terme à sa saison de rêve. Le défenseur des Bruins lui a fracassé un os du pouce de sa main déjà blessée d'un coup de bâton. Richer avait marqué sept buts en huit matchs.

« Il a fait exprès. Il savait où viser », fulmine-t-il encore aujourd'hui.

Privé de son marqueur étoile, le Canadien a perdu les trois derniers matchs de sa série contre les Bruins en étant limité à deux maigres buts. Boston réussissait à battre Montréal pour une première fois dans les éliminatoires à sa 19e tentative depuis 1943.

Le Tricolore célébrait néanmoins la réussite d'une jeune étoile montante devenue la nouvelle sensation montréalaise. Le premier depuis Guy Lafleur et Pierre Larouche, en 1980, à toucher 50 fois la cible en une saison et seulement le sixième attaquant (et le plus jeune à 21 ans) de l'histoire de l’équipe à se joindre à ce club sélect, qui compte également Maurice Richard, Bernard Geoffrion et Steve Shutt.

En 1988, dans la LNH, outre Stéphane Richer, sept autres joueurs avaient réalisé l'exploit, dont les Québécois Mario Lemieux et Luc Robitaille. Ces trois joueurs de la Belle Province avaient tous été repêchés en 1984. Mais le jeune attaquant de Ripon était le seul à porter le prestigieux uniforme du Bleu-blanc-rouge et à devoir exploiter son talent sous de puissants projecteurs, dont la lumière peut parfois devenir trop éblouissante.

À 51 ans, Stéphane Richer est ému lorsqu'il observe ces images de lui vieilles de 30 ans. Il s'écoute répondre péniblement aux questions des journalistes et enchaîner les mots à la vitesse de l'éclair. Il ne s'attendait pas à replonger ainsi dans son passé. Ces documents d'archives le montrent à découvert, devant un micro, craintif de dire le fond de sa pensée.

« Wow... ça fait réfléchir. J'ai l'air d'un p'tit gars naïf. Je parlais vite et j'étais nerveux. Je n'ai jamais été à l'aise devant les caméras. Je voulais tellement être sincère et je me faisais dire par l'organisation de ne rien dire. Mais d'un autre côté, à Montréal, il faut que tu parles. Quand je parlais, j'étais sincère. Peut-être trop, peut-être pas assez. »

L'un des extraits choisis le ramène à ses débuts avec l'organisation. Il y voit un Stéphane Richer qui n'a pas encore 20 ans, essayer d'expliquer à la presse qu'il ne veut pas se faire imposer trop de pression en raison surtout de son statut de future vedette de l’équipe.

Stéphane Richer, à 19 ans, répond aux question des journalistes dans le vestiaire du Canadien.

Voici ce qu'il affirmait au micro de la jeune journaliste de Radio-Canada Marie-José Turcotte :

« Guy Lafleur a commencé à bien jouer à l'âge de 21 ou 22 ans. Pourquoi moi, j'aurais de la pression à l'âge de 19 ou 20 ans? Je sais que j'ai beaucoup de talent et je sais que je peux faire beaucoup dans la LNH. Je me dis que si les gens m'aiment beaucoup et croient en moi, ce n'est pas la bonne façon de m'aider. Ils auraient pu me dire : “On va te laisser tranquillement te libérer et, après, on verra les conséquences. »

Cette citation du jeune Richer, inconscient de ce qui lui pend au bout du nez, était prémonitoire. Gérer la pression de jouer pour le Tricolore sera un malaise qui l'envahira durant ses huit saisons à Montréal.

« Tout ce que je trouve triste dans l'image que vous m'avez montrée de moi, c'est de voir un petit Québécois de 21 ans qui porte fièrement l'uniforme du Canadien chaque soir et que ça aurait dû être une belle histoire. Il y a des gens qui en ont profité pour m'écraser. »

Aujourd'hui, le dernier marqueur de 50 buts du CH a le sentiment du devoir accompli, même si son parcours a été tortueux. Il n'a rien à cacher. Ce qui aurait pu devenir un conte de fées ne l'a jamais été et il désire partager son expérience.

Après avoir entendu ses commentaires de l'époque où il faisait son entrée sur la grande scène du Forum, Richer apporte quelques précisions à sa pensée de jeune homme de 19 ans.

« Je voulais dire au monde que j'avais le talent et le potentiel, mais qu'il me foute la paix. Je n'ai jamais voulu être dans le spotlight. Je ne voulais pas dire que je pouvais faire l'équipe à 19 ans ou que j'allais être le meilleur parce que mon père me disait qu'il fallait respecter les racines avant toi. Il ne faut pas prendre la place, mais la mériter. J'ai toujours respecté ceux qui étaient là avant moi.

« J'aurais pu retourner chez les juniors à Chicoutimi, mais ça aurait été une perte de temps. J'aurais peut-être amassé 200 points et marqué 100 buts avec les Saguenéens. M. Savard me dit que ça aurait été sa plus grosse gaffe de me retourner dans le junior à 19 ans. »

Cet automne-là, en 1985, Stéphane Richer a gagné sa place haut la main avec le grand club. À sa première saison, à 19 ans, il a inscrit 21 buts en seulement 65 matchs et le CH a remporté la Coupe Stanley. Un départ canon comme le démontrent ses 9 buts en 15 rencontres en ouverture de saison.

« Me niaises-tu, lance-t-il, incrédule en voyant ces chiffres. Voyons donc! J'étais en feu. J'avais un rythme pour en marquer 60! »

Stéphane Richer avait oublié que son arrivée avait ressemblé à un coup de tonnerre dans le ciel bleu, blanc et rouge de Montréal…

La saison suivante, sa récolte est toute aussi impressionnante pour un joueur inexpérimenté : 20 buts en 57 rencontres.

« Je jouais seulement 9 à 10 minutes par match et on utilisait toujours les mêmes joueurs en avantage numérique. Ça m'a pris du temps à avoir ma place. C'est correct. Fallait que ça passe ou que ça casse. Et je n'ai jamais compté de buts dans les filets déserts… »

Tous les espoirs étaient donc permis. En Stéphane Richer, la Sainte-Flanelle pouvait compter sur un marqueur d'élite qu'il avait repêché au 29e rang d'un généreux encan amateur, où Petr Svoboda, Shayne Corson et Patrick Roy sont aussi devenus la propriété de l'organisation montréalaise grâce au flair du directeur général Serge Savard.

« Ce repêchage-là a été incroyable. Le Canadien a fait des transactions pour nous choisir. Patrick et moi avions joué ensemble avec les Bisons de Granby. Nous avions vraiment une mauvaise équipe, mais Patrick était formidable devant son filet et j'avais quand même été choisi recrue de l'année.

« Je pensais que les Capitals allaient me repêcher parce qu'ils avaient été les seuls à me rencontrer. Le directeur général David Poile m'avait même remis un questionnaire en français et je l'avais beaucoup apprécié. J'ai aussi cru que les Nordiques allaient me choisir après avoir demandé un temps d'arrêt durant la première ronde, mais ils ont préféré un joueur de l'Ouest (Trevor Stienburg). Ils voulaient un boeuf de l'Ouest, comme on disait à l'époque. »

Coup du sort, c'est à Québec que Stéphane Richer a disputé son premier match dans la LNH à l'âge de 18 ans. Rappelé d'urgence pour une seule partie, il a vite dû subir les contrecoups de sa franchise après le repêchage.

« Je n'ai jamais caché que je préférais le Canadien aux Nordiques. C'est normal, je suis né à Ripon. J'avais aussi dit que je n'avais jamais aimé les Nordiques. Ils ont sorti ça dans les journaux et c'est devenu une grosse histoire. À ma première présence, je me suis fait ramasser par Dale Hunter. Il m'a souhaité la bienvenue dans la LNH… »

Il préférait peut-être Montréal, mais le prix à payer a été élevé. On l'a souvent accusé d'être nonchalant en dépit de ses succès autour du filet adverse.

À la veille de la saison 1988-1989, après la campagne de 50 buts de Richer, son ex-coéquipier devenu commentateur à la télé Mario Tremblay analysait ainsi le travail du prolifique marqueur : « D'après moi, l'année passée, en 80 matchs, Richer a joué entre 50 à 55 bonnes rencontres et il a compté 50 buts. Je veux dire des matchs où il a vraiment poussé selon son plein potentiel. Imagine lorsqu'il va décider de pousser pendant les 80 matchs. »

Stéphane Richer ne paraît pas surpris aujourd’hui par la remarque de Mario Tremblay. Il lui donne même raison.

Cette saison-là, Richer avait inscrit 50 buts en 72 matchs. Un ratio fort respectable pour un joueur qui avait tendance à s'endormir certains soirs…

« Je dois parler de choses qui ont rapport à ma vie personnelle. Je ne veux pas trop le faire parce qu'on va dire que Richer parle juste de choses négatives. Je le savais déjà, à ce moment-là, que je n'étais pas bien dans ma peau.

« Il y a des soirs où je ne voulais pas aller au Forum. J'avais peur de jouer. »

« Le monde ne me croit pas, y’a des soirs où je ne voulais pas aller au Forum. J’avais peur d’aller au Forum. J’avais peur de jouer. J’avais peur qu’il m’arrive quelque chose. J’avais peur. Une peur, là. J’arrivais à Atwater en haut, je tournais en bas, je redescendais la côte, je retournais à ville LaSalle. Je faisais le tour par le parc Angrignon, je revenais, je remontais la côte jusqu’au Forum… On jouait à 20 h à ce moment-là, je partais des fois à 17 h. Je me promenais une heure de temps en auto parce que je ne savais pas comment m’en aller au Forum. Ça, c’était épeurant. »

Je ne voulais pas y aller. Je ne voulais pas aller jouer au hockey. En dedans, ça n’allait pas bien. Tout était noir.

Stéphane Richer

Avait-il de l'aide? Sa réponse est sans équivoque.

« Non. J'étais deux ou trois soirs sans dormir, j’étais victime de paranoïa. Imagine quand tu es dépressif, tu penses au suicide et tu n'as pas d'aide. J'ai cogné à la porte de messieurs [Ronald] Corey [alors président du Canadien] et Savard. J'ai été voir Pat Burns [l'entraîneur-chef]. Ils ont dit : “Arrête. Qu'est-ce que tu as à te plaindre. Amuse-toi et va jouer au hockey.”

« Je leur disais que j'étais en train de mourir par en dedans. Que j'avais besoin d'aide. À un moment donné, vous allez avoir une mauvaise nouvelle. Ils me répondaient : “Tu es jeune, tu fais de l'argent, tu as les femmes, tu as un gros condo, tu es le king à Montréal.” Si j'avais été bien dans ma peau, ça aurait été incroyable. Y'a des soirs, je me disais que j'allais être le joueur clé. Et d'autres soirs, tu ne me voyais pas. »

Stéphane Richer tient cependant à souligner qu'il n'en veut pas aux personnes de son entourage.

« Ces gens savaient que j'avais un problème, mais ils ne pouvaient pas parler. Ils ne pouvaient pas dire que je me cachais en arrière de ma porte. J'allais dans les bars et je partais à 23 h 30. Je me sauvais et je m'en allais chez moi. Les gars disaient : “Le maudit est encore parti.” Une fois rendu sur le pont Champlain, je lâchais un : ouf! J'avais peur. Mais c'est correct.

« J'ai eu l'un des meilleurs cochambreurs pendant quatre ans. Carbo (Guy Carbonneau) a eu une grosse influence. Il voulait que je dorme et que je mange bien. Il avait deux bébés filles à la maison et un autre de 21 ans dans la chambre. Il ne m'a jamais lâché. Il a été incroyable pour moi. Il s'assurait que je sois le meilleur soir après soir pour que je fasse la différence. »

Au bout du compte, le Canadien n'a pas été perdant au change. Stéphane Richer a connu plus de bons que de mauvais matchs au cours des saisons suivantes.

Avait-il de l'aide?

Après une chute importante de sa production offensive à 25 buts en 68 matchs en 1988-1989, l'ailier droit a rebondi avec une performance de 51 buts en 75 rencontres lors de la saison suivante. Il sera notamment le premier joueur dont le tir frappé sera chronométré à plus de 160 km/h au match des étoiles.

Puis, à la suite de sa sixième campagne avec le Tricolore durant laquelle il a inscrit 31 buts en 75 rencontres et vécu autant de tourments à l'extérieur de la patinoire, Richer a été échangé, au milieu du camp d'entraînement, aux Devils du New Jersey.

Le 22 septembre 1991, le CH, en quête de caractère, faisait l'acquisition de leur futur capitaine Kirk Muller et du gardien Roland Melanson en échange de Richer et de Tom Chorske.

« C'est la plus belle chose qui pouvait m'arriver », se souvient Richer, qui ne remerciera jamais assez le directeur général Serge Savard de l'avoir envoyé poursuivre sa carrière sous d'autres cieux moins orageux.

« J'aime beaucoup Stéphane Richer, affirma Serge Savard le jour de l'échange. Je crois qu'il pourra davantage exploiter son talent à l'extérieur de Montréal. »

Dès qu'il est question de Savard, les yeux de Stéphane Richer s'illuminent. Il l'appelle même encore « M. Savard ».

« La seule personne qui m'a appuyé, c'est Serge Savard, dit-il. Il était notre père. On pouvait le voir n'importe quand. Dans son bureau, il était intimidant au travers de la boucane (Serge Savard aimait fumer). Il nous prévenait de ne pas trop fréquenter les bars. M. Savard, je le respecte. Il était toujours là pour nous défendre. Il était plus qu'un directeur général. Ce n'est pas pour rien qu'on avait de bonnes équipes. »

Ce jour-là, le nouvel attaquant des Devils saluait ses anciens coéquipiers devant les caméras de télé. Des images qui, 27 ans plus tard, font vibrer Richer. Cet échange lui permettra, quatre ans plus tard, en 1995, de gagner la Coupe Stanley une deuxième fois.

Pourtant, quatre jours après ce moment heureux avec les Devils, Stéphane Richer mettra sa vie en péril en éteignant les phares de sa Porsche qui roulait à pleine vitesse à l’approche d’un virage prononcé. Il se demande encore comment il a réussi à négocier cette courbe. Une tentative de suicide qu’il avait dévoilé au grand jour en 2012 dans une entrevue sur son combat avec la dépression.

« J’ai essayé de me suicider deux fois après la Coupe Stanley de 1995. Ce n’est pas une joke », dit-il en se remémorant tristement cette période sombre.

En regardant cette vidéo où on le voit dans le vestiaire du Tricolore serrer les mains de ses coéquipiers après cet échange avec le New Jersey, il remarque vite la présence de certains que la vie n'a pas épargnés.

« La vidéo est incroyable, lance Richer. Je la regarde et je vois Todd Ewen qui est décédé. John Kordic est décédé. Casseau [Patrick Roy] est le dernier gars à me donner la main. Ça finit drette là mon affaire. Je vois Stéphan Lebeau. Il n'est pas capable de venir me parler. Gilchrist ne sait pas trop quoi faire plus qu'il faut. Les gars ne comprennent pas. Le Canadien a eu un grand joueur en Kirk Muller. Cette transaction, je la comprends. Il voulait du leadership, un gagnant. C'est correct. »

Stéphane Richer (droite) enlace Martin Brodeur après la conquête de la Coupe Stanley par les Devils du New Jersey contre les Red Wings de Détroit en juin 1995.
Stéphane Richer (droite) enlace Martin Brodeur après la conquête de la Coupe Stanley par les Devils du New Jersey contre les Red Wings de Détroit en juin 1995.
(Photo : Reuters/Mike Blake)

Le 22 août 1996, contre toute attente, Stéphane Richer, loin d'être guéri, est revenu à Montréal. Le nouveau directeur général du Canadien, Réjean Houle, avait refilé le défenseur Lyle Odelein aux Devils afin de le ramener dans la métropole.

Ses 20 buts et 12 passes en 73 matchs à sa cinquième saison au New Jersey constituaient sa plus faible production offensive en 11 saisons dans la LNH. C’était toute une dégringolade après avoir été le meilleur marqueur de la saison championne des Devils. Richer avait même terminé au 2e rang des pointeurs de la LNH durant les éliminatoires.

Avec les Glorieux, ses 27 buts et 28 passes en 82 matchs recevront peu de compliments. Richer sera échangé à Tampa Bay dès le début de sa deuxième saison après son retour à Montréal.

Quand je suis revenu, c'était encore pire. Cette fois-ci, on disait que j'étais fini. Je suis passé de bum à homosexuel, à drogué, à gars qui ne se couchait pas le soir et qui n'avait pas de discipline. J'ai tout vécu ça à Montréal. Et les humoristes ont ri de moi. Ils m'ont varlopé et ont ri de ma manière de m'exprimer et de ma nervosité. Ils ont lancé des rumeurs sur mon cas. Avec Roch Voisine (sa fausse relation) et cette bullshit-là.

Stéphane Richer

« J'en vois encore qui viennent me donner la main lors d'événements promotionnels, poursuit-il. Ils le savent. Mais quand je leur donne la main, ça prend plus de temps avant que je la lâche.

Leur main est comme bleu-rouge à la fin. C'est correct. Ils ont fait de moi un adulte plus vite. »

Aujourd'hui, sa fameuse déclaration de l'époque, « Il n'y a pas juste que le hockey dans la vie », qui avait été perçue plutôt négativement dans l'opinion publique, est plus facile à comprendre.

Un homme ayant vécu autant l'enfer en dépit de son statut privilégié de joueur de la LNH, et surtout de porte-étendard du Canadien, peut avoir le goût de tenir ce type de discours dans la tourmente.

Stéphane Richer ne donne toutefois pas l'impression d’être un homme amer. Au contraire. Il nomme l’ancien président Ronald Corey et Serge Savard lorsqu’on le questionne à propos des gens pour lesquels il est le plus reconnaissant.

« Je ne veux pas que le monde pense que j'essaye de me reprendre. J'ai eu une belle carrière. Le hockey m'a donné de belles choses et j'ai donné de belles choses aux partisans du Canadien. Je suis passé à autre chose. »

Stéphane Richer pendant un match contre les Sénateurs d'Ottawa au Forum de Montréal, le 15 mars 1997
Stéphane Richer pendant un match contre les Sénateurs d'Ottawa au Forum de Montréal, le 15 mars 1997
(Photo : Getty Images/Robert Laberge)

Stéphane Richer vu par…

Serge Savard

« Stéphane était un gars assez renfermé. Il demandait plus d'attention. Je l'ai fait venir quelques fois à mon bureau pour l'apaiser. Plusieurs fausses rumeurs couraient à son sujet et j'avais rencontré les gars de beat pour que ça cesse. Mais je n'avais pas fait ce diagnostic [d'un homme dépressif]. Nous avions quatre médecins. Comme ancien joueur, je l'ai aidé du mieux que je pouvais. Je lui ai conseillé de retourner sur la glace et de jouer au hockey comme il était capable de le faire et il l'a fait.

Quand tu repêches un joueur comme lui en 2e ronde et qu'il t'offre deux saisons de 50 buts, c'est comme un peu gagner à la loterie. Plusieurs joueurs ne reçoivent pas le crédit qu'il mérite. Stéphane a beaucoup contribué à nos succès. »

Guy Carbonneau

« Stéphane, c'est un grand sensible. Je le voyais à l'époque comme un jeune homme assez joyeux, mais comme moi, il ne s'ouvrait pas beaucoup. On est des bons acteurs dans ce monde un peu macho. On cache notre jeu. Par exemple, John Kordic avait aussi secrètement des problèmes de drogue... Il n'y avait pas de psychologue à notre disposition comme aujourd'hui. Malheureusement, je n'avais pas réalisé que Stéphane vivait autant de problèmes. J'aurais aimé en faire plus pour lui.

Comme cochambreur et vétéran, je me suis assuré qu'il se comporte en professionnel, mais c'est difficile de tout savoir. Les joueurs d'aujourd'hui étalent plus leurs problèmes personnels.

Sur la glace, Stéphane Richer est le prototype parfait du joueur recherché en 2018. Il était grand, fort, patinait vite et possédait tout un tir frappé. En plus, c'est vrai qu'il était très opportuniste. Il marquait des gros buts. »

N'empêche que Stéphane Richer est habité par le sentiment qu'il pourrait encore servir la cause d'une organisation comme celle du Tricolore en raison de son cheminement hors de l'ordinaire.

« J'aurais tellement aimé ça, dans les dernières années, m'asseoir avec Max et Galchenyuk et leur dire : “Amusez-vous.” J'ai mes torts aussi. À un moment donné, je me suis retiré parce que j'avais de la peine de ne pas m’être impliqué. Aujourd'hui, j'essaye d'y aller lorsqu'ils (le CH) m'appellent pour des écoles de hockey. Je joue le plus de matchs possible avec les Anciens. »

Évidemment, Stéphane Richer croit qu'il peut en donner davantage et le cas du capitaine actuel semble lui tenir à coeur.

« Au moment où l'on se parle, c'est très difficile pour Max Pacioretty dans toutes les facettes de sa vie. Je l'ai déjà entendu dire, dans une fin de saison, que le plateau des 40 buts n'était pas important, que la priorité était de se concentrer pour les séries. Il n'a pas compté 40 buts. Trente-neuf buts, personne n'en parle. Quarante buts, c'est magique. Il n’y a personne qui a parlé à Max Pacioretty. Je lui aurais tellement dit qu'il fallait qu'il en compte 40. Faut que tu en comptes 42 pour être prêt pour les séries. Être notre joueur clé. »

Autrement dit, la confiance d'un compteur de buts est fragile et il faut l'entretenir.

« Quand tu rentres dans les séries 0 en 5 (sans avoir marqué) et que tu es le gars censé faire la différence... Il ne l'a jamais été. Tu ramènes ça ensuite en saison et dans les éliminatoires suivantes, et ça recommence. Ensuite, les gens disent de toi que tu n'as jamais été à la hauteur de la situation. T'en parles-tu des 39 buts de Max Pacioretty aujourd'hui? T'en parles pas. S'il en avait fait 40, on dirait de lui qu'il est un grand compteur. »

Selon Richer, Max Pacioretty ne compte peut-être pas, comme lui lors de sa première tentative pour inscrire 50 buts, sur un Larry Robinson capable de le conseiller de la bonne manière. Et son rôle de capitaine ne joue pas en sa faveur.

Stéphane Richer discute des difficultés de Max Pacioretty.

« Max, c'est une bonne personne. Il n'est pas exubérant. Il veut juste jouer au hockey et marquer des buts. Lorsqu'il a été nommé capitaine, j'espérais qu'il soit capable de contrôler tout ça et de gérer les relations avec les joueurs. Une jeune équipe en plus. J'aurais aimé que Gallagher soit choisi. C'est quelqu'un qui va à la guerre tous les soirs. »

De son propre aveu, Stéphane Richer n'a pas été ce type de joueur. Il devra toujours composer avec l'image d'un hockeyeur doté d'un talent exceptionnel qui n'aura peut-être pas réussi à l'exploiter à sa pleine mesure en raison d'un manque de constance.

« Ça n'allait peut-être pas parfaitement dans ma tête, mais j'ai quand même joué plus de 1100 matchs dans la LNH. Je ne devais pas être si mêlé que ça… »

Là-dessus, on n'a d'autre choix que de lui donner raison. En 1188 matchs, statistiques de saisons et éliminatoires incluses, le plus célèbre numéro 44 de la LNH a marqué 474 buts et amassé 443 passes. Mais c'est sa capacité à marquer des buts importants qui le rend le plus fier.

Je ne serai jamais au temple de la renommée. Je ne serai jamais une grande star, mais regarde la colonne des buts gagnants (72) dans ma carrière, ça veut tout dire. Je me fous de ce qu'on peut dire, j'aurais peut-être pu en compter 500, mais tu ne peux pas m'enlever ça, les buts gagnants.

Stéphane Richer

Dans l'uniforme du Bleu-blanc-rouge, Richer a presque conservé une moyenne d'un but aux deux matchs (271 en 567). C'est exceptionnel.

Richer est aussi le seul joueur, en compagnie de Guy Lafleur (6 fois), à avoir atteint le plateau des 50 buts à plus d'une occasion avec le CH. Mais à Montréal, les performances de Richer semblent tombées dans l'oubli.

Au Centre Bell, les traces de son passage sont inexistantes, même sur l'écran géant du tableau indicateur lors de la diffusion d'images du riche passé des Glorieux. Aujourd'hui, les accomplissements de Stéphane Richer sont-ils reconnus à leur juste valeur?

« Oui, je suis un peu déçu, mais ça ne serait pas juste de ma part de me prononcer là-dessus, dit-il. Je vais laisser les gens s'occuper de ça. C'est à ceux qui connaissent la game de juger si je mérite plus de crédit. Ce serait un beau cadeau qu'on me dise que je mérite plus que ça. J'ai marqué 50 buts deux fois. Y'a juste Guy qui a fait mieux. Lui, c'est six fois. Il est dans un groupe à part. C'est un club sélect. Guy vient de Thurso, moi de Ripon. On garde ça dans notre coin. C'est spécial. »

Le Canadien n'a pas été en mesure de former ni de dénicher un autre marqueur de la trempe de Richer capable d'imiter ses performances. Brian Bellows, en 1993, et Vincent Damphousse, en 1994, sont les deux seuls joueurs à avoir atteint le cap des 40 buts. C'est 10 de moins que l'exploit que Richer a réalisé en 1988 à seulement 21 ans.

Stéphane Richer réfléchit à l'aide qu'il pourrait apporter au Canadien de Montréal.

Les partisans de la nouvelle génération du CH n'ont aucune idée de ce qu’un jeune Québécois de Ripon a été en mesure de faire vivre aux amateurs de hockey de la belle époque, où marquer 50 buts ne semblait pas un objectif irréaliste.

« J'ai un immense respect pour tous les marqueurs de 50 buts des autres organisations, mais marquer 50 buts à Montréal, ce n'est pas pareil, affirme Richer. Luc Robitaille m'a déjà dit qu'il ne savait pas s'il aurait été capable de compter 50 buts à Montréal. C'est un bel honneur de la part d'un joueur au Temple de la renommée. Gilbert Perreault et Marcel Dionne m'ont aussi fait des compliments du genre. Je les en remercie.

J'aurais tellement aimé m'asseoir autour d'une table avec Bernard Geoffrion, Maurice Richard, Guy Lafleur, Steve Shutt et Pierre Larouche et discuter de nos saisons de 50 buts à Montréal avec un bon scotch et en fumant un cigare… »

Son bonheur, Stéphane Richer le retrouve aujourd’hui auprès des amateurs et de sa famille. Il est d’ailleurs devenu grand-papa pour la première fois à la fin mars. Un jour, la petite Emma Anderson découvrira son parcours qui demeure l’un des plus fascinants de l’histoire du Canadien de Montréal.

« Je suis le dernier marqueur de 50 buts. Les gens ont été marqués par ça. Quand ils prennent le temps de m'expliquer leurs souvenirs, ça a plus de valeur à mes yeux que les miens. Voir un grand-papa qui raconte à son petit-fils ses souvenirs, ou un professeur à ses élèves, c'est incroyable à vivre. »

« Si un jeune hockeyeur vient me voir pour me demander comment lancer fort parce que son père lui a dit que je pouvais le faire, c'est la plus belle chose que je peux entendre. »

Photo en couverture : Getty Images/Denis Brodeur