Les hauts et les bas d'Olivier Occéan

Les hauts et les bas d'Olivier Occéan

En vacances pour les Fêtes, Olivier Occéan ne chôme pas. Il s'entraîne fort pour garder le rythme de la Bundesliga et se permet quelques flèches à l'endroit de la fédération canadienne de soccer.

Relégué en deuxième division l'an dernier, l'Eintrach de Francfort est considéré comme la surprise du championnat allemand cette saison. L'équipe d'Occéan se maintient dans le haut du classement au 4e rang, à la porte d'une place en Ligue des champions.

« En tant que professionnel de soccer, tu veux toujours jouer au plus haut niveau, a déclaré Occéan. Si on se rend en Ligue des champions, ça va être incroyable pour Francfort. »

Toutefois, le Québécois ne connaît pas les succès escomptés cette saison. En 13 présences, il n'a marqué qu'un seul but. C'est pourquoi le no 9 de Francfort garde la forme pendant les vacances de Noël pour conserver son poste.

Au revoir, Hart

Si son année 2012 a été mémorable en club, on ne peut pas en dire autant en équipe nationale.

En plus de subir un gênant revers de 8-1 contre le Honduras, le Canada voyait s'écrouler du même coup son rêve de participer à la Coupe du monde en 2014.

Cette défaite a d'ailleurs poussé le sélectionneur Stephen Hart vers la sortie.

Même si Occéan n'a pas participé à cette déconfiture en raison d'un carton rouge au match précédent, il ne regrette certainement pas le départ de Hart.

« C'était quand même un amateur, a confié l'athlète de 31 ans. Il manquait un peu de professionnalisme. L'entraîneur ne savait pas trop comment gérer l'équipe. C'est malheureux, on avait un très bon groupe. »

Occéan croit que la fédération canadienne devra être plus transparente à l'avenir.

« On ne sait pas ce qui se passe en arrière des bureaux, alors... »

Finir en beauté à Montréal

Même s'il vit un rêve éveillé en Europe, où il est sous contrat jusqu'en 2015, Occéan ne détesterait pas un jour défendre les couleurs de l'Impact de Montréal avec son ami Patrice Bernier.

« L'Impact c'est une possibilité pour moi, a avoué Occéan. Je souhaite qu'il y ait de l'intérêt. J'ai parlé à Nick De Santis (NDLR : directeur sportif) deux fois en 10 ans, mais j'espère qu'on va pouvoir discuter bientôt de mon avenir. »

L'invitation est lancée.

D'après un reportage d'Antoine Deshaies