Sur les traces de Vonn

Stacey Cook Stacey Cook  Photo :  AFP/OLIVIER MORIN

Les Américaines n'ont pas dit leur dernier mot. Il faudra compter sur elles dimanche pour la descente des Championnats du monde, malgré l'absence de Lindsey Vonn, la reine de la vitesse.

Stacey Cook a sonné la charge samedi en enregistrant le chrono le plus rapide de la troisième et dernière descente d'entraînement. La Californienne a dévalé la Streicher en 1 min 50 s 87/100. Elle a devancé la Française Marion Rolland et l'Autrichienne Stefanie Moser par respectivement 1,83 et 2,34 s.

Ses jeunes compatriotes Laurenne Ross et Alice McKennis ont terminé 9e et 13e, tandis que la vétérane Julia Mancuso, médaillée de bronze du super-G, a suivi au 14e rang.

Ross ne participera cependant pas à la descente dimanche. Elle sera remplacée par Leanne Smith, absente de l'entraînement du jour tout comme plusieurs favorites, dont l'Allemande Maria Höfl-Riesch, sacrée lors du super-combiné la veille, la Slovène Tina Maze et la Suisse Lara Gut, respectivement médaillée d'or et d'argent du super-G.

La Canadienne Larisa Yurkiw, qui est sortie de piste à la fin de la portion slalom vendredi, a également fait l'impasse sur l'entraînement.

Cook, McKennis et Mancuso figurent parmi les 11 premières au classement de la Coupe du monde de descente. Smith pointe au 6e échelon.

McKennis a gagné sur l'exigeante piste de Sankt Anton en janvier, tandis que Cook avait été deux fois la dauphine de Vonn à Lake Louise. Smith, elle, a enregistré deux podiums, à Val-d'Isère et à Cortina d'Ampezzo.

Quant à Mancuso, c'est la dame des grandes occasions avec ses trois médailles olympiques et ses cinq mondiales.

« Vous allez voir, je vais être rapide dimanche. Je veux l'or. Pour cela, il faudra aller à la limite, a dit Mancuso, 8e du super-combiné vendredi. Cela va être intéressant de voir ce que l'équipe peut faire. Chacune des trois autres filles a l'objectif de décrocher la médaille. »

Elles ne seront pas les seules. Höfl-Riesch, Maze et Gut ont encore des visées sur le podium. Et puis, les Autrichiennes ne voudront pas être en reste devant les leurs. Regina Mader-Sterz, qui a dominé les deux premiers entraînements, pourrait causer la surprise. Sinon, elles devront miser sur Anna Fenninger et Elisabeth Görgl, championne du monde de la descente et du super-G en 2011, mais qui ne skie pas avec le même aplomb qu'il y a deux ans.