Guay à la traîne

Ce n'est pas le résultat qu'Erik Guay espérait pour sa première course aux Championnats du monde de Schladming mercredi. D'autant plus que le Canadien restait sur sa 2e place dans la descente de Kitzbühel avant de s'amener en Autriche.

Un texte de Manon Gilbert

Mais sur le parcours très sinueux et technique, Guay a peiné à trouver son rythme, et il a finalement dû se contenter du 23e rang du super-G.

À sa décharge, le skieur de Mont-Tremblant excelle davantage en descente, où il défendra son titre mondial samedi, qu'en super-G depuis deux ans. Il n'est pas monté sur un podium du super-G depuis décembre 2010. Et lors des finales de la Coupe du monde la saison dernière, à Schladming, il s'était classé 19e.

Mercredi, sous une luminosité déficiente en raison du brouillard, Guay s'est aussi fait déstabiliser par un rouleau qu'il a mal absorbé en haut du parcours. Il a donc conclu sa journée de travail de 1 min 26 s 30/100, à 2,34 s du vainqueur Ted Ligety (1:23,96).

« J'ai beaucoup de travail à faire. Je dois me ressaisir et trouver des solutions, a avoué le Québécois. J'avais de bonnes sensations avant d'arriver ici. Mais, cette semaine, c'est difficile de retrouver ces sensations avec les conditions difficiles qui prévalent.

« Justement à cause de ces conditions, nous n'avons pu nous entraîner comme prévu. Donc, je ne débordais pas de confiance avant le départ. Mais je ne cherche pas d'excuse. J'ai assez d'expérience que je sais ce que j'ai à faire, sauf que je n'ai pas réussi aujourd'hui. »

D'ailleurs, l'Américain Ligety a mis à profit ses qualités de géantiste pour s'imposer sur un tracé qui convenait parfaitement à son style de guerrier.

Sacré champion du monde de slalom géant il y a deux ans à Garmish-Partenkirchen et gagnant du petit globe de cristal de la discipline à trois reprises depuis 2008, le skieur de Salt Lake City a décroché son premier titre majeur en super-G.

Ligety a précédé le Français Gauthier de Tessières et le Norvégien Aksel Lund Svindal par respectivement 20 et 22 centièmes.

« J'ai essayé de déraper le moins possible dans les virages, car avec le jour blanc, on ne voyait pas les traces », a déclaré le champion du jour qui a joué le tout pour le tout dans la dernière portion très abrupte.

Svindal à deux portes de l'or

Le Norvégien Aksel Lund Svindal à Schladming

Svindal a donné des sueurs froides à Ligety, parti 10e. Il est venu à deux portes de lui souffler la médaille d'or.

En avance lors des deux chronos intermédiaires, le champion olympique du super-G à Vancouver a débordé un peu trop à l'extérieur et son ski gauche s'est retrouvé dans la neige molle. Déséquilibré, Svindal a puisé dans ses dernières ressources pour se relever et franchir la porte du bon côté.

« J'ai sauvé la médaille de bronze sur un parcours très difficile, a dit le Norvégien qui a gagné trois des quatre super-G de la saison en Coupe du monde et a fini 2e dans l'autre. C'était dur. J'ai pris des risques, et j'ai fait une petite erreur en bas de la pente. Les conditions étaient OK, mais pas idéales. »

De Tessières, lui, s'est avéré une belle surprise pour la France, qui l'a appelé en renfort dimanche quand Johan Clarey a déclaré forfait après avoir chuté à pied et s'être infligé une lombosciatique aiguë.

« Je ne devais pas être là, mais on m'a appelé il y a deux jours, et me voici. Quelle histoire! Ça a été génial. J'avais de très bonnes sensations, la neige était plutôt bonne et le tracé me convenait bien. C'est des grandes courbes de géant, je me suis régalé », a réagi le skieur d'Annecy dont le seul podium (3e) en Coupe du monde remontait à décembre 2008.

Guay avait donc vu juste lundi lors d'une conférence de presse téléphonique. Il avait dit qu'il y avait toujours un négligé qui se hissait sur le podium lors des grands événements.

Les trois autres Canadiens à l'oeuvre sur la Planai ont tous devancé leur coéquipier. L'Albertain Jan Hudec (1:25,52), vice-champion du monde de descente en 2007, a signé la meilleure performance avec une 12e position. Les Britanno-Colombiens Manuel Osborne-Paradis (1:25,74) et Benjamin Thomsen (1:25,93) ont suivi en 16e et 19e places. Tous les représentants de l'unifolié ont gagné un rang avec la disqualification du Suisse Silvan Zurbriggen en raison de skis trop longs.

« Je suis un peu frustré parce que je ne suis pas certain où j'ai perdu du temps. J'avais une bonne descente. Mais visiblement, ce n'était pas assez bon, a affirmé Hudec.

« Je ne suis pas content de ma 12e place, pas plus que les autres gars de l'équipe sont contents de leurs résultats. Samedi, on va viser la 1re place. Ça ne donne rien aux mondiaux de se présenter si ce n'est pas pour gagner. »

Saison terminée pour Jansrud

Kjetil Jansrud Kjetil Jansrud  Photo :  AFP/Samuel Kubani

À l'instar de Lindsey Vonn dans le super-G féminin la veille, la course des hommes a aussi fait une victime. Le Norvégien Kjetil Jansrud s'est aussi déchiré le ligament antérieur croisé quelques portes après le départ.

Huitième au classement de la Coupe du monde, Jansrud a cependant rallié l'arrivée sur ses skis.

« Je regarde le côté positif. J'ai maintenant une longueur d'avance sur tout le monde pour les Jeux de Sotchi... parce que demain, c'est le premier jour de la nouvelle saison. »

Les hommes reprendront le collier samedi pour l'épreuve-reine, la descente.

Premier test en descente

Du côté féminin, c'est l'Autrichienne Regina Sterz qui a dominé le premier entraînement de descente en 1:53,44. La Norvégienne Lotte Smiseth Sejersted (1:53,9) a pris le second rang devant la Suisse Fränzi Aufdenblatten (1:53,95).

Seule Canadienne en piste, l'Ontarienne Larisa Yurkiw (1:55,88) s'est classée 16e, tout juste devant l'Allemande Maria Höfl-Riesch qui était sortie de piste la veille lors du super-G.