La victoire à Tina Maze, Gagnon 12e

La Slovène Tina Maze a remporté le slalom géant à la Coupe du monde de Saint-Moritz dimanche.

Avec un chrono cumulatif de 2 min 11 s 7/100, Maze a signé sa troisième victoire en trois slaloms géants cette saison. Bien installée en tête dans la première manche avec plus d'une demi-seconde d'avance, elle a devancé l'Allemande Viktoria Rebensburg par 8 centièmes et la Française Tessa Worley par 55 centièmes.

Maze, championne du monde de géant, inscrit son quatrième succès depuis octobre, le 15e de sa carrière. À défaut d'avoir fait un triplé dans la station suisse, la Slovène a monopolisé le podium, avec deux victoires entrecoupées d'une 2e place.

Rebensburg, lauréate des deux derniers globes de cristal de la discipline, fait mieux qu'à Aspen où elle avait pris la 3e place, tandis que Worley renoue avec le podium pour la première fois depuis sa victoire à Soldeu en Andorre à la mi-février.

Maze skie sur un nuage cette saison. Elle est montée déjà 6 fois sur le podium en 10 courses. Avec sa victoire au super-combiné et au slalom géant, elle repart de Suisse avec un capital de 263 points d'avance au général sur la reine du circuit, l'Américaine Lindsey Vonn.

Vonn a chuté dans le second tracé dimanche avant de vite se relever pour finir au 27e rang.

Une erreur coûteuse

La Canadienne Marie-Michèle Gagnon (2:14,24) a confirmé sa bonne forme avec une 12e position, à 3,17 s de la gagnante. La Québécoise avait pris le 13e rang du super-G samedi.

Gagnon était pourtant loin au classement après la première manche avec son 26e rang.

« Je suis très déçue de ma première manche, a noté Gagnon. J'ai entrepris l'épreuve avec les mêmes repères et les mêmes mots-clés que lors du super-G de samedi. Et j'ai fait une grosse erreur à mi-parcours.

« J'attaquais trop et je me suis fait avoir quand ça a commencé à tourner. J'étais presque immobilisée à un moment donné. Heureusement que j'avais bien skié avant mon erreur. J'ai réussi à me qualifier de justesse pour la suite. »

Gagnon est passée près de boucler la deuxième manche avec le meilleur temps, mais elle a été devancé de 22 centièmes par Rebensburg.

« Je savais quoi faire pour que les choses se passent mieux en deuxième manche. Je restais au-devant du tempo et je prenais les virages plus tôt. C'est ça qui fonctionne pour moi. Ce n'est rien de très spécial. Je me suis tout simplement appliquée à reproduire ce que je fais à l'entraînement et ça a fonctionné. »

Ses coéquipières Marie-Pier Préfontaine et Larisa Yurkiw ne se sont pas qualifiées pour la deuxième manche. Préfontaine, 35e, a raté sa place par 31 centièmes. Yurkiw, elle, a fini 49e.

En complément