Rapides et radieuses

Chandra Crawford (gauche) et Daria Gaïazova Chandra Crawford (gauche) et Daria Gaïazova  Photo :  PC/AP Photo/Frank Augstein

QUÉBEC - Rapides et radieuses, c'est le nom de la fondation de Chandra Crawford pour promouvoir le sport et les saines habitudes de vie chez les adolescentes. Cependant, ces deux qualificatifs s'appliquent aussi très bien à la charmante fondeuse et à ses coéquipières présentent à Québec pour la Coupe du monde.

Un texte de Manon Gilbert

Le visage de Crawford s'illumine à la moindre mention de son sport, mais quand on l'aborde sur la décision de Ski de fond Canada de créer une division féminine cette saison, elle laisse tomber un grand soupir de soulagement, suivi d'un long sourire.

C'est Eric De Nys, le bras droit de l'entraîneur-chef Justin Wadsworth l'an dernier, qui a hérité du rôle d'entraîneur des femmes.

« Enfin! C'est incroyable. Ça fait une grosse différence. Pour la première fois depuis six ans, nous avons une équipe dédiée à notre entraînement. C'est beaucoup moins compliqué d'avoir juste un petit groupe qui se concentre sur nos besoins physiologiques », affirme la championne olympique du sprint aux Jeux de Turin.

Plusieurs pays, dont les États-Unis et la Norvège, avaient adopté ce modèle depuis quelques années avec succès. Mais le Canada tardait à emboîter le pas, contrairement à d'autres fédérations nationales de glisse comme le ski alpin et le ski acrobatique, qui avaient jugé nécessaire depuis de nombreuses années d'avoir un entraîneur pour les hommes et un autre pour les femmes.

« On s'entraînait avec des gars qui sont parmi les meilleurs au monde en distance. Et nous, on est plus spécialisées dans le sprint. Nos besoins sont différents », ajoute l'Albertaine de 29 ans, membre de l'équipe nationale depuis 2003.

Les problèmes de Daria Gaïazova avec Wadsworth la saison dernière, suivis de l'insistance des filles, ont poussé Ski de fond Canada à prendre cette décision. Gaïazova avait été exclue de l'équipe et elle prenait donc part au circuit de la Coupe du monde comme skieuse indépendante.

« Il y a toujours des points positifs qui ressortent des conflits et je suis contente de la façon dont les choses se sont réglées. L'équipe féminine fonctionne tellement bien ensemble, tant avec les athlètes que les entraîneurs. De plus, les filles se soutiennent beaucoup, donc c'est vraiment tout un changement de cap. Ski de fond Canada a réalisé qu'il devait y avoir des changements et que c'était pour le bien-être des filles. »

Daria Gaïazova Daria Gaïazova  Photo :  AFP/FRANCK FIFE

Gaïazova y est même allée d'un grand coup de balai et a décidé de repartir à neuf. Après près de huit ans dans l'Ouest, elle est revenue au Québec, où ses parents russes avaient émigré en 1999 quand elle avait 15 ans. Elle s'entraîne désormais au Centre national d'entraînement Pierre-Harvey (CNEPH) sous la gouverne de Louis Bouchard, le mentor d'Alex Harvey.

Aussi, elle ne pouvait laisser passer une occasion unique, celle de s'entraîner avec B2dix. D'autant plus que cette saison, elle concentre toutes ses énergies dans une seule discipline, le sprint... la spécialité de Crawford!

« Une des raisons pour lesquelles j'étais partie dans l'Ouest, c'est qu'à l'époque, il n'y avait aucune athlète de niveau international qui pouvait me montrer la voie à suivre, soutient la Montréalaise de 29 ans. J'ai essayé de faire de l'Ouest ma maison, mais quand l'occasion s'est présentée de revenir au Québec, j'ai dit : "Bien sûr que je veux revenir, je prends l'avion demain." »

La course parfaite

Et pour l'instant, elle n'a aucun regret. Elle se plaît au CNEPH et profite de son expérience pour aider les jeunes filles qui visent à suivre ses traces.

« Si je peux les tirer vers le haut pour qu'elles deviennent de meilleures fondeuses, c'est très valorisant pour moi. Sara Renner a joué le même rôle quand je gravissais les échelons. Elle m'a enseigné le professionnalisme. À savoir que pour devenir la meilleure de mon sport, je dois y consacrer toutes mes énergies. »

Chandra Crawford Chandra Crawford  Photo :  AP Photo/Darko Bandic

Avec les changements d'entraîneurs et sa décision de se tourner vers le sprint, Gaïazova ne veut pas se fixer d'objectifs en chiffre pour la présente saison. La forme est bonne, le début de saison la satisfait (14e du sprint de Kuusamo, en Finlande, vendredi dernier) et la saison est encore longue.

Septième la saison dernière au classement de la Coupe du monde de sprint, Crawford, elle, cherche le juste milieu entre entraînement et repos. Mais elle a déjà 2014 dans sa ligne de mire, où elle défendra son titre olympique en pas de patin. À Vancouver, le sprint se déroulait en style classique.

« Je cherche les bonnes sensations pour faire une course parfaite en 2014 parce qu'en tant qu'athlète, c'est ce que nous sommes destinés à faire. Je cherche la course incroyable parce que je l'ai à l'intérieur et je veux la laisser sortir. Et pour réussir, je dois m'entraîner super fort, me reposer assez, être heureuse et confiante. »

Finalement, pour réussir, tout se résume à rapides et radieuses!