Triomphe historique pour Jean-Philippe Le Guellec

La réaction de Jean-Philippe Le Guellec

Le Canadien Jean-Philippe Le Guellec a signé, samedi, un premier triomphe historique en Coupe du monde. Il s'est imposé au 10 km de biathlon, à Östersund, en Suède.

Aucun biathlonien canadien n'était monté sur la plus haute marche du podium en Coupe du monde... ni même sur le podium. Le meilleur résultat canadien avait été inscrit en 1993. Glen Rupertus avait alors pris le 6e rang d'une épreuve.

Le Guellec a bouclé le parcours avec un chrono de 25 min 10 s 4/10 , en plus d'être parfait au champ de tir en dépit des conditions de vent changeantes.

Trente-huitième athlète à prendre le départ, Le Guellec a dû attendre plusieurs minutes avant la confirmation de sa victoire.

« Quand j'ai franchi la ligne, je ne voulais pas fanfaronner, la course était encore jeune. C'est le fun de voir ton nom en haut quand tu termines la course. Ça veut dire que tu vas sûrement terminer dans le top 5 ou le top 10, mais que ça tienne jusqu'à la fin... C'était inespéré. »

Lent départ

« Je suis parti un peu tendu, honnêtement. C'est environ à la moitié de mon premier tour où je me suis dit qu'il fallait que je relaxe et que je skie comme je skie d'habitude. »

La prise de conscience du biathlonien de 27 ans a été efficace, mais il n'a pas eu la chance de le constater aussi rapidement qu'il l'aurait peut-être voulu.

« Pendant mes deux premiers tours, les gens sur le bord de la piste me disaient de ne pas lâcher, de continuer, que ça regardait bien. Je n'avais toutefois pas plus d'information que ça et je me demandais où j'étais. »

« Finalement, au dernier tour, après mon tir en position debout, on m'a dit que j'étais cinq secondes devant le deuxième. C'était la surprise totale, mais ça m'a donné le feu que j'avais besoin. »

Fidèle à son habitude, le vainqueur du jour savourait son accomplissement avec beaucoup de modestie.

« Oui, c'est une victoire, mais je pense que j'ai encore des preuves à faire. Depuis les Jeux olympiques, c'était mon objectif. De monter sur le podium et certainement remporter des courses.

« D'avoir pu faire ça aujourd'hui, il y a eu un vent d'opportunité et j'ai su vraiment mettre le pied dans la porte. Je suis vraiment content pour ça. Au niveau des répercussions, c'est grand quand même. Ça démontre que le programme qu'on a au Canada pour le biathlon, ça fonctionne. »

Impeccable au tir, Le Guellec a devancé de 18 secondes au fil d'arrivée le Français Alexis Boeuf qui a raté une cible. Pénalisé une fois au tir, l'Autrichien Christoph Sumann a pris le 3e rang, à 24,8 s du Canadien.

La 6e place de Le Guellec en sprint aux Jeux olympiques de Vancouver était le meilleur résultat de sa carrière dans des compétitions internationales.

En Coupe du monde, il avait terminé au 7e rang de la poursuite présentée à Antholz-Anterselva, en Italie, au mois de janvier 2009.

Deux autres Canadiens ont pris le départ du sprint de 10 km. Scott Perras et Nathan Smith ont respectivement pris les 45e et 61e positions.

L'étape d'Östersund se termine dimanche avec la poursuite, dont l'ordre et les écarts de départ sont définis par les résultats du sprint. Le Guellec sera sans aucun doute l'homme à battre.

« Mon but va être de refaire ce que j'ai fait aujourd'hui, donc de me concentrer sur mon ski et de rester relax. Si je réussis à faire ça demain, il n'y a rien qui me laisse croire que ça ne sera pas encore une fois une bonne course. »

Chez les dames, au sprint de 7,5 km, la Canadienne Zina Kocher s'est classée 10e, à 46,2 s de la gagnante, la Norvégienne Tora Berger. Les deux ont raté une cible.

Rosanna Crawford et la Manitobaine Megan Imrie ont pris les 54e et 79e rangs.