« Peu d'équipes nous respectaient physiquement » - Bouillon

Francis Bouillon et Matt Cooke. Francis Bouillon et Matt Cooke.  Photo :  Gene J. Puskar


Francis Bouillon se réjouit de l'arrivée de Georges Parros avec le Canadien.

Le défenseur de 37 ans a salué la transaction qui a amené l'homme fort à Montréal, mercredi, en marge du tournoi de golf de la Fondation Bégin-Bouillon.

« Dans notre division, qui compte aussi Toronto, Boston et Ottawa, c'est important de se grossir, d'aller chercher un joueur qui va donner confiance à beaucoup de petits joueurs », a expliqué Bouillon.

Parros, un matamore de 1,95 m et 104 kg (6 pi 5 po et 228 lb) a purgé 57 minutes de pénalité en 39 matchs en 2013. Il a livré neuf combats, souvent contre de grosses pointures, comme John Scott et Matt Kassian.

« C'est un gars qui fera respecter l'organisation, a estimé Bouillon. Je ne pense pas que beaucoup d'équipes nous respectaient sur le plan physique. Mais côté talent et travail, on n'avait rien à n'envier à personne. »

« Quand je jouais à Nashville, on n'avait pas tant besoin d'un gars comme ça parce que notre division n'était pas si tough que ça. Mais ici, dans l'Est, tu dois combiner le talent et la robustesse. »

Bouillon, du haut de son 1 m 73 (5 pi 8 po), a dû jeter les gants deux fois en 2013, une fois en saison et une fois dans les séries.

Le Canadien n'est pas reconnu pour être une équipe imposante physiquement. Avec l'embauche de Daniel Brière, l'équipe compte maintenant cinq joueurs de 1,78 m (5 pi 10 po) et moins sur ses trois premiers trios.

N'empêche, Bouillon a également eu de bons mots pour Brière.

« Ce sont deux joueurs totalement différents, deux morceaux de casse-tête dont on avait besoin. Brière a prouvé qu'il s'insère bien dans une équipe. Parros, c'est du poids qu'on ajoute. »

Bégin a toujours la flamme

Aucun doute dans la tête de l'attaquant Steve Bégin, l'heure de la retraite n'a pas sonné.

« Peu importe où, je veux jouer au hockey. J'adore le hockey et je suis prêt à payer le prix peu importe le gilet que je vais avoir sur le dos. En plus, je ne coûte pas cher (rire) », a affirmé l'ancien du Canadien.

Le principal intéressé étudie une offre des Flames de Calgary.

Bégin a l'impression que la formation albertaine le voit dans un rôle de vétéran qui peut encadrer les jeunes de la Ligue américaine. C'est justement pour cette raison qu'il prend son temps, car il souhaite poursuivre sa carrière dans la grande ligue.

La saison dernière, le Québécois a marqué 4 buts et enregistré autant de passes en 36 rencontres avec les Flames.

Choix de deuxième tour au repêchage de 1996, il a aussi porté les couleurs du Canadien, des Stars, des Bruins et des Predators.

Avec la collaboration de Guillaume Lefrançois