Canadien saison 2013, au jeu!

Le retour des mauvaises habitudes

Faits saillants, les réactions avec Michel Chabot et l'analyse de Dany Dubé

Il y a un fossé entre le Canadien de 2011-2012 et celui de cette saison. Mais dans une facette, il semble que le Tricolore tarde à changer.

Le Canadien (11-4-2) a encore laissé filer une avance, et s'est incliné 4-3 en prolongation devant les Islanders de New York (7-9-1), jeudi, à Montréal. Il voit sa séquence de victoires s'arrêter à cinq.

Thomas Hickey s'est assuré que le premier but de sa carrière soit mémorable. Après 3 min 12 s en quatrième période, le défenseur a mis la touche finale à une manoeuvre athlétique de John Tavares, couché, et de Michael Grabner pour donner la victoire aux insulaires.

« Les défenseurs marquent toujours les gros buts, a commenté l'entraîneur-chef des Islanders, Jack Capuano. C'est bon de le voir marquer son premier but dans un édifice aussi spécial. »

Ce but a couronné une remontée inspirée des Islanders, en retard 1-3 à mi-chemin dans la rencontre. À peine une minute après le deuxième de la soirée de Max Pacioretty, Brandon Prust en est venu aux poings avec le géant de 2,03 m (6 pi 8 po) Joe Finley. Le vent semble avoir tourné après ce combat.

« Je ne crois pas qu'on ait manqué d'essence, a estimé l'attaquant Travis Moen. On ne réussissait plus de jeux, tout simplement. On s'est éloignés de notre style de jeu, on a arrêté de se servir de nos forces, comme notre vitesse. »

Matt Moulson, lui aussi son deuxième du match, a resserré l'écart pendant une punition à David Desharnais avec un peu plus de trois minutes à écouler à la période médiane. Au troisième tiers, Frans Nielsen a créé l'égalité.

Le Canadien subit donc une troisième défaite cette saison quand il mène après 40 minutes (7-1-2). L'an passé, le Tricolore avait totalisé neuf défaites dans de telles circonstances (24-3-6), un sommet dans la LNH.

« Ce n'est pas plaisant de perdre de cette façon », a sèchement répondu Carey Price, battu 4 fois sur 25 tirs.

Des unités peu spéciales

Les Islanders ne présentent pas le sixième avantage numérique de la LNH par hasard.

Les deux buts de Moulson ont été inscrits avec l'avantage d'un homme et ont chaque fois permis aux visiteurs de se rapprocher à un but du CH. Avec un Mark Streit à la pointe et un John Tavares pour ajouter au péril, l'unité est efficace.

« Ce n'est pas vraiment l'indiscipline qui a fait mal, c'est le fait de ne pas écouler les punitions », a jugé Price.

En revanche, l'avantage numérique du Canadien, même s'il a enfin marqué après une disette de quatre matchs, n'a pas profité de ses trois occasions en troisième période. D'ailleurs, Therrien a sacrifié son temps d'arrêt avec sept minutes à écouler en troisième période, justement pour une supériorité numérique à 4 contre 3 qui s'amorçait. Therrien souhaitait accorder un second souffle à Max Pacioretty et David Desharnais, de loin ses meilleurs attaquants de la soirée.

« Je n'ai pas pris de bonnes décisions en avantage numérique. Quand ton entraîneur utilise son temps d'arrêt pour te garder sur la patinoire, tu dois mieux répondre », a dit Pacioretty.

Le numéro 67 s'est autoévalué sévèrement, mais il a inscrit deux autres filets, si bien qu'il compte quatre buts à ses trois derniers matchs, après avoir été incapable de marquer à ses 10 premières sorties.

« Je me sentais beaucoup mieux quand je ne marquais pas et qu'on gagnait. On a abandonné Carey ce soir », a-t-il ajouté.

Une fin impossible à prévoir

Une fois de plus, le Canadien a connu un début de match du tonnerre. Après avoir accordé à Tavares une chance de marquer dès la 30e seconde, l'unité défensive s'est refermée comme une huître, et n'a permis que 2 tirs dans les 19 minutes suivantes.

Travis Moen a ouvert la marque à la 50e seconde, après que Colby Armstrong eut intercepté une passe à l'aveuglette du défenseur franco-manitobain Travis Hamonic. Pacioretty a ensuite doublé l'avance des Montréalais.

Desharnais a obtenu des aides sur les deux buts de Pacioretty. Dans le camp adverse, Tavares a également inscrit deux aides.

Même si son trio a été dominant tout au long de la soirée, Erik Cole n'a pas inscrit de point pour un neuvième match de suite. Quand on parlait des différences entre le Canadien de l'an passé et de cette année, le rendement du numéro 72 en fait aussi partie.