Kadri et Frattin, en attendant Kessel

Nazem Kadri Nazem Kadri  Photo :  AFP/Abelimages

Phil Kessel vit peut-être une baisse de régime par rapport à sa saison de 82 points de l'an passé, mais les Maple Leafs connaissent un début de saison intéressant malgré tout.

Les facteurs d'explication sont toujours nombreux, mais la production de Nazem Kadri et de Matt Frattin y est certainement pour quelque chose. Peu de gens auraient parié que les deux jeunes attaquants seraient les meilleurs marqueurs des Leafs (6-5-0) après 11 matchs, pendant que Kessel se contente de 7 points.

Curieusement, les deux jeunes hommes ont amorcé la saison avec le même objectif : convertir des succès dans la Ligue américaine en succès dans la Ligue nationale.

C'est toutefois là que les similitudes s'arrêtent. Kadri a toujours traîné le fardeau d'être un haut choix au repêchage (7e au total en 2009), originaire de la région torontoise, de surcroît.

Après avoir fait le yoyo entre les Marlies de Toronto et les Maple Leafs (trois rappels la saison dernière), l'athlète de 22 ans semble de plus en plus à l'aise chez les grands, comme en font foi ses 9 points en 11 matchs. Malgré cette production, son entraîneur n'est toujours pas convaincu.

« En gros, on doit déterminer si Nazem Kadri peut jouer dans la LNH, a admis Randy Carlyle après l'entraînement matinal des Leafs, samedi, en vue du duel face au Canadien (6-3-1). Nous savons qu'il a le talent d'un joueur de la LNH et il a montré des signes de son potentiel. C'est mon travail de voir s'il peut jouer régulièrement. Ça fait seulement 11 matchs. C'est bien de voir qu'il connaît du succès, mais je crois encore qu'il doit améliorer plusieurs aspects de son jeu. »

Kadri semble très bien savoir de quoi l'entraîneur-chef parle.

« Je dois prêter attention aux détails, aux petites choses, explique le jeune homme d'origine libanaise. Par exemple, lors des mises au jeu, quelle stratégie dois-je employer? Quand tu es centre, tu es l'ordinateur de ton trio et tu dois savoir avant tout le monde ce qui va se passer. Randy parle de ces petites choses. Mais ça va mieux, lors des deux derniers matchs, j'ai gagné plus de 80 % de mes mises au jeu. »

Sur le tard

Frattin, lui, tente de se faire une place dans la Ligue nationale après un passage de quatre saisons à l'Université du Dakota du Nord. Le choix de quatrième tour en 2007 croyait avoir gagné son poste la saison dernière. Il avait alors disputé 56 matchs avec le grand club. Mais une surprise l'attendait au camp préparatoire le mois dernier : un renvoi dans la Ligue américaine. Depuis son retour avec les Leafs, l'attaquant de 25 ans totalise 8 points en 8 matchs.

« Il ne travaillait pas assez fort et nous l'avons retourné avec les Marlies, a expliqué Carlyle. Il a profité de la blessure à (Joffrey) Lupul pour rebondir. »

Visiblement, Carlyle tient aux fameuses « petites choses »...

« Ce sont les petites choses : tu dois être constant pendant une saison complète ou deux et c'est comme ça que tu gardes ton poste, explique Frattin. Et dans un match, c'est la gestion du temps, ne pas faire d'erreurs qui peuvent coûter la victoire. »

Kadri et Frattin ont justement amorcé la saison ensemble, jumelés à la recrue de 26 ans Leo Komarov. Carlyle a brassé ses cartes depuis, mais n'a jamais séparé ses deux meilleurs marqueurs. Samedi matin, ils avaient Clarke MacArthur comme ailier.

« On a de la bonne chimie sur la patinoire et hors glace, dit Frattin. On a beaucoup joué ensemble l'an passé avec les Marlies et cette année. Quand tu joues avec quelqu'un aussi longtemps, tu apprends à connaître ses tendances, autant en match qu'à l'entraînement. »

Peu importe la suite des choses, les deux hommes sont conscients qu'ils seront en audition jusqu'à la fin avril.

« Ce sera ainsi toute la saison, estime Kadri. J'essaie de me prouver chaque jour. Mais tant que je jouerai de cette façon, je serai correct. »