Canadien saison 2013, au jeu!

Le premier du premier

Faits saillants, réactions et analyse

C'était soir de premières, mardi soir, à Montréal. Et c'est un certain Alex, vêtu du numéro 27, qui a volé la vedette.

Alex Kovalev était attendu, mais c'est la nouvelle génération du 27 qu'on a finalement acclamée. Alex Galchenyuk a inscrit le premier filet de sa carrière dans un gain de 4-1 du Tricolore (1-1-0) sur les Panthers de la Floride (1-2-0).

En deuxième période, Galchenyuk a fait exploser le Centre Bell avec ce premier filet. Le premier choix du Canadien au dernier repêchage a bataillé pour chaque centimètre d'espace devant le filet jusqu'à ce que Brandon Prust tire en sa direction. Galchenyuk a fait dévier la rondelle derrière Scott Clemmensen.

« Je me tenais devant le filet, j'ai vu que Prust manoeuvrait, je pensais qu'il passerait la rondelle au défenseur. Mais il me l'a passée, et j'ai essayé de la faire dévier. Je ne sais pas comment c'est rentré. C'était un peu chanceux, mais je suis content », a raconté le héros du jour.

« Il a travaillé tellement fort pour ce but, a estimé Michel Therrien. Il s'est sacrifié le long de la bande, et ensuite il est allé au filet et a été récompensé. C'est ce genre d'effort qu'on recherche. »

L'Américain a marqué sa réussite en se propulsant dans la baie vitrée, à la Alexander Ovechkin.

Toujours dans le thème des premières, Prust et Brendan Gallagher ont obtenu les aides sur le filet, si bien que les trois joueurs ont inscrit leur premier point dans l'uniforme du Canadien.

Il s'agit d'une première victoire pour Therrien à son retour derrière le banc du Tricolore. Et les joueurs n'ont pas manqué de le souligner.

« Carey Price m'a donné la rondelle, mais ma première réaction a été de la donner à Marc Bergevin, a raconté l'entraîneur-chef du CH. J'en ai déjà eu, des premières victoires, et la première est toujours très appréciée, surtout de la façon qu'on a gagné. Mais mes premières pensées venaient pour Marc Bergevin, sa première victoire en tant que directeur général du Canadien est toujours spéciale. »

Markov, enfin!

Andrei Markov a profité de ce deuxième match de la saison pour mettre fin à sa séquence de plus de deux ans sans but. En première période, pendant un avantage numérique à cinq contre trois, Markov a décoché un puissant tir frappé qui a battu Clemmensen. Quelques secondes plus tôt, Markov avait opté pour une remise à Max Pacioretty au lieu d'un tir, une décision qui avait fait murmurer la foule. Les murmures ont vite fait place aux applaudissements.

Il s'agissait d'un premier but pour le défenseur russe depuis le 9 novembre 2010. Si la date semble lointaine, il faut garder en tête qu'il n'a disputé que 16 matchs depuis.

Interrogé à savoir s'il s'était senti soulagé de ce but, Markov a répondu comme seul lui sait le faire. « Soulagé pourquoi?, a-t-il demandé à son interlocuteur, qui lui a alors parlé de ses blessures. Je ne me souviens pas de mes blessures. Je regarde en avant. L'équipe a gagné, on doit continuer de cette façon. »

Markov en a rajouté avec un deuxième filet, encore en avantage numérique, au deuxième vingt.

« Quel général! C'est sur une patinoire de hockey qu'il s'exprime le mieux, qu'il a du plaisir, a mentionné Therrien. Encore ce soir, autant offensivement, il a marqué deux buts, mais je vais le regarder des deux côtés de la patinoire. Il a contrôlé le jeu, il est solide défensivement. Il forme un bon duo avec (Alexei) Emelin, ils communiquent bien. »

Rene Bourque, souvent louangé par Therrien depuis le début du camp, obtiendra sans doute une autre mention favorable à son dossier pour sa montée vers le filet, qui a forcé Brian Campbell à écoper d'une pénalité. C'est pendant cet avantage numérique que Markov a enfilé son premier but.

Tomas Plekanec a inscrit l'autre filet des Montréalais, tandis que Tomas Kopecky a répliqué pour les visiteurs.

Kovalev, lui, a été invisible, à l'exception d'une ou deux feintes poétiques. Les mauvaises langues diront que Kovalev invisible au Centre Bell n'est pas une première...

Eller sur la passerelle

Comme annoncé mardi matin par Michel Therrien, Lars Eller a été laissé de côté au profit de Gallagher, dont c'était le premier match dans la Ligue nationale.

Même s'il a été limité à moins de 10 minutes sur la patinoire, Gallagher a fait sentir sa présence avec quatre mises en échec et quelques charges au filet adverse.

Héros obscur dans cette soirée festive, le gardien Carey Price a bloqué 27 tirs, dont plusieurs dangereux. Ses arrêts en troisième période ont empêché les Panthers d'amorcer une remontée.

Avant la rencontre, le Canadien a rendu hommage à notre collègue Richard Garneau, décédé dimanche matin.

En complément